Le souvenir de 2016 hantait Buemi et Nakajima

Deux ans après leur terrible échec, Sébastien Buemi et Kazuki Nakajima ont triomphé avec Fernando Alonso en Sarthe.

Le souvenir de 2016 hantait Buemi et Nakajima
Sur le podium du classement général : les vainqueurs Sébastien Buemi, Kazuki Nakajima, Fernando Alonso, Toyota Gazoo Racing
#8 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050: Sébastien Buemi, Kazuki Nakajima, Fernando Alonso
Les vainqueurs, l'équipage #8 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050 : Sébastien Buemi, Kazuki Nakajima, Fernando Alonso
#8 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050: Sébastien Buemi, Kazuki Nakajima, Fernando Alonso
Les vainqueurs, l'équipage #8 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050 : Sébastien Buemi, Kazuki Nakajima, Fernando Alonso
#8 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050: Sébastien Buemi, Kazuki Nakajima, Fernando Alonso
#8 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050: Sébastien Buemi, Kazuki Nakajima, Fernando Alonso, #7 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050: Mike Conway, Kamui Kobayashi, Jose Maria Lopez franchissent la ligne d'arrivée
Podium général : les vainqueurs Sébastien Buemi, Kazuki Nakajima, Fernando Alonso, Toyota Gazoo Racing
Les vainqueurs #8 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050: Sébastien Buemi, Kazuki Nakajima, Fernando Alonso franchissent la ligne
#8 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050: Sébastien Buemi, Kazuki Nakajima, Fernando Alonso, au stand
Les voitures #8 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050: Sébastien Buemi, Kazuki Nakajima, Fernando Alonso, #7 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050: Mike Conway, Kamui Kobayashi, Jose Maria Lopez franchissent la ligne d'arrivée
Les vainqueurs de la #8 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050 : Sébastien Buemi, Kazuki Nakajima, Fernando Alonso
#8 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050: Sébastien Buemi, Kazuki Nakajima, Fernando Alonso

B.V., Le Mans - La victoire de la Toyota #8 aux 24 Heures du Mans est un soulagement à tout point de vue pour ses pilotes. Sébastien Buemi et Kazuki Nakajima prennent leur revanche après la cruelle déconvenue de 2016, où le prototype qu'ils partageaient avec Anthony Davidson s'était immobilisé sur la ligne d'arrivée à trois minutes du drapeau à damier. Fernando Alonso, quant à lui, obtient un deuxième élément de la prestigieuse Triple Couronne, après avoir déjà remporté le Grand Prix de Monaco (et le Championnat du monde de F1 dans l'autre version de ce titre honorifique). Il ne lui manque que les 500 Miles d'Indianapolis.

Pour Buemi, Champion du monde d'Endurance 2014 et titré en Formule E en 2015-16, la victoire dans le double tour d'horloge sarthois est incomparable : "C'est vraiment la plus grande victoire de ma carrière, j'ai du mal à réaliser. Je regardais Kazuki lors des derniers tours et je n'arrivais pas à oublier 2016 ! Voir enfin la voiture franchir la ligne d'arrivée, c'était très spécial."

"À un moment, j'ai pris une pénalité parce que j'étais allé trop vite sous Full Course Yellow [dans une slow zone, ndlr], et à ce stade, je me disais que ça allait être très dur car quand j'ai donné la voiture à Fernando [Alonso], nous avions deux minutes et une quinzaine de secondes de retard sur la #7. Mais quand je me suis réveillé, nous n'avions plus qu'une quarantaine de secondes de retard, donc il a fait un travail d'exception."

Alonso a effectivement réalisé une performance remarquable entre 1h30 et 4h cette nuit, reprenant pas moins d'une minute et demie à la Toyota #7 pilotée par José María López, ce qui a joué un rôle crucial dans le rapport de force entre les deux voitures nippones.

"J'ai eu de la chance à plusieurs reprises, je dépassais les voitures au meilleur endroit possible", reconnaît l'Ibère. "Parfois, quand on a de la chance, on en a encore plus dans les tours qui suivent, et à l'inverse, quand on est malchanceux, on se retrouve dans un cercle vicieux. C'était un bon relais, j'ai adapté mon style et j'ai tiré le maximum de la voiture. Avec Seb et Kazuki, nous avons essayé de rester calmes et de continuer la course jusqu'au bout."

