Au moindre pépin, la Toyota #8 assurera le titre mondial

Largement favorite pour remporter le Championnat du monde d'Endurance, la Toyota #8 ne prendra pas de risques inconsidérés dans la course à la victoire des 24 Heures du Mans.

Au moindre pépin, la Toyota #8 assurera le titre mondial
Charger le lecteur audio

B.V., Le Mans - Trente points. C'est l'écart qui sépare la Toyota #8, leader du FIA WEC, de la #7, qui a grappillé une unité avec la pole position des 24 Heures du Mans. Pas moins de 38 points sont en jeu lors du double tour d'horloge sarthois, et l'équipage Alonso-Buemi-Nakajima se doit donc de finir la course dans le top 7 pour être sacré en cas de succès de la voiture sœur.

Lire aussi :

La victoire aux 24 Heures du Mans représenterait habituellement l'objectif absolu de tous les engagés pour cette course légendaire, mais son nouveau statut de Super Finale implique d'autres facteurs à prendre en compte, comme l'expliquait Sébastien Buemi après la première séance qualificative.

"Cette année, on est dans une situation un peu ambiguë", confiait Buemi. "D'habitude, Le Mans, c'est au début du championnat. C'est la course à gagner. Tu pars, c'est à fond. Si tu gagnes la course, de toute façon, tu as un tel avantage au championnat – un peu moins cette année, parce que les points ne comptent pas double [mais sont multipliés par 1,5, ndlr] – que le championnat est plus ou moins plié."

"Là, c'est très différent : la course est la dernière, on a une grosse avance au championnat, donc en l'occurrence, on peut se permettre de terminer septième et que la #7 fasse la pole et gagne la course. Puis d'un autre côté, tu veux la gagner. Mais tu te dis que le championnat est aussi important. Si tu tentes tout pour gagner la course, tu peux tout perdre : la course et le championnat."

"Ce qu'on va faire, c'est qu'on part avec l'envie de gagner la course. Si par exemple au bout de trois heures on a un petit problème pour X ou Y raison, comme une crevaison, on va se concentrer sur le fait de terminer la course dans le top 7." Cette approche est d'autant plus cruciale que le top 6 se tenait dans un mouchoir de poche en qualifications, à savoir 1,3 seconde.

#8 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050: Sébastien Buemi, Kazuki Nakajima, Fernando Alonso

Ce sera la huitième participation de Buemi en Sarthe, lui qui est monté sur le podium en 2013 et en 2014 avant de s'imposer en 2018, toujours avec Toyota. Le Suisse commence donc à jouir d'une certaine expérience de la classique mancelle mais aussi d'une gestion compliquée de sa propre énergie le jour de la course, avec un warm-up dès 9h le samedi mais une épreuve qui ne s'achève que 30 heures plus tard le dimanche.

"Quand tu es dans la voiture, tu es très concentré, donc automatiquement, ça consomme de l'énergie", explique Buemi. "Et quand tu es dehors, tu as tellement peur qu'il arrive quelque chose que ça te bouffe une énergie incroyable. En fait, que tu sois dans la voiture ou en dehors, tu consommes de l'énergie."

Lire aussi :

"Je dirais même qu'objectivement, dans la voiture tu consommes moins qu'en dehors, à la fin de la course. Parce que si tu es devant, les deux dernières heures, tu sais que tu ne roules plus, c'est la croix et la bannière ! Tu essaies de ne pas regarder la télé, mais tu y vas toutes les 30 secondes. Le temps ne passe pas, les minutes ne descendent pas. Bref, c'est terrible."

Sébastien Buemi, Toyota Gazoo Racing

Le risque de pluie est quasi nul pour cette 87e édition des 24 Heures du Mans, et ce n'est pas pour déplaire à Buemi, bien qu'il apprécie ces conditions tant qu'elles sont modérées.

