Sébastien Bourdais tient son succès au Mans

Heureux d'avoir décroché son premier succès au Mans - même s'il s'agit d'une victoire de catégorie - après dix tentatives infructueuses, le tricolore préfère mettre en avant la symbolique d'une victoire de Ford pour son retour dans la Sarthe.

Sébastien Bourdais tient son succès au Mans
Podium LMGT Pro : les vainqueurs #68 Ford Chip Ganassi Racing Ford GT: Joey Hand, Dirk Müller, Sébastien Bourdais, les 2es #82 Risi Competizione Ferrari 488 GTE: Giancarlo Fisichella, Toni Vilander, Matteo Malucelli, les 3es #69 Ford Chip Ganassi Racing Ford GT: Ryan Briscoe, Richard Westbrook, Scott Dixon
#68 Ford Chip Ganassi Racing Ford GT: Sébastien Bourdais interviewé par Motorsport.com
#68 Ford Chip Ganassi Racing Ford GT: Joey Hand, Dirk Müller, Sébastien Bourdais
#68 Ford Chip Ganassi Racing Ford GT : Joey Hand, Dirk Müller, Sébastien Bourdais
Podium LMGT Pro : les vainqueurs #68 Ford Chip Ganassi Racing Ford GT: Sébastien Bourdais avec le président exectutif de la Ford Motor Company, Bill Ford Jr.
Arrêt aux stands #68 Ford Chip Ganassi Racing Ford GT: Joey Hand, Dirk Müller, Sébastien Bourdais
#68 Ford Chip Ganassi Racing Ford GT: Joey Hand, Dirk Müller, Sébastien Bourdais
#68 Ford Chip Ganassi Racing Ford GT: Joey Hand, Dirk Müller, Sébastien Bourdais
#68 Ford Chip Ganassi Racing Ford GT: Joey Hand, Dirk Müller, Sébastien Bourdais
#68 Ford Chip Ganassi Racing Ford GT : Joey Hand, Dirk Müller, Sébastien Bourdais
#68 Ford Chip Ganassi Racing Ford GT: Joey Hand, Dirk Müller, Sébastien Bourdais
#68 Ford Chip Ganassi Racing Ford GT: Joey Hand, Dirk Müller, Sébastien Bourdais
#68 Ford Chip Ganassi Racing Ford GT: Joey Hand, Dirk Müller, Sébastien Bourdais

La onzième était finalement la bonne pour Sébastien Bourdais. En dix tentatives, le Manceau, quadruple champion Champ Car, n'avait jamais connu la réussite dans "sa" course. Après une première expérience en 1999 sur une Porsche 911 GT2 Larbre Competition (abandon), Bourdais a porté les couleurs de Pescarolo Sport lors des quatre éditions suivantes, avec pour meilleur résultat une 4e place au général sur la Courage C52-Peugeot en 2000. 

Mais ce sont lors de ses années sur la Peugeot 908 HDi que le pilote tricolore peut nourrir des regrets, se classant trois fois deuxièmes (!) en 2007, 2009 et 2011, et un abandon en 2010. La dernière apparition de Sébastien Bourdais sur le circuit de la Sarthe remontait à 2012, avec l'expérience décevante sur la Dome S102.5-Judd alignée par l'équipe d'Henri Pescarolo. 

Même s'il "redescendait" en catégorie GT cette année, Sébastien Bourdais retrouvait l'opportunité de jouer les premiers rôles au Mans, membre de l'escadrille Ford Chip Ganassi Racing sur l'une des quatre nouvelles GT alignées par le constructeur américain pour son retour sur l'épreuve, cinquante ans après son triplé de 1966.

Après avoir pris la mesure de sa nouvelle monture dans le cadre du championnat IMSA, à Daytona puis à Sebring, Sébastien Bourdais a constamment joué les premiers rôles durant la semaine mancelle en compagnie de ses équipiers Dirk Müller et Joey Hand sur la n°68.

Après avoir signé la pole position, les trois hommes se maintenaient dans la lutte pour la victoire durant toute l'épreuve, en bagarre permanente avec la Ferrari 488 du Risi Competizione, qu'elle devançait finalement à l'arrivée. Un énorme bonheur, et (enfin) la consécration pour Bourdais sur la course de ses rêves, même s'il ne s'agit pas là d'une victoire au classement général.

"Aujourd'hui est un moment d'histoire", commentait le Manceau à l'issue de la course. "C'est beaucoup plus gros que moi, ma passion pour Le Mans, mon passé et mon présent. C'est la satisfaction d'avoir fait partie d'une course incroyable avec une bagarre de tous les instants, et de représenter Ford en général avec tout ce qu'il y a derrière. Une famille qui est venue en 1966 pour botter le derrière de tout le monde, qui revient cinquante ans après et qui réédite le même exploit…" 

Aujourd'hui on prend du recul pour voir à quel point c'est exceptionnel ce qui vient de se passer.

