Bourdais met en garde contre le nivellement vers le bas du GTE

Le rififi continue en GTE autour de la Balance des Performances. Après les qualifications de mercredi soir et le meilleur temps d'une Aston Martin, Sébastien Bourdais, forfait, s'est insurgé d'un niveau qu'il estime en baisse.

Bourdais met en garde contre le nivellement vers le bas du GTE
Sébastien Bourdais, Dale Coyne Racing Honda
#69 Ford Chip Ganassi Racing Ford GT : Ryan Briscoe, Richard Westbrook, Scott Dixon
#95 Aston Martin Racing Aston Martin Vantage : Nicki Thiim, Marco Sorensen, Richie Stanaway
Sébastien Bourdais, Dale Coyne Racing Honda
#95 Aston Martin Racing Aston Martin Vantage : Nicki Thiim, Marco Sorensen, Richie Stanaway
#67 Ford Chip Ganassi Racing Ford GT : Andy Priaulx, Harry Tincknell, Pipo Derani
#95 Aston Martin Racing Aston Martin Vantage: Nicki Thiim, Marco Sorensen, Richie Stanaway
#66 Ford Chip Ganassi Racing Ford GT : Olivier Pla, Stefan Mücke, Billy Johnson
#69 Ford Chip Ganassi Racing Ford GT: Ryan Briscoe, Richard Westbrook, Scott Dixon
#95 Aston Martin Racing Aston Martin Vantage: Nicki Thiim, Marco Sorensen, Richie Stanaway
#68 Ford Chip Ganassi Racing Ford GT : Joey Hand, Dirk Müller, Tony Kanaan
#69 Ford Chip Ganassi Racing Ford GT : Ryan Briscoe, Richard Westbrook, Scott Dixon

Sébastien Bourdais, pilote Ford et vainqueur en titre des 24 Heures du Mans en catégorie GTE, forfait sur blessure, a exprimé sa frustration sur le GTE Pro. Le Français estime que le niveau de jeu est nivelé en faveur d'Aston Martin. La marque britannique détient la pole position provisoire des 24 Heures du Mans en GTE Pro via Marco Sørensen qui a signé, mercredi soir, un tour en 3'52"117 au volant de la Vantage GTE #95 qu'il partage avec Nicki Thiim et Richie Stanaway.

Marco Sørensen a signé le meilleur temps devant la Ferrari 488 #71 d'AF Corse pilotée par Sam Bird, Davide Rigon et Miguel Molina d'un dixième de seconde, seulement, alors que le meilleur des Ford GT de Chip Ganassi, la #67, est reléguée à deux secondes, en cinquième place. Selon Sébastien Bourdais, forfait suite à sa blessure contractée aux 500 Miles d'Indianapolis, cela est difficile d'admettre que la Vantage GTE, dont le programme a été entamé en 2008, puisse aujourd'hui concurrencer voire devancer des voitures de huit ou neuf ans plus récentes.

Il a ainsi annoncé qu'il était frustrant pour des marques comme Ford d'avoir des voitures intrinsèquement plus rapides, aux performances dépendantes de la Balance des Performances, qui se base sur les voitures les plus lentes du plateau : "À un moment donné, il faudrait augmenter le niveau plutôt que d'essayer de l'abaisser", annonce Sébastien Bourdais à Motorsport.com. "Lorsque vous commencez à faire des prototypes qui roulent 25 secondes plus vite qu'une autre catégorie au Mans, peut-être que c'est plus dangereux pour ces gars qui vont très vite et pour nous qui allons si lentement."

Pour le vainqueur de l'édition 2016, "en fin de compte, il est toujours moins coûteux et plus facile de faire une voiture plus lente que de faire une voiture rapide, mais pour les gars qui dépensent de l'argent et font un bon travail, c'est terriblement frustrant de voir leur voiture bridée dans ses performances".

"Prenons toujours l'exemple de l'Aston Martin. Comment, est-il possible de dire qu'une Ford GT devrait aller au même rythme que l'Aston Martin ?", s'interroge-t-il. "Aston Martin a eu essentiellement la même voiture depuis combien d'années maintenant ? Huit ? Dix ? Ils essaient d'équilibrer les performances entre des voitures qui ne sont probablement pas comparables même si elles ne sont pas sorties à la même époque."