"Le problème, c'est que ce n'est jamais mouillé comme c'est bien", regrette le pilote Toyota. "Il ne faut pas oublier un truc : les routes des Hunaudières, c'est du goudron qui est fait pour tenir le choc. Il y a très peu d'absorption, parce que quand tu absorbes et que ça gèle, ça casse le goudron. C'est du goudron très lisse, donc l'eau ne rentre pas dans le goudron, ce qui fait qu'elle reste sur la piste. Tu te retrouves à avoir énormément de projections d'eau et tu ne vois plus rien, voire de l'aquaplaning. Ça devient très dangereux."

Lire aussi :

"Par conséquent, ce n'est pas très sympa de jouer une année de travail sur une sorte de patinoire. Tu ne peux pas te permettre de rouler à 120 km/h parce que tu n'y vois pas. Donc tu roules à fond et tu espères qu'il n'y a pas un mec qui est arrêté devant. Par contre, quand c'est juste un peu humide, que tu y vois et que la piste est mouillée, ça, c'est super à rouler."

Buemi a par ailleurs confirmé, comme c'est généralement le cas pour l'équipage de la Toyota #8, qu'il allait prendre le départ, avant de passer le relais à Fernando Alonso et Kazuki Nakajima ; les trois hommes se succéderont au volant de la TS050 Hybrid avant que Nakajima ne franchisse la ligne d'arrivée... si tout se passe comme prévu.

#8 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050: Sébastien Buemi, Kazuki Nakajima, Fernando Alonso

partages
commentaires
Thomas Laurent rejoint le projet Alpine en Endurance
Article précédent

Thomas Laurent rejoint le projet Alpine en Endurance

Article suivant

Toyota confirme l'engagement d'une hypercar

Toyota confirme l'engagement d'une hypercar
Charger les commentaires
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Gagner et perdre Le Mans le même jour, ce "sentiment étrange" Prime

Gagner et perdre Le Mans le même jour, ce "sentiment étrange"

WRT se bat aux avant-postes du GT depuis des années et a réussi avec brio son passage en prototype, avec à la clé une victoire aux 24 Heures du Mans en LMP2. L'issue aurait même pu être plus heureuse si la course avait été un tour plus courte...

24 Heures du Mans
17 oct. 2021
Panoz et Brabham : l'histoire d'un drôle de choix Prime

Panoz et Brabham : l'histoire d'un drôle de choix

En 1997 le programme Panoz GT n'apparaissait pas comme un choix attrayant pour un ex-pilote de Formule 1, McLaren constituant un bien meilleur pari. Mais contre toute attente, David Brabham fit le choix de la marque américaine pour former un duo gagnant pendant plusieurs années.

GT
25 sept. 2021
Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ? Prime

Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ?

L'ère de l'Hypercar s'est ouverte aux 24 Heures du Mans par la victoire de Toyota. Désormais, la concurrence est attendue et beaucoup de regards sont tournés vers Peugeot, dont l'arrivée est programmée pour 2022. Nous avons rencontré Jean-Marc Finot, directeur de Stellantis Motorsport, pour faire un point complet.

WEC
29 août 2021
Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans Prime

Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans

C'est l'une des plus grandes histoires de la Sarthe. Paul Newman, deuxième des 24 Heures du Mans 1979, aurait pu facilement remporter la célèbre épreuve sans l'ingéniosité du regretté Manfred Kremer.

24 Heures du Mans
20 août 2021
WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités ! Prime

WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités !

La convergence permettant aux machines Le Mans Hypercar de courir en IMSA face aux LMDh à partir de 2023 pourrait offrir des options attrayantes non seulement aux constructeurs, mais aussi pour le calendrier et le format des courses.

WEC
20 juil. 2021
Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre ! Prime

Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre !

Se pencher sur quinze années d'histoire commune, avec autant de réussite que celle rencontrée par Ferrari et AF Corse en GT, n'est pas une mince affaire. Aussi fallait-il s'attarder sur un juge de paix : les 24 Heures du Mans.

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans Prime

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans

L'excitation autour de l'afflux de constructeurs aux 24 Heures du Mans pour 2023 est compréhensible. Mais lorsqu'ils seront confrontés l'un à l'autre, le LMH et le LMDh vivront-ils une cohabitation éphémère ?

24 Heures du Mans
22 avr. 2021