L’IDEC #17 forfait, Thomas Laurent privé du Mans

Thomas Laurent ne sera finalement pas au départ des 24 Heures du Mans, l'IDEC Sport #17 s'étant retirée de la course après l'accident de Dwight Merriman mercredi.

L’IDEC #17 forfait, Thomas Laurent privé du Mans

L'IDEC Sport #17 ne sera pas au départ des 24 Heures du Mans. Les dégâts sont trop importants sur d'Oreca de l'équipe française après la sortie de piste de Dwight Merriman en Essais Libres 3 et l'équipe a donc décidé de retirer de la course son prototype, sur lequel Ryan Dalziel et Thomas Laurent étaient également engagés, ce qui signifie que 61 concurrents seront au départ samedi. 

C'est donc la fin d'une courte aventure entre l'équipe et Thomas Laurent, arrivé à la dernière minute et finalement forfait à la veille de la course, alors qu'il devait faire son retour à la compétition après huit mois sans volant. Le Français avait été appelé pour en remplacement de Richard Bradley, positif au COVID-19 après avoir lui-même été titularisé à la suite de la fracture de la clavicule de de Kyle Tilley, pilote et patron de la structure Era Motorsport qui co-engageait le prototype.

Présent dimanche lors de la Journée Test pour sonder l'intérêt des équipes, Thomas Laurent s'était finalement résigné et étant rentré chez lui dimanche soir. "Lundi matin, j'ai eu un message d'un gars de chez Oreca me disant que j'allais avoir un coup de fil d'un team manager de LMP2 pour un volant potentiel", expliquait-il mercredi. "J'attendais le coup de fil avec le téléphone dans les mains, à me dire 'Allez, sonne, sonne'. Une demi-heure après, j'ai eu le coup de fil de Nicolas Minassian et puis ça s'est fait tout naturellement. Il m'a demandé si j'étais dispo et évidemment que j'ai dit oui.

Lire aussi :

La semaine a été très animée pour cet équipage puisque la Journée Test s'était elle aussi conclue sur un accident, quand la voiture a été envoyée dans une barrière après un contact. Un nouveau châssis a été nécessaire pour réparer le prototype, ensuite classé à 16e place des qualifications en LMP2, avant l'accident de jeudi qui a mis fin à sa semaine.

 

"C'est déchirant de nous retirer du Mans avant même d'avoir eu la possibilité de rouler, mais je sais que nous avons fait ce qu'il fallait", déclare Kyle Tilley. "Nous avions de gros espoirs avant la course, mais une série d'événements malheureux en quelques jours ont fait de cette semaine une lutte permanente. Le Circuit de la Sarthe exige le respect et nous prenons les vitesses et la technicité de cette piste très au sérieux."

"La nature à faible appui du LMP2 complique le pilotage avec le composé dur de Goodyear, et la BoP n'a pas joué en notre faveur. Après un changement de pilote de dernière minute, un changement de châssis et un nouvel accident, nous avons dû prendre la difficile décision : si nous ne sommes pas confiants à 100% avant la course, nous sentons qu'il est de notre responsabilité de nous retirer."

IDEC conserve un prototype engagé en LMP2, l'Oreca #48 confiée à Paul Lafargue, Paul-Loup Chatin et Patrick Pilet. Chatin est sorti de la piste mercredi mais le prototype a pu être réparé avant la dernière séance d'essais libres.

 

Lire aussi :

partages
commentaires

Voir aussi :

EL4 - Toyota boucle les ultimes réglages en tête

Article précédent

EL4 - Toyota boucle les ultimes réglages en tête

Article suivant

Peugeot "pas très surpris" par les performances des Hypercars au Mans

Peugeot "pas très surpris" par les performances des Hypercars au Mans
Charger les commentaires
Panoz et Brabham : l'histoire d'un drôle de choix Prime

Panoz et Brabham : l'histoire d'un drôle de choix

En 1997 le programme Panoz GT n'apparaissait pas comme un choix attrayant pour un ex-pilote de Formule 1, McLaren constituant un bien meilleur pari. Mais contre toute attente, David Brabham fit le choix de la marque américaine pour former un duo gagnant pendant plusieurs années.

GT
25 sept. 2021
Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ? Prime

Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ?

L'ère de l'Hypercar s'est ouverte aux 24 Heures du Mans par la victoire de Toyota. Désormais, la concurrence est attendue et beaucoup de regards sont tournés vers Peugeot, dont l'arrivée est programmée pour 2022. Nous avons rencontré Jean-Marc Finot, directeur de Stellantis Motorsport, pour faire un point complet.

WEC
29 août 2021
Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans Prime

Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans

C'est l'une des plus grandes histoires de la Sarthe. Paul Newman, deuxième des 24 Heures du Mans 1979, aurait pu facilement remporter la célèbre épreuve sans l'ingéniosité du regretté Manfred Kremer.

24 Heures du Mans
20 août 2021
WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités ! Prime

WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités !

La convergence permettant aux machines Le Mans Hypercar de courir en IMSA face aux LMDh à partir de 2023 pourrait offrir des options attrayantes non seulement aux constructeurs, mais aussi pour le calendrier et le format des courses.

WEC
20 juil. 2021
Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre ! Prime

Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre !

Se pencher sur quinze années d'histoire commune, avec autant de réussite que celle rencontrée par Ferrari et AF Corse en GT, n'est pas une mince affaire. Aussi fallait-il s'attarder sur un juge de paix : les 24 Heures du Mans.

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans Prime

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans

L'excitation autour de l'afflux de constructeurs aux 24 Heures du Mans pour 2023 est compréhensible. Mais lorsqu'ils seront confrontés l'un à l'autre, le LMH et le LMDh vivront-ils une cohabitation éphémère ?

24 Heures du Mans
22 avr. 2021
Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960" Prime

Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960"

Son approche passionnée de la course, son projet Hypercar avec le rêve de gagner un jour les 24 Heures du Mans, son modèle visant à vendre des voitures pour pouvoir courir : l'étonnant Jim Glickenhaus a répondu à nos questions.

24 Heures du Mans
22 mars 2021
Pourquoi Ferrari met fin à 50 ans d'absence au sommet de l'Endurance Prime

Pourquoi Ferrari met fin à 50 ans d'absence au sommet de l'Endurance

Revenant dans la catégorie reine de l'Endurance après 50 années d'absence, Ferrari va s'engager en catégorie "Le Mans Hypercar" en 2023. La marque italienne dément tout lien avec le plafond de dépenses de la F1, mais il ne s'agit assurément pas d'une coïncidence...

WEC
28 févr. 2021