Sébastien Bourdais.

"Tu fais partie de quelque chose qui est tellement plus gros que ta petite personne et tes ambitions que aujourd'hui", poursuit Bourdais. "Aujourd'hui on prend du recul pour voir à quel point c'est exceptionnel ce qui vient de se passer. La bataille en GTE Pro a été probablement la plus belle depuis le début de la catégorie. Refaire le scénario Ford/Ferrari comme ça cinquante ans plus tard, avec de tels écarts, je ne sais pas si quelqu'un aurait pu écrire un script aussi idyllique".

Sébastien Bourdais retrouvera la Ford GT à l'occasion de l'épreuve de Petit Le Mans, manche finale du WeatherTech SportsCar Championship, le 1er octobre.

partages
commentaires
38 ans après, Alpine renoue avec la victoire au Mans

Article précédent

38 ans après, Alpine renoue avec la victoire au Mans

Article suivant

Pénalités multiples pour les deux premiers du GTE Pro

Pénalités multiples pour les deux premiers du GTE Pro
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries 24 Heures du Mans
Événement 24 Heures du Mans
Lieu Circuit de la Sarthe
Pilotes Sébastien Bourdais
Auteur Emmanuel Rolland
Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960" Prime

Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960"

Son approche passionnée de la course, son projet Hypercar avec le rêve de gagner un jour les 24 Heures du Mans, son modèle visant à vendre des voitures pour pouvoir courir : l'étonnant Jim Glickenhaus a répondu à nos questions.

24 Heures du Mans
22 mars 2021
Pourquoi Ferrari met fin à 50 ans d'absence au sommet de l'Endurance Prime

Pourquoi Ferrari met fin à 50 ans d'absence au sommet de l'Endurance

Revenant dans la catégorie reine de l'Endurance après 50 années d'absence, Ferrari va s'engager en catégorie "Le Mans Hypercar" en 2023. La marque italienne dément tout lien avec le plafond de dépenses de la F1, mais il ne s'agit assurément pas d'une coïncidence...

WEC
28 févr. 2021
Vergne : "Toujours se remettre en question, travailler sans relâche" Prime

Vergne : "Toujours se remettre en question, travailler sans relâche"

À 30 ans, Jean-Éric Vergne est à l'apogée de sa carrière. Le double champion de Formule E va partir en quête d'un troisième titre dans le championnat tout électrique et a été recruté par Peugeot Sport pour l'ère Hypercar à venir. Il s'est confié à Motorsport.com.

Formule E
11 févr. 2021
L'avenir de la F1 va-t-il passer par l'hydrogène ? Prime

L'avenir de la F1 va-t-il passer par l'hydrogène ?

Alors que les discussions sont en cours pour la prochaine formule moteur de la F1 au-delà de l'horizon 2025, la question de l'orientation à long terme se pose, avec deux options principales évoquées jusqu'ici.

Formule 1
1 févr. 2021
Le GTE agonise : les trois scénarios qui pourraient tout changer Prime

Le GTE agonise : les trois scénarios qui pourraient tout changer

La catégorie GTE donne le sentiment de s'effondrer comme un château de cartes, et le WEC va devoir réagir. Trois scénarios peuvent être imaginés pour l'avenir du GT en Championnat du monde d'Endurance et aux 24 Heures du Mans. Les voici.

24 Heures du Mans
30 janv. 2021
Le nouveau départ qui pourrait couronner de succès Kevin Magnussen Prime

Le nouveau départ qui pourrait couronner de succès Kevin Magnussen

Après avoir passé plus de sept ans sans victoire chez McLaren, Renault et Haas en Formule 1, Kevin Magnussen pourrait renouer en IMSA avec ce qu'il désire le plus : une chance de gagner.

IMSA
29 janv. 2021
Hypercar Toyota : la révolution masquée de l'Endurance Prime

Hypercar Toyota : la révolution masquée de l'Endurance

La Toyota GR010 conçue pour la nouvelle ère Hypercar du WEC a peu de choses en commun avec la TS050 LMP1 qui l'a précédée. Mais en dépit des restrictions qui accompagnent la nouvelle réglementation, elle ne sera pas moins redoutable.

WEC
27 janv. 2021
Les moteurs de l'Hypercar Peugeot expliqués en détail Prime

Les moteurs de l'Hypercar Peugeot expliqués en détail

Quelques heures après avoir dévoilé leurs choix techniques pour leur Hypercar en Championnat du monde d'Endurance, avec un moteur V6 biturbo de 2,6 litres associé à un moteur électrique développant 200 kW sur l'essieu avant, les dirigeants de Peugeot se sont exprimés en profondeur sur leur concept auprès de la presse française.

WEC
15 déc. 2020