Pier Guidi : Avec Ferrari, "on ne vient pas juste pour participer"

Promu pilote titulaire sur la Ferrari 488 GTE AF Corse #51 cette saison en WEC aux côtés de James Calado, Alessandro Pier Guidi rêve de s'offrir une victoire en GTE Pro aux 24 Heures avec le constructeur italien.

Pier Guidi : Avec Ferrari, "on ne vient pas juste pour participer"
#51 AF Corse Ferrari 488 GTE: James Calado, Alessandro Pier Guidi, Lucas di Grassi
#51 AF Corse Ferrari 488 GTE: Alessandro Pier Guidi
Podium LMGTE Pro : les vainqueurs Davide Rigon, Sam Bird, AF Corse, les deuxièmes, James Calado, Alessandro Pier Guidi, AF Corse
#51 AF Corse Ferrari 488 GTE: James Calado, Alessandro Pier Guidi, Lucas di Grassi
#51 AF Corse Ferrari 488 GTE: James Calado, Alessandro Pier Guidi, Lucas di Grassi
#51 AF Corse Ferrari 488 GTE: James Calado, Alessandro Pier Guidi, Lucas di Grassi
#71 AF Corse Ferrari 488 GTE: Davide Rigon, Sam Bird, #51 AF Corse Ferrari 488 GTE: James Calado, Alessandro Pier Guidi
Podium LMGTE Pro : les vainqueurs Davide Rigon, Sam Bird, AF Corse, les deuxièmes, James Calado, Alessandro Pier Guidi, AF Corse, les troisièmes, Olivier Pla, Stefan Mücke, Billy Johnson, Ford Chip Ganassi Racing
#51 AF Corse Ferrari 488 GTE: James Calado, Alessandro Pier Guidi
#51 AF Corse Ferrari 488 GTE: James Calado, Alessandro Pier Guidi
#51 AF Corse Ferrari 488 GTE: James Calado, Alessandro Pier Guidi

En 2016, Alessandro Pier Guidi disputait, à 32 ans, ses premières 24 Heures du Mans. Touche à tout de l'Endurance, le pilote italien s'est distingué auparavant dans diverses disciplines comme l'European Le Mans Series, le championnat IMSA ou les Blancpain Endurance Series, notamment.

L'an passé, Pier Guidi avait été choisi pour épauler les titulaires Gianmaria Bruni et James Calado sur l'une des deux Ferrari 488 GTE AF Corse du GTE Pro dans la Sarthe, mais la course des trois hommes avait été stoppée prématurément par une casse moteur.

Cette saison, le natif de Tortona a été cette fois promu pilote titulaire aux côtés de Calado en remplacement de Gianmaria Bruni, en partance pour Porsche. Avec le pilote anglais, Pier Guidi a connu un début de saison solide, avec deux bonnes deuxièmes places à Silverstone puis à Spa, où les pilotes de la #51 terminaient dans le sillage de leurs équipiers Sam Bird et Davide Rigon sur la #71, un doublé prometteur pour Ferrari en vue des 24 Heures du Mans.

Malgré ses nouvelles responsabilités, Alessandro Pier Guidi n'aborde pas son deuxième rendez-vous dans la Sarthe avec davantage de pression par rapport à 2016. "Être le troisième pilote est toujours un peu difficile car vous n'êtes pas dans votre voiture habituelle, mais vous devez soutenir les deux pilotes titulaires en étant rapide sans faire d'erreur", explique-t-il à Motorsport.com. "Cette fois, je suis au volant de 'ma' voiture, je ne suis pas certain que cela soit tellement différent, je ne ressens pas plus de pression que l'an passé. Et puis en 2016 c'était mes premières 24 Heures, ici ce sera déjà ma deuxième fois, ce sera un peu plus facile."

Maintenant, j'ai une expérience de ce que peut être l'aventure du Mans, qui est une épreuve totalement différente. Je sais à quoi m'attendre.

Alessandro Pier Guidi

"L'an passé, j'avais disputé plusieurs courses de 24 heures, je savais donc ce que c'était avant d'arriver ici. Mais maintenant, j'ai une expérience de ce que peut être l'aventure du Mans, qui est une épreuve totalement différente des autres 24 heures que j'ai disputées. Au moins je sais à quoi m'attendre."

