Sausset - "C'est moi qui passerai le drapeau à damier"

Étant sur le point d'atteindre son objectif, Frédéric Sausset prépare la course mancelle avec beaucoup de précautions et un objectif précis.

Sausset - "C'est moi qui passerai le drapeau à damier"
#84 SRT41 by Oak Racing Morgan - Nissan: Frédéric Sausset, Christophe Tinseau, Jean-Bernard Bouvet
#84 SRT41 by Oak Racing Morgan - Nissan: Frédéric Sausset, Christophe Tinseau, Jean-Bernard Bouvet
#84 SRT41 by Oak Racing Morgan - Nissan: Frédéric Sausset, Christophe Tinseau, Jean-Bernard Bouvet
#84 SRT41 by Oak Racing Morgan - Nissan: Frédéric Sausset, Christophe Tinseau, Jean-Bernard Bouvet
#84 SRT41 by Oak Racing Morgan - Nissan: Frédéric Sausset, Christophe Tinseau, Jean-Bernard Bouvet
#84 SRT41 by Oak Racing Morgan - Nissan: Frédéric Sausset avec les médias
#84 SRT41 by Oak Racing Morgan - Nissan: Frédéric Sausset, Christophe Tinseau, Jean-Bernard Bouvet
#84 SRT41 by Oak Racing Morgan - Nissan : Frédéric Sausset, Christophe Tinseau, Jean-Bernard Bouvet
#84 SRT41 by Oak Racing Morgan - Nissan: Frédéric Sausset, Christophe Tinseau

W.L., Le Mans - Avec seulement deux tours effectués en essais libres, Frédéric Sausset a préféré jouer la sécurité dans une séance particulièrement mouillée. En revanche, le Blésois a effectué ses premiers relais de nuit lors de la première séance de qualifications : "Je suis parti au premier relais de 22 heures pour pouvoir avoir la nuit tombante, pour voir comment ça se passait, ça s'est bien passé, j'ai fait 6 tours."

Néanmoins, en raison de son handicap et de son inexpérience au Mans, le pensionnaire du garage 56 peut difficilement en découdre avec les autres voitures. En qualifications, la Morgan avoisinait les 4'01, un temps qui l'aurait placé aux cotés des GTE-Am si ses coéquipiers ne tournaient pas en 3'45.

"Je voulais absolument descendre en dessous des 4', et je ne suis pas descendu en dessous des 4' parce que je suis rentré. On avait prévu que je ressorte en fin de session, et puis, au bout du compte, Christophe [Tinseau] a eu beaucoup de slow zones, ça c'est éternisé, donc on est resté peu de temps, et puis, j'ai préféré ne pas repartir."

La seconde séance de qualifications débutait sur le sec puis la pluie venait interrompre le bon déroulement de cette dernière, tout comme la dernière session disputée de nuit. Finalement, le tour de Jean-Bernard Bouvet en 3'45"178 effectué la veille plaçait la Morgan n°24 en 32e position, devant la Ligier LMP2 du Krohn Racing. Toutefois, la performance pure reste un aspect secondaire du projet de Frédéric Sausset.

Une approche très sage

En ayant piloté en championnat V de V pendant toute la saison 2015, le Français semble avoir identifié les quelques paramètres susceptibles de raccourcir son temps de roulage: "L'inconnue, c'est mon bras, à chaque fois qu'on a roulé, ça a fonctionné. On a fait des courses de 6 heures et 12 heures maximum, on a pas fait de courses de 24 heures donc il faut que le bras tienne."

De ce fait, Frédéric Sausset reste humble dans son approche de la course :"Maintenant, on s'est fixé comme base de travail que je puisse rouler minimum 6 heures ou 6 heures et demi sur les 24 heures, Christophe et JB [Jean-Bernard Bouvet] feront le reste. Je ne ferai que des simples relais."

