Olivier Pla : "On s'attend à ce que tout le monde soit très fort"

Olivier Pla s'attaque à une deuxième édition des 24 Heures du Mans en tant que pilote Ford. La marque américaine est forte de sa victoire en 2016, mais le Toulousain garde les pieds sur terre avant la Journée Test.

Olivier Pla : "On s'attend à ce que tout le monde soit très fort"

Un an après, Ford revient sur les lieux de son succès. Le Mans et une victoire remarquable pour la première venue de la Ford GT en Sarthe. À l'époque, Joey Hand, Dirk Müller et Sébastien Bourdais s'étaient imposés au terme d'un duel remarquable avec Ferrari.

Ford arrive donc cette année en terrain connu, avec du matériel connu, mais pas pour autant la fleur au fusil, comme l'explique Olivier Pla, qui pilote sur la Ford GT #66, l'une des quatre de l'impressionnante escouade des GT de la firme de Dearborn. Un Olivier Pla plus "excité que stressé" de revenir dans la Sarthe. 

#66 Ford Chip Ganassi Racing Ford GT: Olivier Pla, Stefan Mücke, Billy Johnson

Contrairement à l'an dernier, la firme de Dearborn s'attaque avec un peu plus d'expérience au circuit du Mans. "Là, nous arrivons avec le kit low downforce, qui est le même que celui de l'année dernière", précise le Français de chez Ford auprès de Motorsport.com. "C'est le règlement GTE qui veut ça. On ne peut apporter d'évolutions aérodynamiques sur la voiture qu'au bout de deux ans." Ford arrive donc avec une GT mature et bien mieux maîtrisée que lors de l'année précédente.

Le vrai changement intervient dans les liaisons au sol. Par rapport à l'an dernier, le règlement au niveau des pneus en Championnat du monde d'Endurance a évolué. Au Mans, selon Pla, les effets de ce dernier devraient moins s'en faire ressentir que sur les autres manches du championnat. "Sur des courses de six heures, comme Spa ou Silverstone, on doit se partager quatre trains de pneus pour les qualifications et la course. Il faut travailler à préserver les gommes." Au Mans en revanche, la donne est différente : "On est moins limités, ce qui est logique. Les contraintes sur le circuit sont importantes, et l'on ne peut se permettre de terminer avec des pneus à l'agonie. Ce ne sera pas un problème comme sur le WEC."

Hiérarchie serrée

Reste désormais à savoir où se situe la Ford GT par rapport à ses concurrentes que sont Aston Martin, Ferrari, Corvette et Porsche. Pour Olivier Pla, les résultats de Silverstone, où Ford, avec Thincknell et Priaulx signe la victoire, puis de Spa-Francorchamps, ou Ferrari s'est montré à l'aise, ne reflètent pas forcément la hiérarchie.  "Difficile de se prononcer", explique Olivier Pla. "J'espère que les performances des voitures seront bien équilibrées, mais on s'attend à ce que tout le monde soit très fort. Aston Martin, Ferrari, Corvette, ce sont toutes de bonnes équipes, et Porsche arrive avec une nouvelle voiture."

#66 Ford Chip Ganassi Racing Ford GT: Olivier Pla, Stefan Mücke, Billy Johnson

La firme allemande sera la seule vraie inconnue, même si, pour le moment, les nouvelles 911 RSR se sont montrées un peu plus en retrait. La Journée Test de dimanche devrait permettre d'en savoir un peu plus avant la course.

Une journée "très importante", précise-t-il. "L'année dernière, elle l'était d'autant plus car on posait les roues de la GT pour la première fois sur ce circuit mythique." Mythique et exigeant, avec les longues lignes droites dans les Hunaudières, et ses courbes rapides, comme les virages d'Indianapolis et Porsche, l'enchaînement de la Nouvelle Portion. 

Olivier Pla, Ford Chip Ganassi Racing

"La Journée Test nous permet de valider de nouvelles choses, de vérifier le travail effectué. Cela va des réglages du set-up au travail avec les Michelin, que l'on vérifie. En termes de réglages, il y a toujours des nouvelles voies que l'on peut étudier, des choses à améliorer. Il y a un perpétuel développement sur la voiture." Avec une sérénité en plus d'acquise, celle d'avoir une année dans les jambes, et d'éviter les surprises de la découverte. Une course comme Le Mans se joue sur des détails, rentrer très vite dans le programme de travail en fait partie.

Humilité en tête

Pourtant, Ford n'arrive pas en terrain conquis. L'accident de Sébastien Bourdais, son équipier sur l'une des Ford engagées, a forcé la firme de Dearborn à revoir l'organisation de l'équipage de la voiture flanquée du #68. Tony Kanaan venant remplacer au pied levé le pilote manceau, vainqueur en titre dans la catégorie GTE. 

