Un retour au Mans "très probable" pour Di Grassi

Lucas Di Grassi a indiqué qu'il était "très probable" pour lui qu'il participe aux 24 Heures du Mans cette année, en LMP1 ou en LMGTE Pro.

Un retour au Mans "très probable" pour Di Grassi
Dieter Gass, responsable du DTM chez Audi Sport
#8 Audi Sport Team Joest Audi R18: Lucas di Grassi, Loic Duval, Oliver Jarvis
#6 Toyota Racing Toyota TS050 Hybrid: Stéphane Sarrazin, Mike Conway, Kamui Kobayashi
Podium : le vainqueur Lucas di Grassi, Manor Motorsport; le deuxième Robert Kubica, Carlin; le troisième Sebastian Vettel, ASM F3
Lucas di Grassi, ABT Schaeffler Audi Sport
Lucas di Grassi, ABT Schaeffler Audi Sport
Lucas di Grassi, ABT Schaeffler Audi Sport

Le pilote brésilien, qui a été le pilote Audi le plus en vue du programme LMP1 en 2016, cherche une option pour participer aux 24 Heures du Mans depuis l'annonce de la fin du programme Audi à l'automne dernier.

Di Grassi a confié à Motorsport.com qu'une cinquième participation dans la Sarthe était "très probable aussi bien en LMP1 qu'en LMGTE Pro, qui sont les deux seules catégories qui m'intéressent".

S'il devait se présenter, le volant LMP1 lui permettrait certainement de faire partie de l'équipage de la troisième Toyota TS050 Hybrid, au sein de laquelle Stéphane Sarrazin est pour le moment le seul pilote confirmé.

Selon les informations de Motorsport.com, des discussions entre Toyota et Audi ont eu lieu, mais un baquet en GTE Pro est plus probable pour Lucas Di Grassi.

"Il y a des restrictions concernant pour qui Lucas pourrait piloter", a indiqué à Motorsport.com Dieter Gass, directeur d'Audi Motorsport. "Évidemment, c'est bien plus facile pour nous de libérer un pilote pour un concurrent privé que pour une équipe d'usine. Nous regardons aussi le niveau de concurrence, par exemple nous ne voudrions pas le voir piloter pour une marque rivale."

"Dans n'importe quelle voiture, au Mans ça dépend de la catégorie. Nous avons libéré des pilotes comme Marcel [Fässler] et Mike [Rockenfeller] pour aller chez Corvette à Daytona, et ils pourraient faire d'autres courses cette saison."

Les détails du contrat de Di Grassi avec Audi LMP, qui était assuré pour la saison 2017, est actuellement en train d'être "mis au bon format", selon Dieter Gass.

"Le contrat de Lucas en WEC n'a pas été annulé, donc il a toujours un contrat Audi. En même temps, il a un autre contrat avec ABT en Formule E. Nous travaillons donc pour en faire un, mais nous n'avons pas encore finalisé le nouveau contrat pour ce qu'il ferait en dehors de la Formule E. Nous avons un accord avec lui pour qu'il continue en tant que pilote d'usine, mais nous devons mettre ça au bon format."

Pour Di Grassi, un retour à Macau, où il a couru pour la dernière fois en 2012 et où il a remporté le Grand Prix F3 en 2005, serait également sur la table pour cette année. 

"Nous étudions la possibilité de l'utiliser dans notre programme GT, donc ça pourrait arriver", a confirmé Gass. "Nous nous souvenons que c'est quelqu'un qui est vraiment rapide à Macau, mais ce n'est pas encore finalisé. Ce sont des choses que nous étudions."

partages
commentaires
Hülkenberg écarte tout retour au Mans en 2017

Article précédent

Hülkenberg écarte tout retour au Mans en 2017

Article suivant

Les 24 Heures du Mans auront un Safety Car BMW

Les 24 Heures du Mans auront un Safety Car BMW
Charger les commentaires
Gagner et perdre Le Mans le même jour, ce "sentiment étrange" Prime

Gagner et perdre Le Mans le même jour, ce "sentiment étrange"

WRT se bat aux avant-postes du GT depuis des années et a réussi avec brio son passage en prototype, avec à la clé une victoire aux 24 Heures du Mans en LMP2. L'issue aurait même pu être plus heureuse si la course avait été un tour plus courte...

24 Heures du Mans
17 oct. 2021
Panoz et Brabham : l'histoire d'un drôle de choix Prime

Panoz et Brabham : l'histoire d'un drôle de choix

En 1997 le programme Panoz GT n'apparaissait pas comme un choix attrayant pour un ex-pilote de Formule 1, McLaren constituant un bien meilleur pari. Mais contre toute attente, David Brabham fit le choix de la marque américaine pour former un duo gagnant pendant plusieurs années.

GT
25 sept. 2021
Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ? Prime

Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ?

L'ère de l'Hypercar s'est ouverte aux 24 Heures du Mans par la victoire de Toyota. Désormais, la concurrence est attendue et beaucoup de regards sont tournés vers Peugeot, dont l'arrivée est programmée pour 2022. Nous avons rencontré Jean-Marc Finot, directeur de Stellantis Motorsport, pour faire un point complet.

WEC
29 août 2021
Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans Prime

Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans

C'est l'une des plus grandes histoires de la Sarthe. Paul Newman, deuxième des 24 Heures du Mans 1979, aurait pu facilement remporter la célèbre épreuve sans l'ingéniosité du regretté Manfred Kremer.

24 Heures du Mans
20 août 2021
WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités ! Prime

WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités !

La convergence permettant aux machines Le Mans Hypercar de courir en IMSA face aux LMDh à partir de 2023 pourrait offrir des options attrayantes non seulement aux constructeurs, mais aussi pour le calendrier et le format des courses.

WEC
20 juil. 2021
Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre ! Prime

Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre !

Se pencher sur quinze années d'histoire commune, avec autant de réussite que celle rencontrée par Ferrari et AF Corse en GT, n'est pas une mince affaire. Aussi fallait-il s'attarder sur un juge de paix : les 24 Heures du Mans.

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans Prime

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans

L'excitation autour de l'afflux de constructeurs aux 24 Heures du Mans pour 2023 est compréhensible. Mais lorsqu'ils seront confrontés l'un à l'autre, le LMH et le LMDh vivront-ils une cohabitation éphémère ?

24 Heures du Mans
22 avr. 2021
Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960" Prime

Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960"

Son approche passionnée de la course, son projet Hypercar avec le rêve de gagner un jour les 24 Heures du Mans, son modèle visant à vendre des voitures pour pouvoir courir : l'étonnant Jim Glickenhaus a répondu à nos questions.

24 Heures du Mans
22 mars 2021