La technologie F1 au service du projet Hypercar de Ferrari

La nouvelle Ferrari Le Mans Hypercar qui roulera en WEC l'année prochaine aura recours à la technologie F1 de l'écurie italienne.

#15 Ferrari SEFAC, Ferrari 312PB: Jacky Ickx, Brian Redman, devant #10 Matra-Simca Shell, Matra-Simca MS670B: François Cevert, Jean-Pierre Beltoise et #11 Matra-Simca Shell, Matra-Simca MS670B: Henri Pescarolo, Gérard Larrousse, au départ

Antonello Coletta, qui dirige le projet LMH en tant que patron du département Attivita Sportive GT de Ferrari, explique que le premier programme prototype d'usine de la marque depuis 50 ans utilise toutes les ressources technologiques à sa disposition.

"Je pense que la technologie que l'on a chez Ferrari est l'un de nos plus grands atouts, et c'est normal que l'on partage cette technologie entre tous nos projets", précise-t-il dans un entretien exclusive accordé à motorsport.tv sur Ferrari channel. "C'est normal que le projet LMH ait une expérience F1, mais pas seulement, ça vient aussi des voitures de route. C'est une synthèse de nos connaissances. Nos techniciens mélangent tout ça et on espère faire une voiture très compétitive et étonnante."

Certaines des solutions utilisées sur le prototype LMH hybride sont déjà "tirées d'expériences passées au niveau de la F1 et des voitures de route", toujours selon Antonello Coletta.

"Ferrari est une grande entreprise, avec un patrimoine technique très important, et notre rôle a toujours été d'être novateurs", ajoute-t-il. "Compte tenu de la nouvelle réglementation, il était impossible de ne pas aller à la pêche aux connaissances, et la chose la plus importante à souligner est que le LMH n'est pas le projet d'une partie de l'entreprise mais un projet transversal, car Ferrari ne fait qu'un. Ce serait stupide de ne pas profiter de tout le savoir-faire à notre disposition."

Annoncé en février 2021, le programme LMH est géré depuis les nouveaux locaux de l'Attivita Sportive GT, situés à côté de la piste d'essais de Fiorano. Il se déroule en parallèle du développement de la nouvelle 296 GT3, qui sera proposée aux clients la saison prochaine.

L'infrastructure, qui a ouvert ses portes l'an dernier en unissant les départements Competizioni GT et Corse Clienti, est "un témoignage de l'importance que Ferrari accorde à notre activité", souligne Antonello Coletta. Il s'agit d'après lui d'un "important défi" pour Ferrari, qui cherche à ajouter à son palmarès une dixième victoire aux 24 Heures du Mans, manche centrale du WEC.

Ferrari n'a pas encore dévoilé les détails de sa LMH, ni même du moteur qui sera utilisé, mais une annonce est attendue au mois de juin. Équipée d'un système hybride sur l'essieu avant, la Ferrari LMH devrait rouler pour la première fois au mois de juillet mais Antonello Coletta affirme qu'aucune date précise n'a encore été fixée.

Le bâtiment de l'Attivita Sportive GT, près de Fiorano.

Le bâtiment de l'Attivita Sportive GT, près de Fiorano.

Directeur technique de l'Attivita Sportive GT, Ferdinando Cannizzo confirme que le projet est "dans les temps pour le moment". La première version de la LMH a d'ailleurs tourné sur le simulateur il y a un an déjà.

"C'est clairement quelque chose qui a continué à évoluer mois après mois, après avoir analysé les résultats", dit-il. "Chaque séance apporte de nouvelles idées sur la table. La voiture existe virtuellement et nous la développons continuellement. Désormais, nous avons hâte de la voir en piste."

Antonello Coletta a réaffirmé les intentions de Ferrari pour commencer les essais avec des pilotes appartenant à son giron GT, où l'on retrouve notamment les Champions du monde WEC GTE Pro, Alessandro Pier Guidi et James Calado. Il a également fait allusion à un possible engagement de Ferrari dans le championnat IMSA en Amérique du Nord. "Pour Ferrari, le marché américain est d'une importance cruciale", insiste-t-il. "Mais en 2023, on sera impliqués uniquement en WEC."

Découvrez Ferrari Channel sur Motorsport.tv en cliquant ici

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Bientôt un nouveau centre médical au circuit du Mans
Article suivant Les échos du Mans : BMW, Panis Racing, Patrouille de France...

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France