"Pour l'instant, on n'a pas de schémas particuliers, parce que les conditions météo sont très changeantes. Les conditions de piste, je ne les connais pas vraiment. Et puis il y a aussi cette inconnue qui est moi. J'ai fait tout le travail physique derrière donc ça fonctionne pour les 24 Heures."

Par ailleurs, Sausset n'a pas prévu de prendre de la départ de la course :"La première raison, c'est que, sur toute la saison V de V, je n'ai jamais pris un départ, et donc je ne voulais pas. [...] Il est hors de question que je prenne le départ, surtout celui-ci, avec le trafic et autres."

"Evidemment, le rêve le plus absolu et celui qu'on va évidemment réussir, c'est qu'à 15 heures, c'est moi qui passerai le drapeau à damier."

 

partages
commentaires
Ford répond aux accusations de dissimulation de performances

Article précédent

Ford répond aux accusations de dissimulation de performances

Article suivant

Quels sont les types de voitures aux 24 Heures du Mans ?

Quels sont les types de voitures aux 24 Heures du Mans ?
Charger les commentaires
WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités ! Prime

WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités !

La convergence permettant aux machines Le Mans Hypercar de courir en IMSA face aux LMDh à partir de 2023 pourrait offrir des options attrayantes non seulement aux constructeurs, mais aussi pour le calendrier et le format des courses.

WEC
20 juil. 2021
Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre ! Prime

Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre !

Se pencher sur quinze années d'histoire commune, avec autant de réussite que celle rencontrée par Ferrari et AF Corse en GT, n'est pas une mince affaire. Aussi fallait-il s'attarder sur un juge de paix : les 24 Heures du Mans.

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans Prime

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans

L'excitation autour de l'afflux de constructeurs aux 24 Heures du Mans pour 2023 est compréhensible. Mais lorsqu'ils seront confrontés l'un à l'autre, le LMH et le LMDh vivront-ils une cohabitation éphémère ?

24 Heures du Mans
22 avr. 2021
Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960" Prime

Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960"

Son approche passionnée de la course, son projet Hypercar avec le rêve de gagner un jour les 24 Heures du Mans, son modèle visant à vendre des voitures pour pouvoir courir : l'étonnant Jim Glickenhaus a répondu à nos questions.

24 Heures du Mans
22 mars 2021
Pourquoi Ferrari met fin à 50 ans d'absence au sommet de l'Endurance Prime

Pourquoi Ferrari met fin à 50 ans d'absence au sommet de l'Endurance

Revenant dans la catégorie reine de l'Endurance après 50 années d'absence, Ferrari va s'engager en catégorie "Le Mans Hypercar" en 2023. La marque italienne dément tout lien avec le plafond de dépenses de la F1, mais il ne s'agit assurément pas d'une coïncidence...

WEC
28 févr. 2021
Vergne : "Toujours se remettre en question, travailler sans relâche" Prime

Vergne : "Toujours se remettre en question, travailler sans relâche"

À 30 ans, Jean-Éric Vergne est à l'apogée de sa carrière. Le double champion de Formule E va partir en quête d'un troisième titre dans le championnat tout électrique et a été recruté par Peugeot Sport pour l'ère Hypercar à venir. Il s'est confié à Motorsport.com.

Formule E
11 févr. 2021
L'avenir de la F1 va-t-il passer par l'hydrogène ? Prime

L'avenir de la F1 va-t-il passer par l'hydrogène ?

Alors que les discussions sont en cours pour la prochaine formule moteur de la F1 au-delà de l'horizon 2025, la question de l'orientation à long terme se pose, avec deux options principales évoquées jusqu'ici.

Formule 1
1 févr. 2021
Le GTE agonise : les trois scénarios qui pourraient tout changer Prime

Le GTE agonise : les trois scénarios qui pourraient tout changer

La catégorie GTE donne le sentiment de s'effondrer comme un château de cartes, et le WEC va devoir réagir. Trois scénarios peuvent être imaginés pour l'avenir du GT en Championnat du monde d'Endurance et aux 24 Heures du Mans. Les voici.

24 Heures du Mans
30 janv. 2021