Makowiecki : "Il faudra qu'on trouve un compromis"

Pilote Porsche sur la nouvelle 911 RSR en GTE Pro, Frédéric Makowiecki s'élancera à 15h en dernière position de sa catégorie. Une place qui ne reflète pas le potentiel de sa voiture, dans une course qui s'annonce dure.

Makowiecki : "Il faudra qu'on trouve un compromis"
#91 Porsche Team Porsche 911 RSR: Richard Lietz, Frédéric Makowiecki, Patrick Pilet
Frédéric Makowiecki, Porsche Team
#91 Porsche Team Porsche 911 RSR : Richard Lietz, Frédéric Makowiecki, Patrick Pilet
#91 Porsche Team Porsche 911 RSR : Richard Lietz, Frédéric Makowiecki, Patrick Pilet
#91 Porsche Team Porsche 911 RSR : Richard Lietz, Frédéric Makowiecki, Patrick Pilet
#91 Porsche Team Porsche 911 RSR: Richard Lietz, Frédéric Makowiecki, Patrick Pilet
#91 Porsche Team Porsche 911 RSR : Richard Lietz, Frédéric Makowiecki, Patrick Pilet
#91 Porsche Team Porsche 911 RSR: Richard Lietz, Frédéric Makowiecki, Patrick Pilet
#91 Porsche Team Porsche 911 RSR: Richard Lietz, Frédéric Makowiecki, Patrick Pilet
#91 Porsche Team Porsche 911 RSR: Richard Lietz, Frédéric Makowiecki, Patrick Pilet
#91 Porsche Team Porsche 911 RSR: Richard Lietz, Frédéric Makowiecki, Patrick Pilet
#91 Porsche Team Porsche 911 RSR: Richard Lietz, Frédéric Makowiecki, Patrick Pilet
#911 Manthey Racing, Porsche 911 GT3 R: Frédéric Makowiecki
#91 Porsche Team Porsche 911 RSR: Richard Lietz, Frédéric Makowiecki, Patrick Pilet
#91 Porsche Team Porsche 911 RSR: Richard Lietz, Frédéric Makowiecki, Patrick Pilet
#91 Porsche Team Porsche 911 RSR: Richard Lietz, Frédéric Makowiecki, Patrick Pilet
#91 Porsche Team Porsche 911 RSR: Richard Lietz, Frédéric Makowiecki, Patrick Pilet
#91 Porsche Team Porsche 911 RSR: Richard Lietz, Frédéric Makowiecki, Patrick Pilet

G.N., Le Mans - Un peu en retrait lors des essais, les Porsche 911 RSR ont cependant été plus à l'aise en qualifications. Un niveau pas forcément reflété par la position sur la grille de départ, ce samedi, à 15h. Une quarantième place sur la grille qui ne satisfait pas forcément Frédéric Makowiecki, engagé sur la #91 avec Richard Lietz et Patrick Pilet.

"Un peu déçu en effet, mais cela tient plus du fait que l'on n'a pas pu exploiter totalement la voiture", rassure le Français. "On a toujours eu des conditions ou des petits soucis qui ne nous permettaient pas de montrer ce qu'on est capable de faire. De là à dire qu'on aurait fait la pole, je ne pense pas, mais on aurait pu viser un top 3."

Un Frédéric Makowiecki qui se veut d'ailleurs prudent à l'entame de la course des 24 Heures. Les conditions chaudes attendues semblent lui poser question, en dépit des choses intéressantes vues en essais : "À l'heure actuelle, je suis plutôt inquiet, car je pense qu'on avait un rythme de qualif qui était pas mal, avec un pic du pneu intéressant, mais je pense que le rythme en course risque d'être un peu plus compliqué."

Il est vrai que les 30°C attendus tout au long de l'après-midi ce samedi et dimanche également ne conviennent pas forcément à la 911 RSR : "La température m'inquiète", précise-t-il. "Quand il fait chaud, que ce soit d'une part les pneumatiques, ou l'autre, l'aspect mécanique, ce que tu peux perdre en chevaux, cela n'aide pas. On un moteur atmosphérique, avec une petite cylindrée, qui monte haut dans les tours. Ça, ça ne nous aide pas dans ces conditions." 

Le flat 6 Porsche pourrait en effet ne pas fonctionner à son maximum pendant la course, quelques chevaux s'envolant avec les degrés. "Dans les premiers relais, et dimanche de 10h à la fin de course, ça va être compliqué. Il faut se dire qu'on a cinq heures de course, donc on va souffrir."

Il ne s'agit cependant pas d'un souci de température dans l'habitacle. Pour ce, la 911 RSR est l'une des voitures les plus confortables à piloter dans ces conditions : "Nous, dans la voiture, on est très bien. On a l'une des voitures les plus incroyables en termes de conception et il fait vraiment frais et on a de quoi travailler et se concentrer sur le pilotage."

Maximum attaque

Il le faudra, puisque cette édition s'annonce une nouvelle fois très disputée, et si la BoP annoncée ce vendredi annonce 8 kg en moins sur la 911, il faudra aller chercher les autres concurrents, Aston Martin Ford, Corvette ou Ferrari, intrinsèquement très rapides en Sarthe. "On peut voir un peu tout au long de l'année, la stratégie des uns et des autres. Quand la BoP est sortie, on savait qu'on ne serait pas mal. Pas les plus rapides, mais intrinsèquement pas les plus lents non plus."

