24 Heures du Mans 24 Heures du Mans

Toyota déçu mais patient : "On ne peut pas lire la hiérarchie"

En dépit d'une absence remarquée en Hyperpole, Toyota reste concentré sur la course au Mans, seul moment où il sera possible d'enfin mieux identifier les forces en présence.

#7 Toyota Gazoo Racing Toyota GR010 - Hybrid: Jose Maria Lopez, Kamui Kobayashi, Nyck De Vries

Photo de: Marc Fleury

Les premiers essais des 24 Heures du Mans ont mis Toyota dans une situation paradoxale. Le constructeur japonais n'aura aucun représentant en Hyperpole, ce qui constitue "forcément une déception", mais a pu travailler avec méticulosité sur les longs relais. La course demeure l'unique idée fixe qui occupe les esprits des ingénieurs, afin de faire face à la concurrence qui s'annonce.

"Le bilan est positif sur la journée d'hier dans le sens où on a pu travailler pendant les séances d'essais libres", souligne auprès de Motorsport.com le directeur technique David Floury. "On a continué à se préparer pour la course, dans différentes situations. On a pu rouler de nuit hier soir, ajuster les réglages des phares, permettre à tous nos pilotes de se qualifier de nuit et de prendre de l'expérience de nuit sur le circuit. Ça nous a permis également de comprendre le fonctionnement de la voiture dans ces conditions un peu plus fraîches et un peu plus humides."

"Après, forcément, la première séance de qualifications n'est pas satisfaisante. Clairement, ce n'est pas ce qu'on visait. Le format de la séance de qualifications est compliqué dans la mesure où ce qui ressort, ce n'est pas forcément la performance pure mais c'est beaucoup aussi la dimension de chance qui est très importante, parce qu'il est très difficile d'avoir des tours clairs. Et avec la position dans laquelle on est dans les stands, c'est encore plus difficile, parce qu'on ne peut pas être les premiers à la sortie des stands, c'est impossible. Donc on est obligés de se décaler, et généralement en se décalant on a déjà du trafic dans le premier run."

La vraie photo en termes de performance, on la verra seulement en course.

Le format sur une heure évoqué par David Floury ne permet d'ailleurs pas selon lui d'avoir une lecture plus nette de la hiérarchie par rapport à la Journée Test. Le Français en a acquis la conviction, il faudra patienter jusqu'à la course pour enfin y voir beaucoup plus clair.

"On ne peut pas lire la hiérarchie", assure-t-il. "De surcroît, au Mans la position sur la grille de départ n'est pas aussi importante que sur des courses de six heures. Je ne suis pas certain que l'on ait vu le potentiel de toutes les voitures. Quand on voit que certains sont capables d'améliorer leur chrono de plus de 3 secondes en rythme de course entre la Journée Test et les EL1, ça montre clairement que tout le monde ne roule pas à son niveau de performance optimal tout le temps. La vraie photo en termes de performance, on la verra seulement en course."

"Je m'attendais potentiellement à ce que Porsche soit plus fort en qualifs. Après, la qualif est un exercice particulier. On a vu qu'en rythme de course ils sont clairement là. Je pense qu'il ne faut clairement pas les enterrer. Ils seront là, Ferrari sera là, Cadillac sera là, BMW sera là, et je pense qu'Alpine sera fort aussi. Ça va être une grosse bagarre."

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent EL3 - Avant l'Hyperpole, cinq marques en une demi-seconde !
Article suivant Bourdais prudent au Mans : "C'est un piège constant"

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France