Pegasus Racing passe à la vitesse supérieure
#29 Pegasus Racing Morgan LM P2 : Ho-Pin Tung, David Cheng, Leo Roussel
#29 Pegasus Racing Morgan LM P2: Ho-Pin Tung, David Cheng, Leo Roussel
#29 Pegasus Racing Morgan LM P2: Ho-Pin Tung, David Cheng, Leo Roussel
#29 Pegasus Racing Morgan LM P2 : David Cheng
#29 Pegasus Racing Morgan LM P2 : Ho-Pin Tung, David Cheng, Leo Roussel

L'écurie Pegasus Racing s'apprête à disputer ses troisièmes 24 Heures du Mans dans un peu plus d'une semaine. Mais l'écurie alsacienne s'est donnée cette année les moyens de ses ambitions, avec un trio de pilotes de tout premier plan avec Léo Roussel, David Cheng et Ho Pin Tung, et le soutien de Total Chine, qui l'emmènera également à effectuer sa toute première apparition en WEC, lors de la manche de Shanghai cet automne.

Après avoir mené son équipe Pegasus Racing au titre en challenge prototype V de V (en 2006 et 2008), puis en catégorie FLM de l'European Le Mans Series en 2011, Julien Schell a cette année lâché le volant pour mieux se concentrer sur son rôle de team manager, qu'il partage avec son père Claude. Aux côtés du jeune et talentueux Léo Roussel, déjà dans l'effectif depuis l'an passé, les Alsaciens jouent désormais la carte des pilotes professionnels afin de viser des objectifs plus élevés.

C’est de bon augure pour les 24 Heures, on a encore une bonne marge de progression

Julien Schell, team manager du Pegasus Racing.

Ainsi, alors que David Cheng a rejoint l'écurie en début de saison, où il épaulait Roussel et Jonathan Coleman, c'est un autre pilote chinois,  Ho Pin Tung, ancien pilote de réserve en Formule 1, qui complètera le trio du Pegasus Racing pour les troisième 24 Heures du Mans de la structure strasbourgeoise. 

Dimanche dernier, lors de la journée test sur le circuit de la Sarthe, Ho Pin Tung découvrait ainsi à la fois la Morgan-Judd et ses nouveaux équipiers. Une alchimie qui a déjà bien pris.

"Cela s’est plutôt bien passé", a confié Julien Schell à Motorsport.com. "C’est la première fois que nous faisions rouler nos pilotes ensemble. Le matin, nous nous sommes concentrés sur les réglages de la voiture, sans forcément chercher un chrono. L’après-midi, il a plu, et nous nous sommes montrés performants dans ces conditions, nous positionnant entre les 3e et 5e temps de la catégorie. C’est de bon augure pour les 24 Heures, on a encore une bonne marge de progression. Mais il va falloir peaufiner d’ici là car les autres équipes vont encore beaucoup travailler elles aussi avant la course".

"Il était également important pour nous d'afficher une image professionnelle déjà à l'occasion de cette journée, que ce soit au niveau de la voiture, des stands ou des camion, vis-à-vis de notre nouveau partenaire, Total Chine".

Débuts en WEC à Shanghai

Fondée il y a une quinzaine d'années, l'écurie Pegasus Racing a en effet franchi un nouveau palier en 2015. Outre un équipage désormais 100% professionnel, l'équipe bas-rhinoise vient en effet d'annoncer un accord avec un partenaire d'envergure, en l'occurrence la filiale asiatique du groupe pétrolier français. Un nouveau partenariat qui lui permettra ainsi d'effectuer ses grands débuts en WEC, programmés à l'occasion de la manche de Shanghai, le 1er novembre. Un nouveau chapitre pour Julien Schell et les siens.

