L'improbable cause de l'abandon de la Toyota #7 expliquée par Vasselon

Pascal Vasselon, directeur du Toyota Gazoo Racing, est revenu sur la cause de l'abandon de la #7, vers une heure du matin. Si l'embrayage est bien en cause, la raison de la casse de celui-ci est plus improbable.

L'improbable cause de l'abandon de la Toyota #7 expliquée par Vasselon
La porte du garage de la #7 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050 Hybrid: Mike Conway, Kamui Kobayashi, Stéphane Sarrazin after retirement
#7 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050 Hybrid: Mike Conway, Kamui Kobayashi, Stéphane Sarrazin
#7 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050 Hybrid: Mike Conway, Kamui Kobayashi, Stéphane Sarrazin
#7 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050 Hybrid: Mike Conway, Kamui Kobayashi, Stéphane Sarrazin
#7 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050 Hybrid: Mike Conway, Kamui Kobayashi, Stéphane Sarrazin
#7 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050 Hybrid: Mike Conway, Kamui Kobayashi, Stéphane Sarrazin
#7 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050 Hybrid: Mike Conway, Kamui Kobayashi, Stéphane Sarrazin

G.N., Le Mans - Les problèmes de Toyota au Mans, dans la nuit de samedi à dimanche, ont tenu en haleine les spectateurs des 24 Heures du Mans. Si la #8 a souffert très tôt dans la course d'une avarie du système hybride, celle qui a touché la #7 pilotée par Kamui Kobayashi, qu'il partageait avec Stéphane Sarrazin et Mike Conway, reste pour le moins surprenante.

Si l'on a bien en tête l'image d'un Kamui Kobayashi essayant désespérément de ramener la Toyota TS050, la faute à un embrayage récalcitrant, la cause de ce problème ne provient peut-être pas d'un manque de résistance de la pièce en question. Selon Pascal Vasselon, un problème serait survenu en haut de la pit-lane, lors de l'épisode de Safety Car précédant l'abandon de la voiture.

Il est 0h33 à ce moment ; Kobayashi, qui vient de ravitailler, attend le passage au vert du feu devant la pit-lane. C'est alors qu'un pilote, dont la combinaison est très proche de celle des commissaires de piste, vient faire un signe au pilote Toyota. Celui-ci comprend alors un ordre de démarrer et de partir en piste.

"La voiture de tête, la voiture 7, a eu un problème extrêmement étonnant", expliquait ainsi Pascal Vasselon au micro d'Eurosport. "Elle avait été arrêtée dans la file d’attente du Safety Car, une personne qui semblait être un marshal [commissaire, ndlr] est venue la faire démarrer, mais le feu était rouge, alors nous l’avons arrêtée. Et il y a eu une succession de deux ou trois démarrages, une procédure qui n’était pas celle prévue, et l’embrayage a surchauffé."

Les conséquences qui s'en sont suivies ont été assez graves pour la Toyota, puisque la voiture japonaise, au moment de reprendre la course, à la sortie de la slow zone en cours dans la dernière partie du circuit, est restée bloquée en première. Le prototype nippon a donc dû parcourir un tour entier avant de rentrer à son stand. La suite, on la connaît, avec l'arrêt de la voiture entre Mulsanne et Arnage. Un abandon à 1h13, et de lourds regrets.

partages
commentaires
Thomas Laurent, 19 ans et 2e des 24H... avec une LMP2 !

Article précédent

Thomas Laurent, 19 ans et 2e des 24H... avec une LMP2 !

Article suivant

La Vaillante Rebellion perd son podium aux 24 Heures du Mans !

La Vaillante Rebellion perd son podium aux 24 Heures du Mans !
Charger les commentaires
Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ? Prime

Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ?

L'ère de l'Hypercar s'est ouverte aux 24 Heures du Mans par la victoire de Toyota. Désormais, la concurrence est attendue et beaucoup de regards sont tournés vers Peugeot, dont l'arrivée est programmée pour 2022. Nous avons rencontré Jean-Marc Finot, directeur de Stellantis Motorsport, pour faire un point complet.

WEC
29 août 2021
Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans Prime

Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans

C'est l'une des plus grandes histoires de la Sarthe. Paul Newman, deuxième des 24 Heures du Mans 1979, aurait pu facilement remporter la célèbre épreuve sans l'ingéniosité du regretté Manfred Kremer.

24 Heures du Mans
20 août 2021
WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités ! Prime

WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités !

La convergence permettant aux machines Le Mans Hypercar de courir en IMSA face aux LMDh à partir de 2023 pourrait offrir des options attrayantes non seulement aux constructeurs, mais aussi pour le calendrier et le format des courses.

WEC
20 juil. 2021
Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre ! Prime

Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre !

Se pencher sur quinze années d'histoire commune, avec autant de réussite que celle rencontrée par Ferrari et AF Corse en GT, n'est pas une mince affaire. Aussi fallait-il s'attarder sur un juge de paix : les 24 Heures du Mans.

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans Prime

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans

L'excitation autour de l'afflux de constructeurs aux 24 Heures du Mans pour 2023 est compréhensible. Mais lorsqu'ils seront confrontés l'un à l'autre, le LMH et le LMDh vivront-ils une cohabitation éphémère ?

24 Heures du Mans
22 avr. 2021
Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960" Prime

Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960"

Son approche passionnée de la course, son projet Hypercar avec le rêve de gagner un jour les 24 Heures du Mans, son modèle visant à vendre des voitures pour pouvoir courir : l'étonnant Jim Glickenhaus a répondu à nos questions.

24 Heures du Mans
22 mars 2021
Pourquoi Ferrari met fin à 50 ans d'absence au sommet de l'Endurance Prime

Pourquoi Ferrari met fin à 50 ans d'absence au sommet de l'Endurance

Revenant dans la catégorie reine de l'Endurance après 50 années d'absence, Ferrari va s'engager en catégorie "Le Mans Hypercar" en 2023. La marque italienne dément tout lien avec le plafond de dépenses de la F1, mais il ne s'agit assurément pas d'une coïncidence...

WEC
28 févr. 2021
Vergne : "Toujours se remettre en question, travailler sans relâche" Prime

Vergne : "Toujours se remettre en question, travailler sans relâche"

À 30 ans, Jean-Éric Vergne est à l'apogée de sa carrière. Le double champion de Formule E va partir en quête d'un troisième titre dans le championnat tout électrique et a été recruté par Peugeot Sport pour l'ère Hypercar à venir. Il s'est confié à Motorsport.com.

Formule E
11 févr. 2021