Rebellion redoute le "cauchemar" de la pluie aux 24H du Mans

partages
commentaires
Rebellion redoute le "cauchemar" de la pluie aux 24H du Mans
Par :

Chez Rebellion, on ne cache pas que voir la pluie s'inviter aux 24 Heures du Mans serait un "cauchemar", après l'expérience de Spa-Francorchamps le mois dernier.

Victorieuse de deux manches de la saison 2019-2020 du FIA WEC, l'équipe Rebellion a terminé loin des deux Toyota officielles le mois dernier lors des 6 Heures de Spa-Francorchamps. La R-13 avait perdu un tour dans les conditions humides des premières heures de course, alors qu'elle avait signé la pole position sur le sec la veille. En délicatesse sous la pluie, le prototype suisse avait même été dominé en rythme par l'Enso CLM/P1 de ByKolles.

Lire aussi :

Avant la grand-messe des 24 Heures du Mans ce week-end, Rebellion se montre confiant quant à sa capacité à constituer une menace pour Toyota, mais redoute les risques de pluie qui pourraient alors complètement changer la donne. Pour sa dernière participation à l'épreuve, l'équipe alignera deux LMP1.

"Je vais être très franc, nous devons être réalistes", prévient au micro de Motorsport.com Calim Bouhadra, PDG de Rebellion. "Ce qui s'est passé en course à Spa était exactement ce que nous attendions. Nous ne pouvons pas faire de miracles car une voiture hybride avec quatre roues motrices a un énorme avantage sous la pluie. Nous étions très rapides, nous l'avons démontré avec la pole, mais uniquement dans des conditions parfaites. On peut faire ce que l'on veut avec l'EoT mais ce sont les limites de la voiture. Pour moi, ce serait un cauchemar d'avoir une bonne EoT mais des 24 Heures du Mans où il pleut. Nous perdrions clairement toute chance d'être dans le match."

Les modifications apportées à l'EoT pour l'édition 2020 garantissent des relais identiques entre les LMP1 hybrides et non hybrides, à savoir 11 tours du Circuit de la Sarthe. Pour Rebellion, cet élément pourrait faire une "grosse différence" dans la perspective de venir chatouiller les TS050 Hybrid.

"Cela va nous mettre dans la compétition et rendre la situation plus attrayante, non seulement pour Rebellion mais aussi pour toutes les équipes et pilotes", estime Calim Bouhadra. "Les voitures seront plus proches, la moindre erreur procurera un avantage à l'autre équipe, donc il faudra toujours être attentif et ne pas être trop serein en course. Tout sera plus intense, et c'est ce que nous aimons en course automobile."

Reste désormais à savoir si ces 24 Heures du Mans constitueront la dernière apparition en Endurance de Rebellion Racing. Calim Bouhadra se montre plutôt clair : la présence de ses troupes sur la finale du championnat à Bahreïn en novembre dépendra de l'issue mancelle.

"Le plan est de courir à Bahreïn, mais nous faisons face à des préoccupations financières donc nous devons y réfléchir", prévient-il. "Si nous gagnons au Mans et que nous avons assez de points pour jouer le titre, c'est sûr que nous serons à Bahreïn. Mais s'il n'y a aucune chance de remporter le championnat, nous n'irons pas à Bahreïn en raison des coûts supplémentaires. N'oubliez pas que nous avons tout payé pour Sebring et que la course n'a pas eu lieu. C'est le premier problème. Et le second est que nous devons arrêter à la fin de cette saison, et que cette saison était supposée se terminer au Mans, avec la plus belle course de l'année."

Propos recueillis par Jamie Klein

Les deux Toyota pourront s'affronter "à armes égales"

Article précédent

Les deux Toyota pourront s'affronter "à armes égales"

Article suivant

Cette Ferrari "outsider" qui a surmonté les épreuves du COVID-19

Cette Ferrari "outsider" qui a surmonté les épreuves du COVID-19
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries 24 Heures du Mans , WEC
Lieu Circuit de la Sarthe
Auteur Basile Davoine