H+20 - Des soucis (mineurs) chez Toyota

La victoire de Toyota en cette édition 2021 des 24 Heures du Mans est de plus en plus probable, malgré des pépins techniques qui compliquent la vie à l'écurie nippone.

Les leaders par catégorie à 12h

Clt Général Concurrent Catégorie Trs parcourus
1

Japan Toyota Gazoo Racing

Conway/Kobayashi/López

HYPERCAR 306
5

Belgium Team WRT

Frijns/Habsburg/Milesi

LMP2 299
21

Italy AF Corse

Pier Guidi/Calado/Ledogar

LMGTE Pro 284
26

Italy AF Corse

Perrodo/Nielsen/Rovera

LMGTE Am 279

IndyCar :

À quatre heures de l'arrivée de ce double tour d'horloge sarthois, il paraît improbable que Toyota soit vaincu, Alpine et Glickenhaus étant relégués à plus de quatre tours. Le constructeur japonais a pourtant connu une matinée compliquée avec des relais qui ont souvent été bien moins longs que les 13 tours habituels, en particulier pour une #8 qui a subi un problème de débit de carburant notamment. Sébastien Buemi a même été contraint à une brève immobilisation en piste. Un porte-parole de Toyota fait toutefois savoir qu'"actuellement, tout est stable et les données sont bonnes".

L'écart entre la #7 et la #8 était de près de deux minutes en début de matinée, il est désormais de près d'un tour, malgré une excursion dans les graviers sans conséquence de José María López en rentrant au stand.

Plus loin, l'Alpine #36 et la Glickenhaus #708 sont longtemps restées au coude-à-coude. André Negrão (#36) a fait l'extérieur à Olivier Pla (#708) à l'entrée de la dernière chicane, le Français ripostant quelques kilomètres plus loin. C'est ensuite une bataille à distance qui s'est engagée en raison d'arrêts au stand décalés, et Matthieu Vaxiviere (#36) a creusé l'écart sur Franck Mailleux (#708) : il avait une minute et demie d'avance à 11h30, après quoi la #708 s'est brièvement retrouvée au ralenti et a perdu deux minutes. Quant à la Glickenhaus #709 (Briscoe-Westbrook-Dumas), elle reste devancée par trois LMP2.

Le Team WRT maintient justement sa domination sur cette seconde catégorie, toujours avec la #31 de Frijns-Habsburg-Milesi devant la #41 de Kubica-Delétraz-Ye. Deux minutes et 20 secondes séparaient ces deux voitures à neuf heures, l'écart est exactement identique à midi. La Jota #28 de Gelael-Vandoorne-Blomqvist n'est pas loin et complète le podium provisoire avec plus d'un tour d'avance sur la #65 du Panis Racing.

Côte GTE Pro, la Ferrari #52 d'AF Corse (Serra-Molina-Bird), qui avait longtemps joué la victoire, a subi une spectaculaire crevaison avec l'Anglais au volant. Elle a perdu six minutes le temps de rentrer au stand et bien davantage pour les réparations, se retrouvant largement écartée de la course au podium.

La Ferrari #51 (Pier Guidi-Calado-Ledogar) et la Corvette #63 (García-Taylor-Catsburg) menaient la danse avec un écart qui était de 1'10 à neuf heures comme à 10h30 mais qui s'est réduit à 40 secondes à midi. À sa décharge, la #51 a perdu une minute au stand pour un changement de freins. Enfin, en GTE Am, c'est toujours la Ferrari #83 d'AF Corse qui caracole en tête devant l'Aston Martin #33 de TF Sport.

partages
commentaires
H+17 - Même le brouillard ne perturbe pas Toyota

Article précédent

H+17 - Même le brouillard ne perturbe pas Toyota

Article suivant

Stellantis observe toujours l'IMSA pour d'autres marques

Stellantis observe toujours l'IMSA pour d'autres marques
Charger les commentaires
Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ? Prime

Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ?

L'ère de l'Hypercar s'est ouverte aux 24 Heures du Mans par la victoire de Toyota. Désormais, la concurrence est attendue et beaucoup de regards sont tournés vers Peugeot, dont l'arrivée est programmée pour 2022. Nous avons rencontré Jean-Marc Finot, directeur de Stellantis Motorsport, pour faire un point complet.

WEC
29 août 2021
Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans Prime

Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans

C'est l'une des plus grandes histoires de la Sarthe. Paul Newman, deuxième des 24 Heures du Mans 1979, aurait pu facilement remporter la célèbre épreuve sans l'ingéniosité du regretté Manfred Kremer.

24 Heures du Mans
20 août 2021
WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités ! Prime

WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités !

La convergence permettant aux machines Le Mans Hypercar de courir en IMSA face aux LMDh à partir de 2023 pourrait offrir des options attrayantes non seulement aux constructeurs, mais aussi pour le calendrier et le format des courses.

WEC
20 juil. 2021
Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre ! Prime

Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre !

Se pencher sur quinze années d'histoire commune, avec autant de réussite que celle rencontrée par Ferrari et AF Corse en GT, n'est pas une mince affaire. Aussi fallait-il s'attarder sur un juge de paix : les 24 Heures du Mans.

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans Prime

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans

L'excitation autour de l'afflux de constructeurs aux 24 Heures du Mans pour 2023 est compréhensible. Mais lorsqu'ils seront confrontés l'un à l'autre, le LMH et le LMDh vivront-ils une cohabitation éphémère ?

24 Heures du Mans
22 avr. 2021
Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960" Prime

Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960"

Son approche passionnée de la course, son projet Hypercar avec le rêve de gagner un jour les 24 Heures du Mans, son modèle visant à vendre des voitures pour pouvoir courir : l'étonnant Jim Glickenhaus a répondu à nos questions.

24 Heures du Mans
22 mars 2021
Pourquoi Ferrari met fin à 50 ans d'absence au sommet de l'Endurance Prime

Pourquoi Ferrari met fin à 50 ans d'absence au sommet de l'Endurance

Revenant dans la catégorie reine de l'Endurance après 50 années d'absence, Ferrari va s'engager en catégorie "Le Mans Hypercar" en 2023. La marque italienne dément tout lien avec le plafond de dépenses de la F1, mais il ne s'agit assurément pas d'une coïncidence...

WEC
28 févr. 2021
Vergne : "Toujours se remettre en question, travailler sans relâche" Prime

Vergne : "Toujours se remettre en question, travailler sans relâche"

À 30 ans, Jean-Éric Vergne est à l'apogée de sa carrière. Le double champion de Formule E va partir en quête d'un troisième titre dans le championnat tout électrique et a été recruté par Peugeot Sport pour l'ère Hypercar à venir. Il s'est confié à Motorsport.com.

Formule E
11 févr. 2021