#66 Ford Chip Ganassi Racing Ford GT: Olivier Pla, Stefan Mücke, Billy Johnson

Pas de quoi déséquilibrer le fonctionnement d'une équipe dans son ensemble, mais un contretemps fâcheux, jamais agréable à encaisser. Le Toulousain regrette d'ailleurs l'absence de son équipier manceau. Un pilote qu'il connaît depuis son enfance : "C'est frustrant pour Seb, car il s'est imposé ici l'an dernier. C'est un super pilote, que j'apprécie beaucoup. On s'est connus petits, quand nos pères respectifs courraient ensemble. Dans son malheur, il a eu de la chance, car son accident est impressionnant. J'espère qu'il va se remettre vite, et je pense qu'il le fera."

Sur sa voiture, en compagnie de Stefan Mücke, son équipier habituel en WEC, Olivier Pla retrouvera l'Américain Billy Johnson. Les trois hommes se connaissent bien pour avoir fait Le Mans ensemble en 2016, sur la Ford GT. Une quatrième place en GTE était venue conclure leur aventure. Un an après, les réflexes n'ont pas été perdus, assure Oliver Pla : "On a fait pas mal de tests ensemble, on a l'habitude de travailler ensemble, nous sommes plus que rodés." De quoi aller chercher une victoire de catégorie en GTE Pro ? "Clairement, Ford vient pour gagner." Reste désormais à aligner les petits détails qui mènent à la victoire en Sarthe. 

#66 Ford Chip Ganassi Racing Ford GT: Olivier Pla, Stefan Mücke, Billy Johnson
partages
commentaires
Larbre Compétition avec une livrée fluorescente pour Le Mans !

Article précédent

Larbre Compétition avec une livrée fluorescente pour Le Mans !

Article suivant

Journée Test des 24 Heures du Mans, mode d'emploi

Journée Test des 24 Heures du Mans, mode d'emploi
Charger les commentaires
Gagner et perdre Le Mans le même jour, ce "sentiment étrange" Prime

Gagner et perdre Le Mans le même jour, ce "sentiment étrange"

WRT se bat aux avant-postes du GT depuis des années et a réussi avec brio son passage en prototype, avec à la clé une victoire aux 24 Heures du Mans en LMP2. L'issue aurait même pu être plus heureuse si la course avait été un tour plus courte...

24 Heures du Mans
17 oct. 2021
Panoz et Brabham : l'histoire d'un drôle de choix Prime

Panoz et Brabham : l'histoire d'un drôle de choix

En 1997 le programme Panoz GT n'apparaissait pas comme un choix attrayant pour un ex-pilote de Formule 1, McLaren constituant un bien meilleur pari. Mais contre toute attente, David Brabham fit le choix de la marque américaine pour former un duo gagnant pendant plusieurs années.

GT
25 sept. 2021
Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ? Prime

Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ?

L'ère de l'Hypercar s'est ouverte aux 24 Heures du Mans par la victoire de Toyota. Désormais, la concurrence est attendue et beaucoup de regards sont tournés vers Peugeot, dont l'arrivée est programmée pour 2022. Nous avons rencontré Jean-Marc Finot, directeur de Stellantis Motorsport, pour faire un point complet.

WEC
29 août 2021
Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans Prime

Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans

C'est l'une des plus grandes histoires de la Sarthe. Paul Newman, deuxième des 24 Heures du Mans 1979, aurait pu facilement remporter la célèbre épreuve sans l'ingéniosité du regretté Manfred Kremer.

24 Heures du Mans
20 août 2021
WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités ! Prime

WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités !

La convergence permettant aux machines Le Mans Hypercar de courir en IMSA face aux LMDh à partir de 2023 pourrait offrir des options attrayantes non seulement aux constructeurs, mais aussi pour le calendrier et le format des courses.

WEC
20 juil. 2021
Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre ! Prime

Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre !

Se pencher sur quinze années d'histoire commune, avec autant de réussite que celle rencontrée par Ferrari et AF Corse en GT, n'est pas une mince affaire. Aussi fallait-il s'attarder sur un juge de paix : les 24 Heures du Mans.

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans Prime

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans

L'excitation autour de l'afflux de constructeurs aux 24 Heures du Mans pour 2023 est compréhensible. Mais lorsqu'ils seront confrontés l'un à l'autre, le LMH et le LMDh vivront-ils une cohabitation éphémère ?

24 Heures du Mans
22 avr. 2021
Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960" Prime

Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960"

Son approche passionnée de la course, son projet Hypercar avec le rêve de gagner un jour les 24 Heures du Mans, son modèle visant à vendre des voitures pour pouvoir courir : l'étonnant Jim Glickenhaus a répondu à nos questions.

24 Heures du Mans
22 mars 2021