Toyota dompte enfin les 24 Heures du Mans !

Fernando Alonso, Sébastien Buemi et Kazuki Nakajima ont remporté la 86e édition des 24 Heures du Mans, où Toyota s'est offert ni plus ni moins qu'un doublé victorieux.

Toyota dompte enfin les 24 Heures du Mans !
Les voitures #8 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050: Sébastien Buemi, Kazuki Nakajima, Fernando Alonso, #7 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050: Mike Conway, Kamui Kobayashi, Jose Maria Lopez franchissent la ligne d'arrivée
Les vainqueurs de la #8 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050 : Sébastien Buemi, Kazuki Nakajima, Fernando Alonso
Fernando Alonso, Toyota Gazoo Racing fête la victoire avec son équipe
Fernando Alonso, Toyota Gazoo Racing fête la victoire avec son équipe
Départ : #8 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050: Sébastien Buemi, Kazuki Nakajima, Fernando Alonso en tête
#8 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050: Sébastien Buemi, Kazuki Nakajima, Fernando Alonso
#8 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050: Sébastien Buemi, Kazuki Nakajima, Fernando Alonso, au stand
#8 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050: Sébastien Buemi, Kazuki Nakajima, Fernando Alonso
#8 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050: Sébastien Buemi, Kazuki Nakajima, Fernando Alonso, au stand
#8 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050: Sébastien Buemi, Kazuki Nakajima, Fernando Alonso
#8 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050: Sébastien Buemi, Kazuki Nakajima, Fernando Alonso
#8 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050: Sébastien Buemi, Kazuki Nakajima, Fernando Alonso
#8 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050: Sébastien Buemi, Kazuki Nakajima, Fernando Alonso
#1 Rebellion Racing Rebellion R-13: Andre Lotterer, Neel Jani, Bruno Senna
La grille de départ
#1 Rebellion Racing Rebellion R-13: Andre Lotterer, Neel Jani, Bruno Senna, #8 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050: Sébastien Buemi, Kazuki Nakajima, Fernando Alonso
#1 Rebellion Racing Rebellion R-13: Andre Lotterer, Neel Jani, Bruno Senna
#33 Jackie Chan DC Racing Ligier JSP217 Gibson: David Cheng, Nicholas Boulle, Pierre Nicolet,, #11 SMP Racing BR Engineering BR1: Mikhail Aleshin, Vitaly Petrov, Jenson Button
#17 SMP Racing BR Engineering BR1: Stéphane Sarrazin, Egor Orudzhev, Matevos Isaakyan
#26 G-Drive Racing Oreca 07 Gibson: Roman Rusinov, Andrea Pizzitola, Jean-Eric Vergne
#36 Signatech Alpine Matmut Alpine A470: Nicolas Lapierre, Andre Negrao, Pierre Thiriet
#39 Graff Racing S24 Oreca 07 Gibson: Vincent Capillaire, Jonathan Hirschi, Tristan Gommendy
#92 Porsche GT Team Porsche 911 RSR: Michael Christensen, Kevin Estre, Laurens Vanthoor
#91 Porsche GT Team Porsche 911 RSR: Richard Lietz, Gianmaria Bruni, Frederic Makowiecki
#68 Ford Chip Ganassi Racing Ford GT: Joey Hand, Dirk Müller, Sébastien Bourdais
#77 Proton Competition Porsche 911 RSR: Christian Ried, Julien Andlauer, Matt Campbell
#54 Spirit of Race Ferrari 488 GTE: Thomas Flohr, Francesco Castellacci, Giancarlo Fisichella, #44 Eurasia Motorsport Ligier JSP217 Gibson: Andrea Bertolini, Nic Jönsson, Tracy Krohn
#66 Ford Chip Ganassi Racing Ford GT: Stefan Mücke, Olivier Pla, Billy Johnson
#7 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050: Mike Conway, Kamui Kobayashi, Jose Maria Lopez
#52 AF Corse Ferrari 488 GTE EVO: Toni Vilander, Antonio Giovinazzi, Pipo Derani
#81 BMW Team MTEK BMW M8 GTE: Martin Tomczyk, Nicky Catsburg, Philipp Eng
#8 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050: Sébastien Buemi, Kazuki Nakajima, Fernando Alonso
Le coucher du soleil
#7 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050: Mike Conway, Kamui Kobayashi, Jose Maria Lopez, #8 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050: Sébastien Buemi, Kazuki Nakajima, Fernando Alonso
#8 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050: Sébastien Buemi, Kazuki Nakajima, Fernando Alonso
Un commissaire agite le drapeau jaune

B.D., Le Mans - Il y aura bien eu quelques frayeurs, il y aura bien les commentaires sur un plateau dépourvu de concurrence dotée de machines hybrides, mais rien ni personne ne changera l'histoire. La grande Histoire, celle dans laquelle entre enfin Toyota aux 24 Heures du Mans, en intégrant le cercle des vainqueurs. La vingtième tentative aura été la bonne pour voir le constructeur japonais triompher enfin dans la Sarthe.

