Panis-Barthez Compétition a atteint ses objectifs au Mans

Pour sa première participation aux 24 Heures du Mans, la structure française a respecté son tableau de marche, et atteint l'arrivée de l'épreuve avec une 8e place au classement LMP2.

Panis-Barthez Compétition a atteint ses objectifs au Mans
#23 Panis Barthez Competition Ligier JS P2 Nissan: Fabien Barthez, Timothé Buret, Paul-Loup Chatin
#23 Panis Barthez Competition Ligier JS P2 Nissan: Fabien Barthez, Timothé Buret, Paul-Loup Chatin
Arrêt au stand : #23 Panis Barthez Competition Ligier JS P2 Nissan: Fabien Barthez, Timothé Buret, Paul-Loup Chatin
#23 Panis Barthez Competition Ligier JS P2 Nissan : Olivier Panis
#23 Panis Barthez Competition Ligier JS P2 Nissan: Fabien Barthez
#23 Panis Barthez Competition Ligier JS P2 Nissan: Paul-Loup Chatin
Arrêt au stand : #23 Panis Barthez Competition Ligier JS P2 Nissan: Fabien Barthez, Timothé Buret, Paul-Loup Chatin
Arrêt au stand : #23 Panis Barthez Competition Ligier JS P2 Nissan: Fabien Barthez, Timothé Buret, Paul-Loup Chatin
#23 Panis Barthez Competition Ligier JS P2 Nissan: Fabien Barthez, Timothé Buret, Paul-Loup Chatin, #33 Eurasia Motorsport Oreca 05 Nissan: Jun Jin Pu, Nick de Bruijn, Tristan Gommendy

Menée par Paul-Loup Chatin, Fabien Barthez et Timothé Buret - son trio du championnat ELMS -, la Ligier JS P2 de la formation tricolore s'était élancée du 10e rang de la catégorie au départ (18e au général), avant de suivre le plan établi et d'évoluer à un rythme régulier qui lui a permis d'éviter les embûches. 

Après leur 9e place à Silverstone, et une 7e position à Imola, lors des deux premières manches du championnat ELMS, Chatin, Barthez et Buret peuvent s'enorgueillir d'une bonne 8e place de leur catégorie au Mans, sans avoir connu de problème majeur hormis quelques petits soucis techniques vite résolus, à l'issue d'une semaine extrêmement formatrice pour l'ensemble de l'équipe. 

"J'avais déjà vécu des moments magiques en tant que pilote des 24 heures du Mans, mais cette fois, j'ai ressenti une nouvelle émotion lorsque j'ai vu "notre" voiture passer la ligne d'arrivée", s'enthousiasme Olivier Panis. 

"Lorsque nous avons créé Panis-Barthez Compétition avec Renaud Derlot, Sarah et Simon Abadie avec cette volonté de monter une filière en endurance pour de jeunes pilotes et que nous avons eu la satisfaction d'être invités au Mans, nous nous sommes dit que nous devions tout mettre en œuvre pour être à la hauteur de cet évènement unique", poursuit l'ancien pilote de F1. 

Nos trois pilotes, sous la coupe de Renaud Derlot, ont été parfaitement à la hauteur de nos ambitions pour s'attaquer à cette épreuve si difficile et ont joué chacun leur rôle avec un grand sens des responsabilités. Notre aventure ne fait que commencer, j'ai déjà hâte de me retrouver avec le team et nos deux équipages en LMP2 et LMP3 pour la prochaine manche de l'ELMS en Autriche le mois prochain !" 

Barthez s'est attaqué à un autre monument

Après avoir fait ses débuts en compétition par le biais de courses GT, en GT Tour notamment, Fabien Barthez a découvert l'endurance cette saison en ELMS. Le vainqueur de la Coupe du Monde de Football 1998 s'est attaqué le week-end dernier à un autre monument.

"Finalement, le fait de voir passer notre voiture sous le drapeau à damier à cette belle place ne m'a pas tellement surpris car j'ai pu apprécier depuis six mois le travail énorme de toute l'équipe et cela m'a conforté dans mon sentiment qu'on avait tous le même état d'esprit pour arriver à ce résultat", commente Fabien Barthez. 

"Pour ma part, j'ai ressenti une montée en puissance par rapport à mon expérience sur ce circuit il y a 2 ans en GT. J'ai passé un cap au niveau de ma confiance personnelle et j'ai engrangé encore un peu plus d'expérience."

partages
commentaires
Toyota révèle la défaillance qui lui a coûté la victoire au Mans
Article précédent

Toyota révèle la défaillance qui lui a coûté la victoire au Mans

Article suivant

Chronique Timo Bernhard - "Le Mans se paie au prix fort"

Chronique Timo Bernhard - "Le Mans se paie au prix fort"
Charger les commentaires
Gagner et perdre Le Mans le même jour, ce "sentiment étrange" Prime

Gagner et perdre Le Mans le même jour, ce "sentiment étrange"

WRT se bat aux avant-postes du GT depuis des années et a réussi avec brio son passage en prototype, avec à la clé une victoire aux 24 Heures du Mans en LMP2. L'issue aurait même pu être plus heureuse si la course avait été un tour plus courte...

24 Heures du Mans
17 oct. 2021
Panoz et Brabham : l'histoire d'un drôle de choix Prime

Panoz et Brabham : l'histoire d'un drôle de choix

En 1997 le programme Panoz GT n'apparaissait pas comme un choix attrayant pour un ex-pilote de Formule 1, McLaren constituant un bien meilleur pari. Mais contre toute attente, David Brabham fit le choix de la marque américaine pour former un duo gagnant pendant plusieurs années.

GT
25 sept. 2021
Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ? Prime

Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ?

L'ère de l'Hypercar s'est ouverte aux 24 Heures du Mans par la victoire de Toyota. Désormais, la concurrence est attendue et beaucoup de regards sont tournés vers Peugeot, dont l'arrivée est programmée pour 2022. Nous avons rencontré Jean-Marc Finot, directeur de Stellantis Motorsport, pour faire un point complet.

WEC
29 août 2021
Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans Prime

Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans

C'est l'une des plus grandes histoires de la Sarthe. Paul Newman, deuxième des 24 Heures du Mans 1979, aurait pu facilement remporter la célèbre épreuve sans l'ingéniosité du regretté Manfred Kremer.

24 Heures du Mans
20 août 2021
WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités ! Prime

WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités !

La convergence permettant aux machines Le Mans Hypercar de courir en IMSA face aux LMDh à partir de 2023 pourrait offrir des options attrayantes non seulement aux constructeurs, mais aussi pour le calendrier et le format des courses.

WEC
20 juil. 2021
Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre ! Prime

Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre !

Se pencher sur quinze années d'histoire commune, avec autant de réussite que celle rencontrée par Ferrari et AF Corse en GT, n'est pas une mince affaire. Aussi fallait-il s'attarder sur un juge de paix : les 24 Heures du Mans.

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans Prime

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans

L'excitation autour de l'afflux de constructeurs aux 24 Heures du Mans pour 2023 est compréhensible. Mais lorsqu'ils seront confrontés l'un à l'autre, le LMH et le LMDh vivront-ils une cohabitation éphémère ?

24 Heures du Mans
22 avr. 2021
Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960" Prime

Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960"

Son approche passionnée de la course, son projet Hypercar avec le rêve de gagner un jour les 24 Heures du Mans, son modèle visant à vendre des voitures pour pouvoir courir : l'étonnant Jim Glickenhaus a répondu à nos questions.

24 Heures du Mans
22 mars 2021