Quant à Kazuki Nakajima, le parallèle avec 2016 était frappant. Il y a deux ans, c'est lui qui était au volant pour ce fameux dernier relais en tête de la course, et c'est lui qui n'avait rien pu faire pour éviter un abandon cruel à un tour du but. Un scénario qui ne s'est pas reproduit cette fois.

"J'étais plus calme qu'à l'époque, même avant d'avoir le problème", affirme le Japonais. "Je préférais être dans la voiture que regarder de l'extérieur, mes coéquipiers peuvent en témoigner ! Surtout après cette expérience, Seb n'était pas loin de faire une crise cardiaque. Dans la voiture, c'était difficile, et j'ai forcément pensé à 2016, mais l'équipe est parvenue à rester concentrée jusqu'à la fin de la course et jusqu'au drapeau à damier. Je pense que cela nous a menés à la victoire."

partages
commentaires
Le "soulagement" de Toyota avec un Alonso "exceptionnel"

Article précédent

Le "soulagement" de Toyota avec un Alonso "exceptionnel"

Article suivant

López a "eu du mal" face à un Alonso "très rapide"

López a "eu du mal" face à un Alonso "très rapide"
Charger les commentaires
Gagner et perdre Le Mans le même jour, ce "sentiment étrange" Prime

Gagner et perdre Le Mans le même jour, ce "sentiment étrange"

WRT se bat aux avant-postes du GT depuis des années et a réussi avec brio son passage en prototype, avec à la clé une victoire aux 24 Heures du Mans en LMP2. L'issue aurait même pu être plus heureuse si la course avait été un tour plus courte...

24 Heures du Mans
17 oct. 2021
Panoz et Brabham : l'histoire d'un drôle de choix Prime

Panoz et Brabham : l'histoire d'un drôle de choix

En 1997 le programme Panoz GT n'apparaissait pas comme un choix attrayant pour un ex-pilote de Formule 1, McLaren constituant un bien meilleur pari. Mais contre toute attente, David Brabham fit le choix de la marque américaine pour former un duo gagnant pendant plusieurs années.

GT
25 sept. 2021
Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ? Prime

Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ?

L'ère de l'Hypercar s'est ouverte aux 24 Heures du Mans par la victoire de Toyota. Désormais, la concurrence est attendue et beaucoup de regards sont tournés vers Peugeot, dont l'arrivée est programmée pour 2022. Nous avons rencontré Jean-Marc Finot, directeur de Stellantis Motorsport, pour faire un point complet.

WEC
29 août 2021
Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans Prime

Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans

C'est l'une des plus grandes histoires de la Sarthe. Paul Newman, deuxième des 24 Heures du Mans 1979, aurait pu facilement remporter la célèbre épreuve sans l'ingéniosité du regretté Manfred Kremer.

24 Heures du Mans
20 août 2021
WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités ! Prime

WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités !

La convergence permettant aux machines Le Mans Hypercar de courir en IMSA face aux LMDh à partir de 2023 pourrait offrir des options attrayantes non seulement aux constructeurs, mais aussi pour le calendrier et le format des courses.

WEC
20 juil. 2021
Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre ! Prime

Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre !

Se pencher sur quinze années d'histoire commune, avec autant de réussite que celle rencontrée par Ferrari et AF Corse en GT, n'est pas une mince affaire. Aussi fallait-il s'attarder sur un juge de paix : les 24 Heures du Mans.

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans Prime

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans

L'excitation autour de l'afflux de constructeurs aux 24 Heures du Mans pour 2023 est compréhensible. Mais lorsqu'ils seront confrontés l'un à l'autre, le LMH et le LMDh vivront-ils une cohabitation éphémère ?

24 Heures du Mans
22 avr. 2021
Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960" Prime

Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960"

Son approche passionnée de la course, son projet Hypercar avec le rêve de gagner un jour les 24 Heures du Mans, son modèle visant à vendre des voitures pour pouvoir courir : l'étonnant Jim Glickenhaus a répondu à nos questions.

24 Heures du Mans
22 mars 2021