Interview
24 Heures du Mans 24 Heures du Mans

Pneus, pluie, fiabilité : Vergne (modérément) confiant pour les 24H

Jean-Éric Vergne s'est entretenu avec la presse française ce jeudi, après des qualifications qui ont vu les deux Peugeot échouer dans leur quête d'Hyperpole. La marque au Lion est clairement en retrait à l'aube de la course, mais le tricolore garde des espoirs de top 5 au général. Tant que la fiabilité ne vient pas s'en mêler...

#93 Peugeot Totalenergies Peugeot 9X8 of Paul Di Resta, Mikkel Jensen, Jean-Eric Vergne, Stoffel Vandorme

Jean-Éric Vergne, quel bilan tirez-vous des qualifications ?

Je ne peux pas trop le dire, je n'ai pas roulé. C'était une séance difficile. Mikkel [Jensen] avait fait de meilleurs chronos que ce qu'on a pu voir sur la feuille de temps. Vraiment pas mal de malchance où, à une seconde près, le drapeau rouge lui tombe dessus. Ensuite, c'est un peu la roulette russe en fonction du trafic. Ce sont des choses qui arrivent en qualifs.

Lire aussi :

On savait qu'on n'allait pas se battre pour la pole et que notre focus était entièrement sur la course et sur la dégradation des pneus – le rythme de course à proprement parler. Par rapport à ça, je pense qu'en EL2, avec Mikkel et Paul [Di Resta], on était extrêmement contents de la voiture. Je pense que c'étaient probablement les meilleurs réglages que j'aie jamais eus de tous les roulages que j'ai faits avec la Peugeot, donc très content de la séance d'hier. Je pense qu'on avance vraiment dans la bonne direction. On a vraiment connu une séance sans aucun problème, on a pu faire les tests qu'on voulait faire, on a pu avoir les réponses sur les pneus aussi. C'était très positif. La performance, honnêtement, était vraiment pas mal.

Qu'est-ce qui vous manque pour rattraper les deux secondes, voire deux secondes et demie ?

Je ne pense pas qu'on soit à deux secondes et demie. Après, je ne sais pas à quel point les autres cachent leur jeu sur les longs relais. Je pense que dans toute catégorie, il y a toujours pas mal de temps à aller chercher quand on se focalise vraiment sur les qualifications, sur l'utilisation optimum des pneus, sur le roulage avec une voiture qui a peu d'essence.

#93 Peugeot Totalenergies Peugeot 9X8 of Jean-Eric Vergne

Jean-Éric Vergne (Peugeot Sport)

Comme je le disais, le focus est vraiment sur la course. Je pense que l'écart que l'on voit en qualifs, on ne le voit pas forcément sur les longs relais. Après, c'est toujours pareil, on ne sait pas vraiment à quel jeu les autres peuvent jouer, mais sur les relais d'hier, quand les autres n'étaient pas en pneus neufs, on n'était vraiment pas mal. Pour la première fois, j'ai pu rouler avec d'autres Hypercars sans me faire distancer. C'est là que j'ai pu voir que, pour une fois, j'avais une voiture pour jouer avec les autres. C'est sûr que ça fait plaisir, j'espère que ce sera le cas encore en course.

Sur quoi pouvez-vous encore travailler avant la course ?

Je pense que d'autres ont quand même un peu de dégradation. Quand je voyais d'autres voitures hier, elles galéraient quand même un peu avec leur train arrière. Je me dis qu'elles roulaient avec des pneus un peu usés. Au Mans, en général, il n'y a pas trop de dégradation, mais j'ai l'impression que certaines équipes en ont un peu plus que ce qu'elles pensaient avoir. Par rapport à ça, je pense qu'il va être vachement important de réussir à être constants. Sur le chrono ultime, on ne sera certainement pas au niveau des autres, mais j'ose espérer que sur la durée d'un relais, on peut avoir une bonne moyenne avec peu de dégradation et une bonne performance tout au long des relais.

Ce concept particulier de la voiture était annoncé comme étant fait pour Le Mans. Votre position actuelle est-elle quand même une petite déception malgré tout ?

Honnêtement, les qualifs, tout le monde s'en fout. C'est sûr qu'on aurait aimé être en Hyperpole, parce que ça fait des tours en plus. La course est tellement longue, il se passe tellement de choses, en plus ils annoncent un peu de la pluie pour samedi… Je pense qu'on ne peut pas tout faire. On a un certain retard sur lequel on a dû travailler énormément pour essayer de combler le manque de performance. Je préfère qu'on meuble ce manque de performance sur les relais de course plutôt que sur les qualifs, il n'y a même pas de question là-dessus.

#93 Peugeot Totalenergies Peugeot 9X8 of Paul Di Resta, Mikkel Jensen, Jean-Eric Vergne

#93 Peugeot TotalEnergies Peugeot 9X8 - Paul Di Resta, Mikkel Jensen, Jean-Éric Vergne

La pluie annoncée pour samedi après-midi pourrait-elle niveler les performances ?