La pression était grande sur le clan nippon, qui n'avait absolument rien laissé au hasard pour préparer son double tour d'horloge, peaufinant les moindres détails pour éviter toute déconvenue sur le plan de la fiabilité. Mais Le Mans restant Le Mans, impossible d'aborder telle épreuve avec une sérénité absolue, qui plus est avec quelques souvenirs douloureux en tête… D'ailleurs, à 1h30 de l'arrivée, l'image de la TS050 Hybrid #7 au ralenti dans les Hunaudières n'a pas manqué de faire sursauter, jusqu'à ce que l'on apprenne que Kamui Kobayashi avait tout simplement oublié de rentrer au stand pour ravitailler un peu plus tôt, le contraignant à boucler un tour au petit trot.

La Toyota #8 impeccable, la #7 trop brouillonne

Cet épisode est celui qui a définitivement mis un terme au combat fratricide entre les deux prototypes hybrides, séparés d'un tour après avoir lutté l'un contre l'autre notamment durant la nuit. La nuit mancelle, c'est elle qui a fait la décision entre les deux équipages, non pas par élimination, mais en désignant vainqueur le trio auteur d'un sans-faute. Forcément scruté, Fernando Alonso a notamment bouclé un relais nocturne absolument impeccable. En fin de soirée, la Toyota #8 accusait pourtant plus d'une minute et trente secondes de retard sur la voiture sœur, mais le rythme effréné de l'Espagnol, devancé en la matière par Sébastien Buemi et bien aidé par le travail achevé par Kazuki Nakajima, a permis de combler l'écart.

Cet écart avait été provoqué samedi soir par une pénalité infligée aux trois hommes suite à un excès de vitesse dans une Slow Zone. Pénalité qui s'est répétée dans la matinée, mais sans incidence puisque la Toyota #7 a écopé de la même sanction.

Clairement, ce qui fait ce dimanche d'Alonso-Buemi-Nakajima un trio vainqueur, c'est le parcours efficace et sans erreur qui tranche avec l'évolution plus compliquée de leurs voisins de garage : José María López a notamment commis quelques impairs, se faisant quelques chaleurs avec notamment deux roues dans l'herbe au Tertre-Rouge et un tête-à-queue à la chicane Dunlop ; Mike Conway n'a pas démérité mais a dû batailler pour garder le rythme ; quant à Kamui Kobayashi, il a donc "oublié" cet arrêt au stand peu avant 14 heures. Le Mans ne pardonne pas les erreurs, ou si peu.  

Avec les moyens d'une équipe d'usine, avec un prototype diablement performant, Toyota se devait de vaincre ses deux derniers adversaires ce week-end : lui-même, et le Circuit de la Sarthe. L'image a si souvent été répétée, notamment dans la bouche du directeur technique Pascal Vasselon, mais elle était véritable. Désormais, la marque japonaise ne sera plus vue comme l'éternel "chat noir" du Mans, et son nom en rejoint d'autres si prestigieux au palmarès.

Dans une catégorie LMP1 qui a profondément changé suite aux départs successifs d'Audi et Porsche, il n'y a pas eu d'adversité, comme on le redoutait. Ainsi les équipes privées se devaient de rallier l'arrivée sans accumuler trop de problèmes, puis espérer. C'est la mission qu'a accompli le Rebellion Racing, positionnant ses deux R13 aux troisième et quatrième places. La troisième marche du podium est une belle récompense, surtout que tous les autres concurrents alignant des machines non hybrides sont partis à la faute, humainement ou mécaniquement.

Vergne et G-Drive écrasent tout

Cette hécatombe dans les rangs du LMP1 permet à la première LMP2 d'achever l'épreuve à la cinquième position. Et en matière de sans-faute, le G-Drive Racing a frappé très fort ! Dans une équipe dont on connaît la qualité, et qui a su exploiter à merveille les qualités de l'ORECA 07, Jean-Éric Vergne, Roman Rusinov et Andrea Pizzitola ont été brillants. Leaders dès la soirée de samedi, ils n'ont pas lâché les commandes et ont perpétuellement creusé leur avance pour filer vers une victoire ne souffrant d'aucune contestation.

