Q1 - Kobayashi place Toyota en pole provisoire

Au terme de la première soirée d'essais, Toyota émerge en tête des qualifications grâce au meilleur chrono signé par Kamui Kobayashi. Avant la grande explication de jeudi soir ?

B.D., Le Mans - Après quatre heures d'essais libres qui ont essentiellement permis de travailler sur la longévité des pneumatiques par forte chaleur, l'heure des qualifications a sonné pour les concurrents des 24 Heures du Mans. En dépit de cette appellation de séance, le temps de piste continue à servir en priorité à se préparer pour la course. Un temps de piste légèrement tronqué pour l'ensemble du plateau, la séance ayant débuté avec 20 minutes de retard en raison d'une réparation de rails de sécurité entre Arnage et les virages Porsche : la conséquence d'un incident survenu durant les essais du Road to Le Mans.

Le premier round du match opposant Porsche à Toyota a eu lieu aussitôt le drapeau vert brandi, avec un Timo Bernhard disposé à profiter immédiatement d'un tour clair. L'Allemand a réussi son pari en battant d'entrée la pole position 2016, et en allant plus vite que le meilleur chrono des 919 Hybrid lors de la Journée Test. Verdict : 3'19"710 sur la ligne de chronométrage. Toyota n'a pas laissé son rival conserver longtemps la meilleure part du gâteau, et c'est une nouvelle fois Kamui Kobayashi qui s'est chargé de faire parler le chrono. Le Japonais a été le premier à tourner en 3'18, se montrant neuf dixièmes plus rapide que Bernhard pour installer la TS050 Hybrid #7 en tête, en 3'18"793.  

Le LMP2 sous les 3'30

Du côté du très fourni plateau du LMP2, Ho-Pin Tung a été le premier à se hisser en tête à bord de l'ORECA #38 du Jackie Chan DC Racing, tandis que la voiture sœur a rencontré un problème technique affectant en grande partie sa séance. Quelques instants plus tard, c'est toutefois Jean-Éric Vergne qui est venu signer la pole provisoire de la catégorie, avec un passage en 3'30"847 pour la Manor #24.

D'autres ont connu une première séance nocturne plus animée. C'est notamment le cas d'Éric Trouillet, qui dispute ses premières 24 Heures du Mans avec Graff, et qui a visité le bac à gravier du virage de Mulsanne. "J'étais un petit peu trop optimiste sur la vitesse mini au milieu du virage. Il fallait une première au Mans, maintenant c'est fait, c'est comme ça, je n'en referai plus. J'ai voulu rentrer avec beaucoup de vitesse et sortir fort." Même type de mésaventure pour Konstantins Calko au volant de la Dallara #49 d'ARC Bratislava, tandis qu'une autre Dallara P217, celle du SMP Racing, a vu son roulage écourté par un début d'incendie survenu à Mulsanne, aux mains de Mikhail Aleshin.

Tout s'est agité dans le dernier quart d'heure, avec un temps de référence battu coup sur coup par Bruno Senna sur la Vaillante Rebellion, puis par Matthieu Vaxiviere en 3'29"333 pour le TDS Racing. Un chrono disposant encore d'une marge de progression, sachant qu'Alpine avait tourné en 3'28 lors de la Journée Test.

À quoi joue Ford ?

Pour ce qui est de la hiérarchie du GTE, c'est avant tout la discrétion toujours réelle des Ford GT qui marque les esprits. Pendant ce temps, Aston Martin et Ferrari ont pris le relais de Corvette sur le plan chronométrique, avec une référence en 3'52"117 pour la Vantage #95 de Thiim-Sørensen-Stanaway. Reste que l'étonnante contre-performance des Ford, dans un GTE qui trouve ses fondements dans la BOP, ne peut pas laisser impassible. Le constructeur américain est-il réellement en difficulté, ou continue-t-il de cacher son jeu dans la crainte d'un ultime ajustement des performances entre les qualifications et la course ?

Remplaçant du malheureux Lucas Di Grassi sur la Ferrari #51, l'Italien Michele Rugolo a quant à lui pris ses marques pour se lancer dans le grand bain de cette semaine mancelle qui n'aurait pas vraiment dû être si occupée pour lui ! "J'étais ici pour la course Road to Le Mans en LMP3", raconte-t-il. "C'est absolument inattendu. C'est toujours très spécial de piloter pour Ferrari, particulièrement avec l'équipe d'usine. Il y a beaucoup de pression, en particulier car je n'étais pas préparé pour rouler en GTE. Je dois prendre les choses avec calme."

En LMGTE Am, une autre Aston Martin est toujours à la fête, et il s'agit, comme lors des essais libres, de celle du trio Dalla Lana-Lamy-Lauda. 

 24 Heures du Mans - Classement après Q1

  # Cat. Équipe Pilotes Temps
1 7 LMP1
 Toyota Gazoo Racing

Mike Conway

Kamui Kobayashi

Stéphane Sarrazin

3'18"793
2 8 LMP1
 Toyota Gazoo Racing

Anthony Davidson

Kazuki Nakajima

Sébastien Buemi

3'19"431
3 2 LMP1

 Porsche Team

Timo Bernhard

Earl Bamber

Brendon Hartley

3'19"710
4 9 LMP1

 Toyota Gazoo Racing

Nicolas Lapierre
José María López

Yuji Kunimoto

3'19"958
5 1 LMP1

 Porsche Team

Neel Jani
André Lotterer
Nick Tandy

3'21"165
6 4 LMP1

 ByKolles Racing

Oliver Webb

Dominik Kraihamer

Marco Bonanomi

3'28"887
7 28 LMP2

 TDS Racing

Emmanuel Collard

François Perrodo

Matthieu Vaxiviere

3'29"333
[...]          
32 95 LMGTE Pro

 Aston Martin Racing

Nicki Thiim

Marco Sørensen

Richie Stanaway

3'52"117
[...]          
43  98 LMGTE Am

 Aston Martin Racing

Paul Dalla Lana

Mathias Lauda

Pedro Lamy

3'55"134

⇒ Le classement complet est ici

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries 24 heures du Mans
Événement 24 Heures du Mans
Circuit Circuit de la Sarthe
Type d'article Résumé de qualifications
Tags endurance, lmgte, lmp1, lmp2