24 Heures du Mans 24 Heures du Mans

MissionH24 confiant pour "respecter les délais" avec son nouveau proto

MissionH24 reste optimiste quant au respect des délais fixés pour la mise en piste de son dernier prototype de voiture de course à hydrogène. Et ce malgré des retards sur "certaines étapes", a déclaré le directeur technique du projet, Bassel Asslan.

H24EVO

L'objectif reste que la H24EVO, présentée la semaine dernière en marge des 24 Heures du Mans, prenne la piste pour la première fois l'année prochaine, avant une possible entrée en course en 2026, comme cela avait été initialement annoncé lorsque les premières images de la troisième itération du prototype à pile à combustible développé conjointement par GreenGT et l'organisateur des 24 Heures du Mans, l'Automobile Club de l'Ouest, ont été révélées en octobre dernier.

Bassel Asslan a déclaré à Motorsport.com que la version finale de la voiture sera optimisée pour chasser la performance. "Nous allons passer l'étape de la démonstration", a-t-il ainsi indiqué. Mais MissionH24 n'a pas encore finalisé cette dernière mouture de son projet, car l'équipe cherche encore à affiner l'aérodynamique, mais a souligné que le développement "avance dans la bonne direction".

"Nous avons des défis à relever, certaines étapes sont retardées", a déclaré Bernard Asslan le mois dernier à Spa-Francorchamps. "Mais nous aimerions faire rouler cette voiture sur un circuit en 2025, et nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour respecter cet objectif. Peut-être que nous aurons besoin de toute l'année 2025 pour obtenir les performances nécessaires, mais nous ferons rouler la voiture sur le circuit en 2025."

Bassel Asslan a continué en expliquant que même si "la partie rigide, les composants composites" de la H24EVO sont "tout à fait prêts" à être validés, on souhaite donner "un peu plus de temps" pour développer la carrosserie. Il a expliqué que si l'aérodynamique "n'est pas notre valeur ajoutée", il est important de "mieux optimiser l'aéro de la voiture" pour s'assurer que l'ensemble fonctionne harmonieusement.

"Pour adapter l'aéro à la technologie, ce n'est pas si facile", a-t-il déclaré. "Il faut laisser de l'espace ici et là pour obtenir la bonne courbe, alors vous imaginez, il y a beaucoup de calculs CFD.  Cela nous donnera un peu plus de chance jusqu'en novembre pour la figer."

MissionH24 a été à l'avant-garde des efforts visant à démontrer la capacité de l'hydrogène en tant que source d'énergie alternative depuis la première course de démonstration de la première génération de LMPH2G à Spa en 2018. Sa dernière voiture est en cours de développement alors que l'attention portée à l'hydrogène dans le sport automobile est de plus en plus grande.

L'ACO redouble d'efforts pour introduire une réglementation sur l'hydrogène au Mans à partir de 2028, face à l'intérêt croissant des constructeurs actuellement impliqués dans la catégorie Hypercar du WEC.

Différentes approches de l'hydrogène

L'Alpine Alpenglow en démonstration dans les rues du Mans.

L'Alpine Alpenglow en démonstration dans les rues du Mans.

Photo de: Alexander Trienitz

Toyota a signalé son intention de faire courir un prototype à hydrogène avec le lancement d'un concept car l'année dernière, tandis qu'Alpine affirme que son "laboratoire roulant" Alpenglow Hy4 l'aidera à établir la faisabilité économique d'un programme compétition. Cependant, il faudra peut-être attendre 2028 pour voir un concurrent utiliser cette énergie alternative, car les règlements de la catégorie proposée n'ont pas encore été finalisés.

Bien qu'il existe des différences d'approche entre la famille de voitures à pile à combustible MissionH24 et des voitures comme l'Alpenglow Hy4, qui utilise un moteur à combustion interne, Bassel Asslan estime qu'"il y a toujours quelque chose à apprendre" des autres projets. "Nous avons encore en commun le stockage, nous avons encore beaucoup d'autres détails liés au ravitaillement, liés à l'hydrogène", a-t-il déclaré à propos de l'Alpenglow.

Des démonstrations ont eu lieu il y a quelques jours au Mans avec divers prototypes fonctionnant à l'hydrogène, notamment la deuxième génération de H24 de MissionH24 et l'Alpenglow, qui n'avait pas pu rejoindre la H24 en piste à Spa à la suite d'une défaillance électronique.

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Valentino Rossi : "J'ai beaucoup aimé être en tête !"
Article suivant McLaren planche encore et toujours sur une arrivée en Hypercar

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France