Alors que le G-Drive est engagé en ELMS, il signe là sa deuxième victoire en WEC après avoir déjà décroché la timbale le mois dernier à Spa-Francorchamps, où l'équipe était invitée.

De véritable lutte il n'y a pas eu, même si l'Alpine #36 a réalisé une course très solide et qui comptera en termes d'attribution des points pour Nicolas Lapierre, Pierre Thiriet et André Negrao. L'équipe tricolore prend la sixième place du général, la deuxième de sa catégorie, devant une équipe elle aussi issue de l'ELMS et que l'on n'attendait pas forcément à pareille fête. Mais le Graff-SO24 a su mettre derrière lui ses difficultés de début d'année pour afficher une régularité parfaite, qui permet à Vincent Capillaire, Jonathan Hirschi et Tristan Gommendy de grimper sur la troisième marche du podium.

Impossible de ne pas mentionner la performance de l'équipe Panis Barthez Compétition qui, avec sa Ligier, a tenu une place dans le trio de tête pendant de très longues heures. Malheureusement, un problème d'embrayage est venu mettre fin aux beaux espoirs en tout début de matinée.

Porsche au sommet du GTE 

Cette édition 2018 était probablement celle des courses parfaites, puisque ce scénario a été constaté également du côté du GTE Pro. Après une bagarre de tous les instants lors des premiers relais, la Porsche #92 "cochon rose" a pris le dessus samedi soir en profitant de l'intervention de la voiture de sécurité. Dès lors, Michael Christensen, Kevin Estre et Laurens Vanthoor n'ont pas cédé un pouce de terrain ni commis le moindre impair.

Derrière eux, on a pourtant assisté à un duel épique, qui n'a d'ailleurs pas manqué d'échauffer les esprits lorsque Fréderic Makowiecki et Sébastien Bourdais se sont retrouvés roue contre roue pendant de nombreux tours. Les images étaient savoureuses, mais pas vraiment du goût du pilote Ford, également agacé par les conséquences de la BoP, sujet de discussion toujours aussi sensible dans cette catégorie… 

Porsche a finalement hérité du doublé grâce à la deuxième place de la #91 que Makowiecki partageait avec Richard Lietz et Gianmaria Bruni, la Ford GT #68 complétant donc le podium avec Bourdais et ses deux acolytes, Joey Hand et Dirk Müller.

Course parfaite enfin pour la Porsche 911 RSR du Demspey-Proton Competition partagée par Matthew Campbell, Christian Ried et Julien Andlauer, victorieuse en GTE Am devant la Ferrari #54 de Spirit of Race et celle de Keating Motorsports.

 24 Heures du Mans 2018

  # Cat. Équipe Trs Arrêts
1 8 LMP1 Toyota Gazoo Racing 388 37
2 7 LMP1 Toyota Gazoo Racing 386 38
3 3 LMP1 Rebellion Racing 376 39
4 1 LMP1 Rebellion Racing 375 42
5 26 LMP2 G-Drive Racing 369 36
6 36 LMP2 Signatech Alpine Matmut 367 37
7 39 LMP2 Graff-SO24 366 41
8 28 LMP2 TDS Racing 366 37
9 32 LMP2 United Autosports 365 36
10 37 LMP2 Jackie Chan DC Racing 361 39
11 31 LMP2 DragonSpeed 360 40
12 38 LMP2 Jackie Chan DC Racing 356 36
13 29 LMP2 Racing Team Nederland 356 35
14 33 LMP2 Jackie Chan DC Racing 355 36
15 23 LMP2 Panis Barthez Competition 352 35
16 35 LMP2 SMP Racing 345 35
17 92 GTE Pro Porsche GT Team 344 25
18 91 GTE Pro Porsche GT Team 343 24
19 68 GTE Pro Ford Chip Ganassi Team USA 343 24
20 67 GTE Pro Ford Chip Ganassi Team UK 343 26
21 63 GTE Pro Corvette Racing 342 25
22 47 LMP2 Cetilar Villorba Corse 342 38
23 52 GTE Pro AF Corse 341 27
24 66 GTE Pro Ford Chip Ganassi Team UK 340 25
25 51 GTE Pro AF Corse 339 26
26 95 GTE Pro Aston Martin Racing 339 24
27 71 GTE Pro AF Corse 338 26
28 77 GTE Am Dempsey - Proton Racing 335 24
29 54 GTE Am Spirit of Race 335 24
30 93 GTEPro Porsche GT Team 334 25
31 85 GTE Am Keating Motorsports 334 25
32 99 GTE Am Proton Competition 334 25
33 84 GTE Am JMW Motorsport 332 23
34 80 GTE Am Ebimotors 332 25
35 50 LMP2 Larbre Competition 332 34
36 81 GTE Pro BMW Team MTEK 332 28
37 56 GTE Am Team Project 1 332 25
38 61 GTE Am Clearwater Racing 332 24
39 97 GTE Pro Aston Martin Racing 327 24
40 70 GTE Am MR Racing 324 24
41 69 GTE Pro Ford Chip Ganassi Team USA 311 23
42 5 LMP1 CEFC TRSM Racing 289 34
43 86 GTE Am Gulf Racing 283 26
44 44 LMP2 Eurasia Motorsport 334 36
  11 LMP1 SMP Racing 315 31
  48 LMP2 Idec Sport 312 35
  90 GTE Am TF Sport 304 22
  22 LMP2 United Autosports 288 28
  64 GTE Pro Corvette Racing 259 21
  10 LMP1 DragonSpeed 244 26
  25 LMP2 Algarve Pro Racing 237 25
  88 GTE Am Dempsey - Proton Racing 225 17
  82 GTE Pro BMW Team MTEK 223 17
  40 LMP2 G-Drive Racing 197 20
  34 LMP2 Jackie Chan DC Racing 195 20
  6 LMP1 CEFC TRSM Racing 137 15
  17 LMP1 SMP Racing 123 11
  94 GTE Pro Porsche GT Team 92 8
  98 GTE Am Aston Martin Racing 92 7
  4 LMP1 Bykolles Racing Team 65 6
partages
commentaires
24 Heures du Mans : le point à 9h