Selon Frédéric Makowiecki, cette course sera surtout une affaire de compromis. "Nous, en tant que pilote, face aux autres, on va être constamment à l'attaque", prévient-il. "Quand tu as cinq constructeurs, 13 voitures, tu ne peux pas te permettre d'attendre. En LMP1, quand tu as deux équipes qui s'affrontent, tu sais que l'une est plus rapide, l'autre un peu plus fiable, et tu joues là-dessus. Là, on ne peut pas attendre. Si tu attends, les autres ils s'en vont devant !"

Ce compromis va devoir se trouver dans le pilotage. "Nous on va devoir attaquer, et c'est là qu'il faudra qu'on trouve un compromis, sans abîmer la voiture. Certains vibreurs, tu peux aller dessus, d'autres tu évites." Il pense notamment à ceux du Tertre Rouge ou de la Chicane Ford, qui permettent de couper et de gagner du temps. "Ce sont surtout ces points-là qui peuvent changer le chrono. En revanche, ceux de la Dunlop, ils abîment la voiture et tu ne gagnes pas beaucoup de temps."

Côté stratégie, l'usure des pneus rentrera également en compte, même si Porsche pense pouvoir tirer son épingle du jeu. "En termes de stratégie, je vais prendre le départ, ensuite c'est "Richie" [Richard Lietz] et Patrick. Je pense que l'idée est de partir sur des doubles relais, voire des triples si ça passe. Quand il va faire chaud, ce sera compliqué. À un moment ou un autre on va les tenter, ce sera plutôt dans la nuit."

Évolution de trafic

Autre inconnue de la course, ce fameux trafic entre les GT et prototypes. Vaste sujet évoqué depuis quelques années, la différence de vitesse entre les catégories a franchement évolué depuis l'an dernier, avec l'arrivée des nouveaux prototypes. "Ce qui joue beaucoup, ce sont les pilotes en LMP2. Si tu as un pro qui nous dépasse, franchement, les gars, ils te passent tu n'existes pas, sauf deux-trois pilotes qui te tentent des trucs exotiques. Le pilote amateur, il y va, mais il n'y va pas franchement."

La problématique évolue donc par rapport à l'an dernier. "En ligne droite, ça va car ils ont une meilleure pointe de vitesse, ce qui n'était pas le cas avant. En revanche, sur certains points critiques, ils essaient de dépasser, mais ils n'y vont pas vraiment. Le plus terrible, c'est quand ils essayent de t'avoir à la chicane Ford, là tu peux perdre deux secondes. Les pros, ils reprennent du temps partout, tu les vois revenir, ça plonge, tandis que les Am, ça ose moins."

partages
commentaires
Chip Ganassi loue les luttes passionnantes du GTE

Article précédent

Chip Ganassi loue les luttes passionnantes du GTE

Article suivant

Monger rejoint Sausset dans un programme Le Mans pour 2020

Monger rejoint Sausset dans un programme Le Mans pour 2020
Charger les commentaires
Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ? Prime

Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ?

L'ère de l'Hypercar s'est ouverte aux 24 Heures du Mans par la victoire de Toyota. Désormais, la concurrence est attendue et beaucoup de regards sont tournés vers Peugeot, dont l'arrivée est programmée pour 2022. Nous avons rencontré Jean-Marc Finot, directeur de Stellantis Motorsport, pour faire un point complet.

WEC
29 août 2021
Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans Prime

Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans

C'est l'une des plus grandes histoires de la Sarthe. Paul Newman, deuxième des 24 Heures du Mans 1979, aurait pu facilement remporter la célèbre épreuve sans l'ingéniosité du regretté Manfred Kremer.

24 Heures du Mans
20 août 2021
WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités ! Prime

WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités !

La convergence permettant aux machines Le Mans Hypercar de courir en IMSA face aux LMDh à partir de 2023 pourrait offrir des options attrayantes non seulement aux constructeurs, mais aussi pour le calendrier et le format des courses.

WEC
20 juil. 2021
Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre ! Prime

Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre !

Se pencher sur quinze années d'histoire commune, avec autant de réussite que celle rencontrée par Ferrari et AF Corse en GT, n'est pas une mince affaire. Aussi fallait-il s'attarder sur un juge de paix : les 24 Heures du Mans.

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans Prime

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans

L'excitation autour de l'afflux de constructeurs aux 24 Heures du Mans pour 2023 est compréhensible. Mais lorsqu'ils seront confrontés l'un à l'autre, le LMH et le LMDh vivront-ils une cohabitation éphémère ?

24 Heures du Mans
22 avr. 2021
Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960" Prime

Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960"

Son approche passionnée de la course, son projet Hypercar avec le rêve de gagner un jour les 24 Heures du Mans, son modèle visant à vendre des voitures pour pouvoir courir : l'étonnant Jim Glickenhaus a répondu à nos questions.

24 Heures du Mans
22 mars 2021
Pourquoi Ferrari met fin à 50 ans d'absence au sommet de l'Endurance Prime

Pourquoi Ferrari met fin à 50 ans d'absence au sommet de l'Endurance

Revenant dans la catégorie reine de l'Endurance après 50 années d'absence, Ferrari va s'engager en catégorie "Le Mans Hypercar" en 2023. La marque italienne dément tout lien avec le plafond de dépenses de la F1, mais il ne s'agit assurément pas d'une coïncidence...

WEC
28 févr. 2021
Vergne : "Toujours se remettre en question, travailler sans relâche" Prime

Vergne : "Toujours se remettre en question, travailler sans relâche"

À 30 ans, Jean-Éric Vergne est à l'apogée de sa carrière. Le double champion de Formule E va partir en quête d'un troisième titre dans le championnat tout électrique et a été recruté par Peugeot Sport pour l'ère Hypercar à venir. Il s'est confié à Motorsport.com.

Formule E
11 févr. 2021