Puissance en berne

Bourdais a également remis en question le fait que la Ford GT ne soit autorisée à produire qu'environ 500 chevaux. Un chiffre inférieur à sa version routière, qui produit 647 chevaux, de par la BoP actuelle. "Mon autre problème est que la voiture de course fait 150 ch de moins que la voiture de route, ce qui me fait beaucoup de peine", a déclaré le Français. "Quand j'ai quelqu'un du public, qui me demande 'Combien de puissance a votre voiture ?' "

"Cela me fait mal de dire que cela fait 150 chevaux de moins que la voiture qu'il peut acheter chez le concessionnaire. C'est certainement quelque chose que les organisateurs devront examiner de près, car ce n'est pas juste."

Propos recueillis par David Malsher 

partages
commentaires
Pierre Ragues : "Faire marcher une voiture, c'est tout un ensemble"

Article précédent

Pierre Ragues : "Faire marcher une voiture, c'est tout un ensemble"

Article suivant

Q2 - Toyota et Kobayashi pour un record époustouflant !

Q2 - Toyota et Kobayashi pour un record époustouflant !
Charger les commentaires
Gagner et perdre Le Mans le même jour, ce "sentiment étrange" Prime

Gagner et perdre Le Mans le même jour, ce "sentiment étrange"

WRT se bat aux avant-postes du GT depuis des années et a réussi avec brio son passage en prototype, avec à la clé une victoire aux 24 Heures du Mans en LMP2. L'issue aurait même pu être plus heureuse si la course avait été un tour plus courte...

24 Heures du Mans
17 oct. 2021
Panoz et Brabham : l'histoire d'un drôle de choix Prime

Panoz et Brabham : l'histoire d'un drôle de choix

En 1997 le programme Panoz GT n'apparaissait pas comme un choix attrayant pour un ex-pilote de Formule 1, McLaren constituant un bien meilleur pari. Mais contre toute attente, David Brabham fit le choix de la marque américaine pour former un duo gagnant pendant plusieurs années.

GT
25 sept. 2021
Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ? Prime

Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ?

L'ère de l'Hypercar s'est ouverte aux 24 Heures du Mans par la victoire de Toyota. Désormais, la concurrence est attendue et beaucoup de regards sont tournés vers Peugeot, dont l'arrivée est programmée pour 2022. Nous avons rencontré Jean-Marc Finot, directeur de Stellantis Motorsport, pour faire un point complet.

WEC
29 août 2021
Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans Prime

Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans

C'est l'une des plus grandes histoires de la Sarthe. Paul Newman, deuxième des 24 Heures du Mans 1979, aurait pu facilement remporter la célèbre épreuve sans l'ingéniosité du regretté Manfred Kremer.

24 Heures du Mans
20 août 2021
WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités ! Prime

WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités !

La convergence permettant aux machines Le Mans Hypercar de courir en IMSA face aux LMDh à partir de 2023 pourrait offrir des options attrayantes non seulement aux constructeurs, mais aussi pour le calendrier et le format des courses.

WEC
20 juil. 2021
Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre ! Prime

Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre !

Se pencher sur quinze années d'histoire commune, avec autant de réussite que celle rencontrée par Ferrari et AF Corse en GT, n'est pas une mince affaire. Aussi fallait-il s'attarder sur un juge de paix : les 24 Heures du Mans.

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans Prime

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans

L'excitation autour de l'afflux de constructeurs aux 24 Heures du Mans pour 2023 est compréhensible. Mais lorsqu'ils seront confrontés l'un à l'autre, le LMH et le LMDh vivront-ils une cohabitation éphémère ?

24 Heures du Mans
22 avr. 2021
Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960" Prime

Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960"

Son approche passionnée de la course, son projet Hypercar avec le rêve de gagner un jour les 24 Heures du Mans, son modèle visant à vendre des voitures pour pouvoir courir : l'étonnant Jim Glickenhaus a répondu à nos questions.

24 Heures du Mans
22 mars 2021