"Le WEC constitue depuis longtemps l'objectif du Pegasus Racing", continue l'Alsacien. "Nous continuons à gravir les échelons au fur et à mesure. Ce programme est conséquent, et il s’agira d’un sacré challenge à relever, d’autant qu’il suivra d’une semaine la finale de l’ELMS à Estoril. Mais nous sommes heureux de pouvoir prendre part à ce championnat d’envergure, surtout avec un équipage comme celui dont nous disposons aujourd'hui".

En attendant, le Pegasus se prépare à son troisième double tour d'horloge sarthois. Après un abandon en 2010 (accrochage) avec la Norma-Judd P2, puis une 14e place en LMP2 l'an passé, avec la Morgan-Nissan déjà, "les bleus" se verraient bien jouer le podium de leur catégorie lors de l'édition 2015.

partages
Gaëtan Paletou aux 24H du Mans grâce à Gran Turismo

Article précédent

Gaëtan Paletou aux 24H du Mans grâce à Gran Turismo

Article suivant

17, 18, 19 - Pourquoi Porsche a choisi ces numéros?

17, 18, 19 - Pourquoi Porsche a choisi ces numéros?
Panoz et Brabham : l'histoire d'un drôle de choix Prime

Panoz et Brabham : l'histoire d'un drôle de choix

En 1997 le programme Panoz GT n'apparaissait pas comme un choix attrayant pour un ex-pilote de Formule 1, McLaren constituant un bien meilleur pari. Mais contre toute attente, David Brabham fit le choix de la marque américaine pour former un duo gagnant pendant plusieurs années.

GT
25 sept. 2021
Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ? Prime

Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ?

L'ère de l'Hypercar s'est ouverte aux 24 Heures du Mans par la victoire de Toyota. Désormais, la concurrence est attendue et beaucoup de regards sont tournés vers Peugeot, dont l'arrivée est programmée pour 2022. Nous avons rencontré Jean-Marc Finot, directeur de Stellantis Motorsport, pour faire un point complet.

WEC
29 août 2021
Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans Prime

Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans

C'est l'une des plus grandes histoires de la Sarthe. Paul Newman, deuxième des 24 Heures du Mans 1979, aurait pu facilement remporter la célèbre épreuve sans l'ingéniosité du regretté Manfred Kremer.

24 Heures du Mans
20 août 2021
WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités ! Prime

WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités !

La convergence permettant aux machines Le Mans Hypercar de courir en IMSA face aux LMDh à partir de 2023 pourrait offrir des options attrayantes non seulement aux constructeurs, mais aussi pour le calendrier et le format des courses.

WEC
20 juil. 2021
Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre ! Prime

Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre !

Se pencher sur quinze années d'histoire commune, avec autant de réussite que celle rencontrée par Ferrari et AF Corse en GT, n'est pas une mince affaire. Aussi fallait-il s'attarder sur un juge de paix : les 24 Heures du Mans.

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans Prime

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans

L'excitation autour de l'afflux de constructeurs aux 24 Heures du Mans pour 2023 est compréhensible. Mais lorsqu'ils seront confrontés l'un à l'autre, le LMH et le LMDh vivront-ils une cohabitation éphémère ?

24 Heures du Mans
22 avr. 2021
Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960" Prime

Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960"

Son approche passionnée de la course, son projet Hypercar avec le rêve de gagner un jour les 24 Heures du Mans, son modèle visant à vendre des voitures pour pouvoir courir : l'étonnant Jim Glickenhaus a répondu à nos questions.

24 Heures du Mans
22 mars 2021
Pourquoi Ferrari met fin à 50 ans d'absence au sommet de l'Endurance Prime

Pourquoi Ferrari met fin à 50 ans d'absence au sommet de l'Endurance

Revenant dans la catégorie reine de l'Endurance après 50 années d'absence, Ferrari va s'engager en catégorie "Le Mans Hypercar" en 2023. La marque italienne dément tout lien avec le plafond de dépenses de la F1, mais il ne s'agit assurément pas d'une coïncidence...

WEC
28 févr. 2021