Lotterer - "Pas la préparation la plus facile pour Le Mans"

Les conditions météorologiques ont rendu les deux séances de qualifications particulièrement difficiles à gérer pour les concurrents des 24 Heures du Mans.

Lotterer - "Pas la préparation la plus facile pour Le Mans"
#7 Audi Sport Team Joest Audi R18: Andre Lotterer
#7 Audi Sport Team Joest Audi R18: Marcel Fassler, Andre Lotterer, Benoit Tréluyer
#7 Audi Sport Team Joest Audi R18: Marcel Fassler, Andre Lotterer, Benoit Tréluyer
#7 Audi Sport Team Joest Audi R18: Marcel Fassler, Andre Lotterer, Benoit Tréluyer
Départ : #35 Baxi DC Racing Alpine A460 Nissan: David Cheng, Ho-Pin Tung, Nelson Panciatici
#7 Audi Sport Team Joest Audi R18: Marcel Fassler, Andre Lotterer, Benoit Tréluyer
#7 Audi Sport Team Joest Audi R18: Marcel Fassler, Andre Lotterer, Benoit Tréluyer
#7 Audi Sport Team Joest Audi R18: Marcel Fassler, Andre Lotterer, Benoit Tréluyer

B.D., Le Mans - Seule la séance de mercredi soir a offert une piste véritablement sèche et permettant de signer des chronos, avant deux autres séances beaucoup plus agitées jeudi. 

Ces conditions n’ont pas souri à Audi, qui a de toute façon pour habitude de se concentrer intégralement sur la course lors de ces séances. Mais même de ce côté, le programme prévu n’a pas pu être bouclé dans son intégralité dans les rangs du constructeur d’Ingolstadt, en raison des conditions mais aussi du temps perdu le mercredi avec l’Audi n°8, sur laquelle le train avant a dû être réparé suite à un excursion hors piste de Lucas di Grassi.

"Les conditions météo lors des deux journées de qualifications étaient vraiment extrêmes cette année", note le Docteur Ullrich, directeur d’Audi Sport. "Nous avons seulement eu de brèves périodes durant lesquelles le circuit était sec et offrait une bonne adhérence. Dans certaines zones du circuit, il pleuvait presque continuellement, et il y a eu de nombreuses interruptions. Nous avons donc perdu du temps et nous n’avons pas pu faire tout ce que nous avions prévu." 

"De plus, nous n’étions pas en piste avec les deux voitures quand c’était possible de faire des bons chronos. Par conséquent, on ne peut pas dire ce que nous aurions pu faire sur une piste sèche. Nous devons l’accepter et nous concentrer sur la course. De bons résultats en qualifications sont toujours une bonne chose et apportent une bonne motivation à l’équipe, mais pour la course ça ne veut rien dire."

Programme difficile

Sur l’Audi n°7, à bord de laquelle il fait toujours équipe avec Marcel Fässler et Benoît Tréluyer, Andre Lotterer a pu boucler le meilleur temps d’une Audi. Un chrono à trois secondes de celui de la pole position, et certainement pas représentatif des possibilités de la R18, qui avait d’ailleurs tourné plus vite lors de la Journée Test. 

Si les relais du pilote allemand se sont bien passés, il ne cache toutefois pas que les préparatifs pour la course n’auront pas été un long fleuve tranquille, et que la situation n’est pas idéale. 

"Ce n’était sûrement pas la préparation la plus facile pour Le Mans, mais les conditions étaient les mêmes pour tout le monde, même si certains ont pu faire de meilleurs temps que d’autres", explique-t-il. "J’ai eu un peu de chance durant ces deux jours, j’ai pu signer le meilleur temps de notre voiture. Mais nous n’étions pas focalisés là-dessus. Pour nous, c’était important d’extraire le maximum de la voiture afin d’être bien préparés. Nous avons réussi à le faire."

partages
commentaires
La BoP modifiée à la veille des 24 Heures du Mans

Article précédent

La BoP modifiée à la veille des 24 Heures du Mans

Article suivant

Ford répond aux accusations de dissimulation de performances

Ford répond aux accusations de dissimulation de performances
Charger les commentaires
Panoz et Brabham : l'histoire d'un drôle de choix Prime

Panoz et Brabham : l'histoire d'un drôle de choix

En 1997 le programme Panoz GT n'apparaissait pas comme un choix attrayant pour un ex-pilote de Formule 1, McLaren constituant un bien meilleur pari. Mais contre toute attente, David Brabham fit le choix de la marque américaine pour former un duo gagnant pendant plusieurs années.

GT
25 sept. 2021
Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ? Prime

Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ?

L'ère de l'Hypercar s'est ouverte aux 24 Heures du Mans par la victoire de Toyota. Désormais, la concurrence est attendue et beaucoup de regards sont tournés vers Peugeot, dont l'arrivée est programmée pour 2022. Nous avons rencontré Jean-Marc Finot, directeur de Stellantis Motorsport, pour faire un point complet.

WEC
29 août 2021
Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans Prime

Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans

C'est l'une des plus grandes histoires de la Sarthe. Paul Newman, deuxième des 24 Heures du Mans 1979, aurait pu facilement remporter la célèbre épreuve sans l'ingéniosité du regretté Manfred Kremer.

24 Heures du Mans
20 août 2021
WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités ! Prime

WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités !

La convergence permettant aux machines Le Mans Hypercar de courir en IMSA face aux LMDh à partir de 2023 pourrait offrir des options attrayantes non seulement aux constructeurs, mais aussi pour le calendrier et le format des courses.

WEC
20 juil. 2021
Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre ! Prime

Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre !

Se pencher sur quinze années d'histoire commune, avec autant de réussite que celle rencontrée par Ferrari et AF Corse en GT, n'est pas une mince affaire. Aussi fallait-il s'attarder sur un juge de paix : les 24 Heures du Mans.

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans Prime

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans

L'excitation autour de l'afflux de constructeurs aux 24 Heures du Mans pour 2023 est compréhensible. Mais lorsqu'ils seront confrontés l'un à l'autre, le LMH et le LMDh vivront-ils une cohabitation éphémère ?

24 Heures du Mans
22 avr. 2021
Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960" Prime

Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960"

Son approche passionnée de la course, son projet Hypercar avec le rêve de gagner un jour les 24 Heures du Mans, son modèle visant à vendre des voitures pour pouvoir courir : l'étonnant Jim Glickenhaus a répondu à nos questions.

24 Heures du Mans
22 mars 2021
Pourquoi Ferrari met fin à 50 ans d'absence au sommet de l'Endurance Prime

Pourquoi Ferrari met fin à 50 ans d'absence au sommet de l'Endurance

Revenant dans la catégorie reine de l'Endurance après 50 années d'absence, Ferrari va s'engager en catégorie "Le Mans Hypercar" en 2023. La marque italienne dément tout lien avec le plafond de dépenses de la F1, mais il ne s'agit assurément pas d'une coïncidence...

WEC
28 févr. 2021