Article précédent

24 Heures du Mans : le point à 9h

Article suivant

Le "soulagement" de Toyota avec un Alonso "exceptionnel"

Le "soulagement" de Toyota avec un Alonso "exceptionnel"
Charger les commentaires
Gagner et perdre Le Mans le même jour, ce "sentiment étrange" Prime

Gagner et perdre Le Mans le même jour, ce "sentiment étrange"

WRT se bat aux avant-postes du GT depuis des années et a réussi avec brio son passage en prototype, avec à la clé une victoire aux 24 Heures du Mans en LMP2. L'issue aurait même pu être plus heureuse si la course avait été un tour plus courte...

Panoz et Brabham : l'histoire d'un drôle de choix Prime

Panoz et Brabham : l'histoire d'un drôle de choix

En 1997 le programme Panoz GT n'apparaissait pas comme un choix attrayant pour un ex-pilote de Formule 1, McLaren constituant un bien meilleur pari. Mais contre toute attente, David Brabham fit le choix de la marque américaine pour former un duo gagnant pendant plusieurs années.

GT
25 sept. 2021
Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ? Prime

Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ?

L'ère de l'Hypercar s'est ouverte aux 24 Heures du Mans par la victoire de Toyota. Désormais, la concurrence est attendue et beaucoup de regards sont tournés vers Peugeot, dont l'arrivée est programmée pour 2022. Nous avons rencontré Jean-Marc Finot, directeur de Stellantis Motorsport, pour faire un point complet.

WEC
29 août 2021
Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans Prime

Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans

C'est l'une des plus grandes histoires de la Sarthe. Paul Newman, deuxième des 24 Heures du Mans 1979, aurait pu facilement remporter la célèbre épreuve sans l'ingéniosité du regretté Manfred Kremer.

24 Heures du Mans
20 août 2021
WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités ! Prime

WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités !

La convergence permettant aux machines Le Mans Hypercar de courir en IMSA face aux LMDh à partir de 2023 pourrait offrir des options attrayantes non seulement aux constructeurs, mais aussi pour le calendrier et le format des courses.

WEC
20 juil. 2021
Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre ! Prime

Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre !

Se pencher sur quinze années d'histoire commune, avec autant de réussite que celle rencontrée par Ferrari et AF Corse en GT, n'est pas une mince affaire. Aussi fallait-il s'attarder sur un juge de paix : les 24 Heures du Mans.

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans Prime

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans

L'excitation autour de l'afflux de constructeurs aux 24 Heures du Mans pour 2023 est compréhensible. Mais lorsqu'ils seront confrontés l'un à l'autre, le LMH et le LMDh vivront-ils une cohabitation éphémère ?

24 Heures du Mans
22 avr. 2021
Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960" Prime

Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960"

Son approche passionnée de la course, son projet Hypercar avec le rêve de gagner un jour les 24 Heures du Mans, son modèle visant à vendre des voitures pour pouvoir courir : l'étonnant Jim Glickenhaus a répondu à nos questions.

24 Heures du Mans
22 mars 2021