Prost et Rebellion à l’épreuve de la pluie au Mans
B.D., Le Mans - Les premiers essais vont débuter ce mercredi à 16h au Mans, avec une séance d'essais libres de quatre heures. S'en suivra la première séance d'essais qualificatifs, entre 22h et minuit. Depuis ce matin, une forte pluie s'abat sur le circuit manceau, et la piste devrait rester détrempée ou humide jusqu'à la fin de la journée. De quoi compliquer la préparation des équipes, qui doivent se qualifier, tandis que certains pilotes doivent effectuer un quota de tours de nuit pour avoir l'autorisation de participer à la course. "Ça n’arrête pas de changer. La dernière chose que l’on a vue c’est : très mouillé ce soir, demain un petit peu mieux et puis la course relativement sèche", confiait Nicolas Prost à ToileF1 ce matin. "Ça va être le casse-tête. Il va falloir aussi trouver un moyen de se qualifier car il faut faire un peu attention. Si tu ne sors pas au bon moment, tu peux vite te retrouver derrière certaines LMP2 et c’est dommage de partir avec un handicap, même de dix ou quinze secondes pour la course. Ça va être un peu compliqué, il va falloir envisager toutes les situations de course. Mais c’est la même chose pour tout le monde." Le Français dispute de nouveau les 24 Heures du Mans avec l'équipe suisse du Rebellion Racing, qui se bat dans la catégorie LMP1. Face à l'armada des équipes officielles Audi et Toyota, il reconnaît que la pluie pourrait fournir quelques opportunités, mais il ne la souhaite pas pour autant. "Ça peut être un avantage car ça peut rendre la course un peu plus compliquée et ça peut permettre de tirer son épingle du jeu d’une façon ou d’une autre. Après, la pluie au Mans on connait tous et aucun pilote ne va l’espérer. Et je pense que vu ce qui a été dit au briefing, le Safety Car sera sorti relativement rapidement, donc ça ne va pas changer grand-chose à la course."
La pluie va venir perturber les premiers essais sur le Circuit de la Sarthe.
Ce mercredi et jeudi, Rebellion préparera donc ses deux Lola-Toyota avant la course de dimanche. Au sein de cette équipe privée, les deux équipages fonctionnent de manière indépendante, comme l'explique Prost, qui fait équipe avec Neel Jani et Nick Heidfeld. "Souvent, les voitures travaillent assez indépendamment l’une de l’autre. Sur notre voiture ça va dépendre énormément des conditions météorologiques. Il faut que tous les pilotes arrivent à se caler, à avoir un bon nombre de tours dans de bonnes conditions", souligne Prost. "On a un avantage sur notre voiture c’est que l’on s’entend tous très bien, on a des styles de performance et de pilotage très homogènes, on arrive vraiment à faire le travail ensemble. Si un pilote prend une décision, je n’ai aucun problème avec ça, je lui fais même totalement confiance. Ça se passe vraiment parfaitement. Avec Neel [Jani] ça fait depuis toujours qu’on est ensemble. Nick [Heidfeld], ça a été la parfaite addition à cet équipage et ça fonctionne vraiment super bien. Nick prendra le départ, mais la qualif c’est selon ce qui se passe." Quoi qu'il en soit, le climat sera le même pour les 56 concurrents et l'objectif de Rebellion reste identique, avec quelques espoirs qui sont permis selon les événements. "L’objectif c’est clairement de terminer premier privé. L’objectif officieux c’est quand même d’aller sur le podium car il n’y a que cinq voitures officielles devant. On sait qu’elles peuvent avoir des problèmes, on sait qu’elles vont se battre surement beaucoup en course."
partages
commentaires
Le Mans - Buemi : "L'objectif, c'est la victoire"

Article précédent

Le Mans - Buemi : "L'objectif, c'est la victoire"

Article suivant

Le Mans - La liste des engagés pour les 24 Heures

Le Mans - La liste des engagés pour les 24 Heures
Charger les commentaires
Panoz et Brabham : l'histoire d'un drôle de choix Prime

Panoz et Brabham : l'histoire d'un drôle de choix

En 1997 le programme Panoz GT n'apparaissait pas comme un choix attrayant pour un ex-pilote de Formule 1, McLaren constituant un bien meilleur pari. Mais contre toute attente, David Brabham fit le choix de la marque américaine pour former un duo gagnant pendant plusieurs années.

GT
25 sept. 2021
Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ? Prime

Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ?

L'ère de l'Hypercar s'est ouverte aux 24 Heures du Mans par la victoire de Toyota. Désormais, la concurrence est attendue et beaucoup de regards sont tournés vers Peugeot, dont l'arrivée est programmée pour 2022. Nous avons rencontré Jean-Marc Finot, directeur de Stellantis Motorsport, pour faire un point complet.

WEC
29 août 2021
Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans Prime

Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans

C'est l'une des plus grandes histoires de la Sarthe. Paul Newman, deuxième des 24 Heures du Mans 1979, aurait pu facilement remporter la célèbre épreuve sans l'ingéniosité du regretté Manfred Kremer.

24 Heures du Mans
20 août 2021
WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités ! Prime

WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités !

La convergence permettant aux machines Le Mans Hypercar de courir en IMSA face aux LMDh à partir de 2023 pourrait offrir des options attrayantes non seulement aux constructeurs, mais aussi pour le calendrier et le format des courses.

WEC
20 juil. 2021
Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre ! Prime

Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre !

Se pencher sur quinze années d'histoire commune, avec autant de réussite que celle rencontrée par Ferrari et AF Corse en GT, n'est pas une mince affaire. Aussi fallait-il s'attarder sur un juge de paix : les 24 Heures du Mans.

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans Prime

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans

L'excitation autour de l'afflux de constructeurs aux 24 Heures du Mans pour 2023 est compréhensible. Mais lorsqu'ils seront confrontés l'un à l'autre, le LMH et le LMDh vivront-ils une cohabitation éphémère ?

24 Heures du Mans
22 avr. 2021
Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960" Prime

Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960"

Son approche passionnée de la course, son projet Hypercar avec le rêve de gagner un jour les 24 Heures du Mans, son modèle visant à vendre des voitures pour pouvoir courir : l'étonnant Jim Glickenhaus a répondu à nos questions.

24 Heures du Mans
22 mars 2021
Pourquoi Ferrari met fin à 50 ans d'absence au sommet de l'Endurance Prime

Pourquoi Ferrari met fin à 50 ans d'absence au sommet de l'Endurance

Revenant dans la catégorie reine de l'Endurance après 50 années d'absence, Ferrari va s'engager en catégorie "Le Mans Hypercar" en 2023. La marque italienne dément tout lien avec le plafond de dépenses de la F1, mais il ne s'agit assurément pas d'une coïncidence...

WEC
28 févr. 2021