Comment Le Mans a prouvé qu'une bonne vue est vitale pour la course

Il peut sembler évident que les pilotes de course ont besoin d'une bonne vision pour donner le meilleur d'eux-mêmes, mais lors des 24 Heures du Mans, ce sens le plus vital du sport automobile est mis à rude épreuve.

L'édition 2021 a offert aux concurrents presque toutes les conditions météorologiques possibles, en commençant par une pluie persistante, en passant par un coucher de soleil éblouissant, l'obscurité de la nuit, un brouillard matinal et un soleil rayonnant pour finir.

L'intensité des conditions, associée à la fatigue engendrée par une course de 24 heures avec seulement deux autres coéquipiers pour partager la charge, explique pourquoi la course sarthoise est reconnue comme l'une des plus difficiles du sport automobile.

Les vitesses accentuent la nécessité d'une bonne vision, car les pilotes doivent être capables d'évaluer avec précision leur allure d'approche et d'atteindre les points de corde avec finesse. Un peu trop tôt ou trop tard, et ils perdent du temps, ou pire, le contrôle de la voiture.

Résister à la pression

Au Mans, la vision est mise à rude épreuve car les pilotes sont confrontés à l'éblouissement du soleil, à l'obscurité de la nuit et à un champ de vision rétréci par la fatigue. L'endurance visuelle est donc aussi importante que l'endurance physique.

Un test de la vue est obligatoire pour de nombreuses licences de course et toute déficience visuelle, due à une mauvaise vue ou à la fatigue, peut donner l'impression que les virages arrivent plus vite, réduisant ainsi le temps disponible pour prendre les décisions de conduite de base.

Cet aspect est souvent oublié dans le cadre des exigences de la course. Dans cette vidéo, Paul du Saillant, Directeur Général Délégué d’EssilorLuxottica, dont la marque de verres Essilor est Partenaire Officiel des 24 Heures du Mans, explique : "C'est une amplification de ce que vivent de nombreux automobilistes".

"Tout est amplifié : la vitesse, les conditions de pilotage, la complexité, les conditions météorologiques... Car aux 24 Heures du Mans, vous avez de la pluie, du beau temps, du soleil couchant, toutes sortes de conditions, c'est très complexe à gérer. Il faut garder à l'esprit que 90% des informations qui parviennent au pilote passent par la vue, donc 90% des décisions viennent du fait d'avoir une bonne vision."

Avoir une meilleure vision donne un avantage de performance à n'importe quel conducteur, sur piste ou sur route, et EssilorLuxottica travaille avec la FIA et les Nations Unies pour rechercher et développer un programme de sécurité routière en lien avec une bonne vision

La clé du succès

Les pilotes de course intègrent beaucoup plus d'informations détaillées du circuit que les automobilistes du quotidien, et plus ils sont conscients de ce qui les entoure, plus ils peuvent utiliser ces indicateurs pour perfectionner leurs performances. Un pilote débutant au Mans aura généralement une vision courte et étroite, tandis que les pilotes plus expérimentés regarderont généralement plus loin, ce qui leur permettra d'anticiper les déclenchements à venir et de prendre des décisions de pilotage plus précises.

Les experts affirment également que la capacité de regarder plus loin devant soi procure un meilleur sens de l'équilibre, car elle aide le conducteur à se centrer davantage et le corps dépend moins des sens liés à l'équilibre fournis par l'oreille interne. [1]

La norme minimale de la vue pour la conduite sur route au Royaume-Uni est une acuité visuelle d'au moins 0,5 (6/12) mesurée sur l'échelle de Snellen, soit naturellement, soit à l'aide de lunettes ou de lentilles de contact si nécessaire.

David Navarro, Vice-Président du Plan Groupe "Vision sur la Route" d’Essilor International, affirme qu'il existe un "lien crucial" entre cette acuité visuelle et le temps de réaction, un fait qui a été prouvé par des recherches scientifiques sur la conduite.

Chaque mouvement d'un conducteur est dû à un déclencheur visuel, et c'est pourquoi la précision de la vision est essentielle pour apprendre un circuit, positionner une voiture et devenir rapide et régulier au Mans, ou même sur n'importe quel circuit, quelles que soient les conditions.

