Pénalités multiples pour les deux premiers du GTE Pro

La Ford n°68 vainqueur de la catégorie GTE Pro, ainsi que la Ferrari Risi Competizione, qui avait terminé deuxième de la catégorie, ont toutes deux écopé de pénalités, après que les deux équipes ont porté réclamation l'une contre l'autre.

Pénalités multiples pour les deux premiers du GTE Pro
#82 Risi Competizione Ferrari 488 GTE: Giancarlo Fisichella, Toni Vilander, Matteo Malucelli
#69 Ford Chip Ganassi Racing Ford GT: Ryan Briscoe, Richard Westbrook, Scott Dixon
#82 Risi Competizione Ferrari 488 GTE: Giancarlo Fisichella, Toni Vilander, Matteo Malucelli
#68 Ford Chip Ganassi Racing Ford GT: Joey Hand, Dirk Müller, Sébastien Bourdais
Action de nuit
#68 Ford Chip Ganassi Racing Ford GT: Joey Hand, Dirk Müller, Sébastien Bourdais
Charger le lecteur audio

La Ford GT n°68 pilotée par Dirk Müller, Joey Hand et Sébastien Bourdais a écopé d'une pénalité de 50 secondes après avoir été accusée par le Risi Competizione d'avoir dépassé la limite de vitesse imposée dans une slow zone. De plus, les commissaires ont également constaté qu'un capteur ne fonctionnait pas correctement sur la Ford n°68, qui recevait 20 secondes supplémentaires de pénalité.

Une double sanction qui aurait pu permettre à la Ferrari n°85 du Risi Competizione, pilotée par Giancarlo Fisichella, Toni Vilander et Mateo Malucelli, de récupérer la victoire, mais l'équipe Ganassi portait à son tour réclamation contre la structure américaine alignant la Ferrari 488 pour un défaut de fonctionnement de ses diodes lumineuses à l'avant.

La Ferrari Risi s'était vu intimé l'ordre par la direction de course d'observer un arrêt aux stands en fin de course, mais n'avait pas respecté cette directive. L'équipe Risi Competizione écopait ainsi de 20 secondes de pénalité, et de 5'000 euros d'amende.

Les trois premiers en 15 secondes

Une double pénalité pour les deux leaders du GTE Pro qui ne changeait finalement pas l'ordre de la catégorie, la Ford n°68 s'imposant officiellement pour 10,2 secondes devant la Ferrari. La Ford n°69, qui complétait le podium, échoue finalement à 4,6 secondes de la 488, les trois premiers se tenant ainsi en 15 secondes au classement définitif de l'épreuve.

Ford peut ainsi souffler et conserver ce succès historique pour son retour au Mans, cinquante ans après le triplé des Ford GT 40 dans la Sarthe.

partages
commentaires
Sébastien Bourdais tient son succès au Mans
Article précédent

Sébastien Bourdais tient son succès au Mans

Article suivant

Jani, vainqueur du Mans, a "le coeur déchiré" pour Toyota

Jani, vainqueur du Mans, a "le coeur déchiré" pour Toyota
Charger les commentaires
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Gagner et perdre Le Mans le même jour, ce "sentiment étrange" Prime

Gagner et perdre Le Mans le même jour, ce "sentiment étrange"

WRT se bat aux avant-postes du GT depuis des années et a réussi avec brio son passage en prototype, avec à la clé une victoire aux 24 Heures du Mans en LMP2. L'issue aurait même pu être plus heureuse si la course avait été un tour plus courte...

24 Heures du Mans
17 oct. 2021
Panoz et Brabham : l'histoire d'un drôle de choix Prime

Panoz et Brabham : l'histoire d'un drôle de choix

En 1997 le programme Panoz GT n'apparaissait pas comme un choix attrayant pour un ex-pilote de Formule 1, McLaren constituant un bien meilleur pari. Mais contre toute attente, David Brabham fit le choix de la marque américaine pour former un duo gagnant pendant plusieurs années.

GT
25 sept. 2021
Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ? Prime

Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ?

L'ère de l'Hypercar s'est ouverte aux 24 Heures du Mans par la victoire de Toyota. Désormais, la concurrence est attendue et beaucoup de regards sont tournés vers Peugeot, dont l'arrivée est programmée pour 2022. Nous avons rencontré Jean-Marc Finot, directeur de Stellantis Motorsport, pour faire un point complet.

WEC
29 août 2021
Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans Prime

Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans

C'est l'une des plus grandes histoires de la Sarthe. Paul Newman, deuxième des 24 Heures du Mans 1979, aurait pu facilement remporter la célèbre épreuve sans l'ingéniosité du regretté Manfred Kremer.

24 Heures du Mans
20 août 2021
WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités ! Prime

WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités !

La convergence permettant aux machines Le Mans Hypercar de courir en IMSA face aux LMDh à partir de 2023 pourrait offrir des options attrayantes non seulement aux constructeurs, mais aussi pour le calendrier et le format des courses.

WEC
20 juil. 2021
Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre ! Prime

Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre !

Se pencher sur quinze années d'histoire commune, avec autant de réussite que celle rencontrée par Ferrari et AF Corse en GT, n'est pas une mince affaire. Aussi fallait-il s'attarder sur un juge de paix : les 24 Heures du Mans.

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans Prime

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans

L'excitation autour de l'afflux de constructeurs aux 24 Heures du Mans pour 2023 est compréhensible. Mais lorsqu'ils seront confrontés l'un à l'autre, le LMH et le LMDh vivront-ils une cohabitation éphémère ?

24 Heures du Mans
22 avr. 2021