Je pense qu'il ne peut y avoir que des perdants avec la pluie. Quand on roule au Mans sous la pluie, si tu arrives à faire ton relais sans erreur, sans tête-à-queue, sans passage dans le bac, sans se faire harponner par une autre derrière au freinage… Il ne peut y avoir que des problèmes sous la pluie. Après, en performance, on a roulé une fois sous la pluie à Spa et on avait l'air pas mal du tout par rapport aux autres. On a notre motricité [hybride] qui arrive à 150 km/h par rapport aux autres à [190]. Sur le sec, ça ne change rien. Sur la pluie, ça peut peut-être représenter un avantage. S'il pleut, le mot d'ordre sera de ne pas faire d'erreur, de survivre plus longtemps que les autres.

La voiture semble manquer de motricité…

Avant, dans les phases de motricité, on n'arrivait pas à accélérer sur les vibreurs. À Spa, à l'Arrêt de Bus, rien que le fait de toucher le vibreur, je perdais de la motricité. Là, j'ai été très agréablement surpris, car je n'ai vraiment pas senti ce problème-là ici. J'ai fait des tours derrière la Porsche, derrière la Cadillac, et je n'ai senti aucune faiblesse dans les phases de motricité. Il y a des endroits où j'étais plus rapide par ailleurs. J'ai l'impression que ces voitures ont beaucoup de traînée et que l'aspiration est énorme, plus grande que les années précédentes. J'ai doublé la Porsche en ligne droite, elle m'a redoublé la ligne droite d'après, je l'ai redoublée la ligne droite d'après. L'aspi a l'air d'avoir un rôle énorme, plus que les années précédentes.

Ferrari et Toyota, si tu regardes les traces GPS, on a l'impression qu'ils ont un DRS !

Jean-Éric Vergne

En vitesse de pointe, vous êtes moins rapide que Ferrari et Toyota…

Ferrari et Toyota, si tu regardes les traces GPS, on a l'impression qu'ils ont un DRS ! Je ne sais pas comment ils font ça, mais ils ont une super voiture, parce qu'ils arrivent à faire quelque chose de beau. On voit clairement sur les traces GPS qu'il nous manque beaucoup dans la ligne droite. Tu vois clairement qu'à la sortie du Tertre Rouge, on a la même vitesse minimale que les Toyota, on est vraiment bien jusqu'au milieu de ligne droite. Et en milieu de ligne droite… Pourtant ils n'ont pas de boost, c'est au niveau de l'aéro, c'est sûr. Je ne sais pas comment ils font ça. C'est sûr que si – j'espère que ce sera le cas – on se bat contre les Toyota en ligne droite, on va avoir du mal.

#93 Peugeot Totalenergies Peugeot 9X8 of Paul Di Resta, Mikkel Jensen, Jean-Eric Vergne

#93 Peugeot TotalEnergies Peugeot 9X8 - Paul Di Resta, Mikkel Jensen, Jean-Éric Vergne

Vous êtes dixième et onzième sur la grille. Quel résultat vous donnerait le sourire, dimanche à 16h ?

Un podium, ça me donnerait le sourire. Franchement, c'est difficile de répondre à cette question. On ne s'est pas vraiment fixé d'objectif en interne. Je pense qu'il faut être malin, c'est une nouvelle philosophie avec cette nouvelle règle de Safety Car qui peut jouer en notre faveur. Je pense qu'il faut qu'on se mette dans le bon wagon et qu'on ne perde pas le fil de la course avec des problèmes de fiabilité ou des erreurs. Je pense qu'il faut qu'on ait la tête assez claire et qu'on déroule notre plan sans trop se concentrer sur ce que font les autres. On a vu des vainqueurs au Mans ne pas avoir la meilleure voiture, loin de là. On a vu gagner des voitures qui étaient probablement deux secondes au tour moins rapides que celles qui auraient dû gagner. Tout peut arriver.

On a vu des vainqueurs au Mans ne pas avoir la meilleure voiture, loin de là. Tout peut arriver.

Jean-Éric Vergne

Il y a beaucoup de pression, dans cette course, sur les épaules de Toyota, de Ferrari, de Porsche. Tout le monde se met une pression énorme, et je pense que nous, il faut qu'on arrive sans pression, avec pour simple objectif de réaliser une bonne course, qu'on n'essaie pas d'aller décrocher la lune. Je pense que si on ne fait pas d'erreurs, que l'on a la performance que j'espère avoir et que je pense qu'on peut avoir, si on n'a aucun problème de fiabilité… Un top 5, je serais super heureux.

En matière de fiabilité, il n'y a jamais de certitudes, mais dans quelle mesure êtes-vous serein ?

(Il affiche un sourire crispé pendant une dizaine de secondes et lève brièvement le pouce en l'air) Après, je dois dire une chose : la fiabilité au Mans, c'est quand même plus facile que sur les autres circuits. On a vu ça dans le passé. Mais… Je ne peux pas dire que je suis serein, mais je ne peux pas non plus commencer la course en imaginant qu'on va avoir un problème, donc j'enlève cette pensée de ma tête. Je sais que vous l'avez dans votre tête, mais j'essaie de ne pas me poser cette question, et de commencer la course en me disant que tout va aller bien et en étant le plus positif possible, juste en se concentrant sur la performance et les stratégies.

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article

Voir aussi :

Article précédent EL4 - Ferrari brille aussi la nuit
Article suivant Le WEC révèle son calendrier 2024, Imola remplace Monza

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France