David Navarro explique : "Quelqu'un qui roule à 50 km/h avec une perte d'acuité visuelle de 0,5 dioptries va percevoir et lire les informations avec trois secondes de retard par rapport à une vision optimale. C'est énorme. Vous allez également créer des problèmes de champ de vision, en essayant de voir ce qui se passe, donc une vision précise est essentielle. Bien sûr, à 50 km/h, mais encore plus lorsque vous conduisez sur la piste à des vitesses très élevées".

"Une vision optimale est un facteur clé pour améliorer la performance des pilotes de course et être en sécurité sur la route, pour tous les usagers", rappelle Pierre Fillon, Président de l'ACO. "La course des 24 Heures du Mans est un laboratoire d'innovations unique qui met les pilotes face à des défis visuels durant 24 heures et que tout un chacun peut rencontrer sur la route (éblouissement du soleil, conduite de nuit, fatigue visuelle..). Il y a beaucoup de choses que nous pouvons faire. En tant que 24 Heures du Mans et Mission H24, nous sommes fiers de ce partenariat important et fantastique qui commence en 2021."

[1] https://www.allenbergracingschools.com/expert-advice/in-racing-the-eyes-have-it/#Develop_a_Better_Sense_of_Balance

partages
Devenez modérateur sur les commentaires des articles Motorsport.com !
Article précédent

Devenez modérateur sur les commentaires des articles Motorsport.com !

Article suivant

Disparition de Nino Vaccarella, vainqueur au Mans en 1964

Disparition de Nino Vaccarella, vainqueur au Mans en 1964
Gagner et perdre Le Mans le même jour, ce "sentiment étrange" Prime

Gagner et perdre Le Mans le même jour, ce "sentiment étrange"

WRT se bat aux avant-postes du GT depuis des années et a réussi avec brio son passage en prototype, avec à la clé une victoire aux 24 Heures du Mans en LMP2. L'issue aurait même pu être plus heureuse si la course avait été un tour plus courte...

24 Heures du Mans
17 oct. 2021
Panoz et Brabham : l'histoire d'un drôle de choix Prime

Panoz et Brabham : l'histoire d'un drôle de choix

En 1997 le programme Panoz GT n'apparaissait pas comme un choix attrayant pour un ex-pilote de Formule 1, McLaren constituant un bien meilleur pari. Mais contre toute attente, David Brabham fit le choix de la marque américaine pour former un duo gagnant pendant plusieurs années.

GT
25 sept. 2021
Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ? Prime

Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ?

L'ère de l'Hypercar s'est ouverte aux 24 Heures du Mans par la victoire de Toyota. Désormais, la concurrence est attendue et beaucoup de regards sont tournés vers Peugeot, dont l'arrivée est programmée pour 2022. Nous avons rencontré Jean-Marc Finot, directeur de Stellantis Motorsport, pour faire un point complet.

WEC
29 août 2021
Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans Prime

Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans

C'est l'une des plus grandes histoires de la Sarthe. Paul Newman, deuxième des 24 Heures du Mans 1979, aurait pu facilement remporter la célèbre épreuve sans l'ingéniosité du regretté Manfred Kremer.

24 Heures du Mans
20 août 2021
WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités ! Prime

WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités !

La convergence permettant aux machines Le Mans Hypercar de courir en IMSA face aux LMDh à partir de 2023 pourrait offrir des options attrayantes non seulement aux constructeurs, mais aussi pour le calendrier et le format des courses.

WEC
20 juil. 2021
Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre ! Prime

Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre !

Se pencher sur quinze années d'histoire commune, avec autant de réussite que celle rencontrée par Ferrari et AF Corse en GT, n'est pas une mince affaire. Aussi fallait-il s'attarder sur un juge de paix : les 24 Heures du Mans.

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans Prime

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans

L'excitation autour de l'afflux de constructeurs aux 24 Heures du Mans pour 2023 est compréhensible. Mais lorsqu'ils seront confrontés l'un à l'autre, le LMH et le LMDh vivront-ils une cohabitation éphémère ?

24 Heures du Mans
22 avr. 2021
Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960" Prime

Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960"

Son approche passionnée de la course, son projet Hypercar avec le rêve de gagner un jour les 24 Heures du Mans, son modèle visant à vendre des voitures pour pouvoir courir : l'étonnant Jim Glickenhaus a répondu à nos questions.

24 Heures du Mans
22 mars 2021