Cette année encore, la concurrence sera particulièrement affûtée, Ford, Corvette, Porsche et Aston Martin se positionnant également comme candidats à la victoire lors de cette édition 2017 qui s'annonce encore très disputée en GTE Pro.

Ne pas avoir de regrets

"Je ne suis pas sûr que ce soit plus difficile cette année, ça l'était déjà l'an passé", continue le pilote Ferrari. "Lorsque vous bataillez avec des équipes d'usine, avec des bons pilotes, c'est toujours difficile. Vous devez être régulier, rapide et un peu chanceux pour une course de 24 Heures, et nous verrons après la course. Mais je pense que nous avons fait du bon travail, Ferrari a fait beaucoup d'efforts, nous essaierons de faire de notre mieux."

Le mieux, c'est bien évidemment la victoire, la dernière de Ferrari au Mans remontant à 2015 avec le succès de la 458 AF Corse de Bruni, Fisichella et Vilander.

"Nous sommes ici pour gagner", conclut Pier Guidi. "Quand on pilote pour Ferrari, on ne vient pas juste pour participer à la course. Nous allons essayer, je sais que ce sera difficile, mais nous ferons notre maximum. Je ferai de mon mieux pour ne pas avoir de regrets. Nous verrons ensuite."

Interview Guillaume Nédélec

partages
commentaires
La tête à la F1, Sirotkin est désinvolte pour Le Mans
Article précédent

La tête à la F1, Sirotkin est désinvolte pour Le Mans

Article suivant

Will Stevens débarque en GTE Am par "choix de carrière"

Will Stevens débarque en GTE Am par "choix de carrière"
Charger les commentaires
Gagner et perdre Le Mans le même jour, ce "sentiment étrange" Prime

Gagner et perdre Le Mans le même jour, ce "sentiment étrange"

WRT se bat aux avant-postes du GT depuis des années et a réussi avec brio son passage en prototype, avec à la clé une victoire aux 24 Heures du Mans en LMP2. L'issue aurait même pu être plus heureuse si la course avait été un tour plus courte...

24 Heures du Mans
17 oct. 2021
Panoz et Brabham : l'histoire d'un drôle de choix Prime

Panoz et Brabham : l'histoire d'un drôle de choix

En 1997 le programme Panoz GT n'apparaissait pas comme un choix attrayant pour un ex-pilote de Formule 1, McLaren constituant un bien meilleur pari. Mais contre toute attente, David Brabham fit le choix de la marque américaine pour former un duo gagnant pendant plusieurs années.

GT
25 sept. 2021
Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ? Prime

Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ?

L'ère de l'Hypercar s'est ouverte aux 24 Heures du Mans par la victoire de Toyota. Désormais, la concurrence est attendue et beaucoup de regards sont tournés vers Peugeot, dont l'arrivée est programmée pour 2022. Nous avons rencontré Jean-Marc Finot, directeur de Stellantis Motorsport, pour faire un point complet.

WEC
29 août 2021
Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans Prime

Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans

C'est l'une des plus grandes histoires de la Sarthe. Paul Newman, deuxième des 24 Heures du Mans 1979, aurait pu facilement remporter la célèbre épreuve sans l'ingéniosité du regretté Manfred Kremer.

24 Heures du Mans
20 août 2021
WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités ! Prime

WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités !

La convergence permettant aux machines Le Mans Hypercar de courir en IMSA face aux LMDh à partir de 2023 pourrait offrir des options attrayantes non seulement aux constructeurs, mais aussi pour le calendrier et le format des courses.

WEC
20 juil. 2021
Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre ! Prime

Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre !

Se pencher sur quinze années d'histoire commune, avec autant de réussite que celle rencontrée par Ferrari et AF Corse en GT, n'est pas une mince affaire. Aussi fallait-il s'attarder sur un juge de paix : les 24 Heures du Mans.

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans Prime

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans

L'excitation autour de l'afflux de constructeurs aux 24 Heures du Mans pour 2023 est compréhensible. Mais lorsqu'ils seront confrontés l'un à l'autre, le LMH et le LMDh vivront-ils une cohabitation éphémère ?

24 Heures du Mans
22 avr. 2021
Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960" Prime

Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960"

Son approche passionnée de la course, son projet Hypercar avec le rêve de gagner un jour les 24 Heures du Mans, son modèle visant à vendre des voitures pour pouvoir courir : l'étonnant Jim Glickenhaus a répondu à nos questions.

24 Heures du Mans
22 mars 2021