Les slow zones du Mans sont désormais fixes

Le système de slow zone utilisé aux 24 Heures du Mans a été modifié pour l'édition 2017.

Les slow zones du Mans sont désormais fixes
#92 Porsche Team Porsche 911 RSR: Michael Christensen, Kevin Estre, Dirk Werner
#31 Vaillante Rebellion Racing Oreca 07 Gibson: Nicolas Prost, Julien Canal, Bruno Senna
#45 Algarve Pro Racing Ligier JS P217 Gibson: Mark Patterson, Matt McMurry, Vincent Capillaire
#97 Aston Martin Racing Aston Martin Vantage: Darren Turner, Jonny Adam, Daniel Serra
#93 Proton Competition Porsche 911 RSR: Patrick Long, Abdulaziz Al Faisal, Mike Hedlund
#39 Graff Racing Oreca 07 Gibson: James Allen, Franck Matelli, Richard Bradley
#8 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050 Hybrid: Anthony Davidson, Sébastien Buemi, Kazuki Nakajima

Il y aura désormais neuf slow zones prédéterminées sur ce circuit de 13,629 kilomètres, dans lesquelles les voitures peuvent être limitées à 80 km/h dans des conditions de voiture de sécurité virtuelle.

Auparavant, les slow zones n'étaient pas fixes : depuis l'introduction du concept en 2015, elles s'étendaient d'un poste de commissaire à un autre, ceux-ci étant sélectionnés par la direction de course au cas par cas selon la localisation des incidents.

"Les pilotes étaient préoccupés par la façon dont nous le faisions, parce qu'il leur arrivait de ralentir à 80 km/h dans des portions très rapides de la piste", explique Vincent Beaumesnil, directeur sports de l'Automobile Club de l'Ouest, pour Motorsport.com.

"Nous avons décidé que nous devrions avoir des slow zones fixes et que celles-ci devraient débuter dans une zone à basse vitesse où les voitures accélèrent. La seule exception, c'est celle qui commence au début des virages Porsche, parce que nous ne voulions pas une slow zone unique d'Arnage jusqu'à la fin de la section Porsche."

Beaumesnil précise que personne ne s'est plaint du nouveau système lorsqu'il a été testé lors de la Journée Test : "Nous avons parlé aux équipes et aux pilotes, et ils sont satisfaits des changements. Il n'y a pas eu d'inquiétude quand nous avons présenté l'idée, et cela a semblé fonctionner lors des essais."

Le concept de slow zone au Mans pourrait toutefois encore évoluer : Beaumesnil réitère la préférence de l'ACO pour les slow zones par rapport à la voiture de sécurité.

"Nous avons créé les slow zones il y a trois ans et nous les améliorons chaque année", poursuit-il. "S'il y a le choix entre une slow zone et une voiture de sécurité pendant qu'un rail est réparé, par exemple, la décision est facile."

Le nouveau système avait été communiqué aux équipes plus tôt dans l'année, puis discuté en détail au briefing des pilotes avant la Journée Test.

partages
commentaires
Au Mans, Lotterer s'efforce de "tourner la page" Audi
Article précédent

Au Mans, Lotterer s'efforce de "tourner la page" Audi

Article suivant

Dans la peau d'un pilote : la sécurité au Mans

Dans la peau d'un pilote : la sécurité au Mans
Charger les commentaires
Gagner et perdre Le Mans le même jour, ce "sentiment étrange" Prime

Gagner et perdre Le Mans le même jour, ce "sentiment étrange"

WRT se bat aux avant-postes du GT depuis des années et a réussi avec brio son passage en prototype, avec à la clé une victoire aux 24 Heures du Mans en LMP2. L'issue aurait même pu être plus heureuse si la course avait été un tour plus courte...

24 Heures du Mans
17 oct. 2021
Panoz et Brabham : l'histoire d'un drôle de choix Prime

Panoz et Brabham : l'histoire d'un drôle de choix

En 1997 le programme Panoz GT n'apparaissait pas comme un choix attrayant pour un ex-pilote de Formule 1, McLaren constituant un bien meilleur pari. Mais contre toute attente, David Brabham fit le choix de la marque américaine pour former un duo gagnant pendant plusieurs années.

GT
25 sept. 2021
Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ? Prime

Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ?

L'ère de l'Hypercar s'est ouverte aux 24 Heures du Mans par la victoire de Toyota. Désormais, la concurrence est attendue et beaucoup de regards sont tournés vers Peugeot, dont l'arrivée est programmée pour 2022. Nous avons rencontré Jean-Marc Finot, directeur de Stellantis Motorsport, pour faire un point complet.

WEC
29 août 2021
Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans Prime

Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans

C'est l'une des plus grandes histoires de la Sarthe. Paul Newman, deuxième des 24 Heures du Mans 1979, aurait pu facilement remporter la célèbre épreuve sans l'ingéniosité du regretté Manfred Kremer.

24 Heures du Mans
20 août 2021
WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités ! Prime

WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités !

La convergence permettant aux machines Le Mans Hypercar de courir en IMSA face aux LMDh à partir de 2023 pourrait offrir des options attrayantes non seulement aux constructeurs, mais aussi pour le calendrier et le format des courses.

WEC
20 juil. 2021
Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre ! Prime

Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre !

Se pencher sur quinze années d'histoire commune, avec autant de réussite que celle rencontrée par Ferrari et AF Corse en GT, n'est pas une mince affaire. Aussi fallait-il s'attarder sur un juge de paix : les 24 Heures du Mans.

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans Prime

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans

L'excitation autour de l'afflux de constructeurs aux 24 Heures du Mans pour 2023 est compréhensible. Mais lorsqu'ils seront confrontés l'un à l'autre, le LMH et le LMDh vivront-ils une cohabitation éphémère ?

24 Heures du Mans
22 avr. 2021
Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960" Prime

Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960"

Son approche passionnée de la course, son projet Hypercar avec le rêve de gagner un jour les 24 Heures du Mans, son modèle visant à vendre des voitures pour pouvoir courir : l'étonnant Jim Glickenhaus a répondu à nos questions.

24 Heures du Mans
22 mars 2021