Réactions
24 Heures du Mans 24 Heures du Mans

Toyota : "L'écart de rythme n'était que de deux tours" avec Glickenhaus

Pascal Vasselon est revenu sur l'écart constaté entre Toyota et Glickenhaus tout au long des 24 Heures du Mans et insiste sur la pression qui a été mise sur le constructeur japonais avant sa victoire.

Les vainqueurs #8 Toyota Gazoo Racing Toyota GR010 Hybrid - Sebastien Buemi, Brendon Hartley, Ryo Hirakawa

B.D., Le Mans - S'il répète que "c'est à chaque fois très dur", Pascal Vasselon ne boude évidemment pas son plaisir à l'issue de la 90e édition des 24 Heures du Mans, remportée pour la cinquième fois consécutive par Toyota. Une victoire qui "va compter parmi les grandes réussites, même si la copie n'est pas parfaite". Le directeur technique de la marque japonaise fait évidemment allusion au problème technique qui a touché la #7 en début de matinée et a définitivement donné l'avantage à la #8. "On a eu un petit souci, mais aucune voiture n'est rentrée dans le garage, ce qui est quand même bien, et la voiture 8 a fait la course quasi parfaite."

Les deux Toyota ont assez rapidement donné le sentiment qu'elles s'échapperaient irrémédiablement, ce qui s'est confirmé au classement final avec une Glickenhaus finalement troisième à cinq tours des vainqueurs. Un écart que relativise immédiatement Pascal Vasselon : "En fait, l'analyse n'est pas compliquée. Glickenhaus a été un peu en retrait de nuit, mais leurs temps étaient exactement dans notre rythme. Il y avait trois voitures en trois dixièmes, les trois en 3'27"7, donc en potentiel direct ils étaient au même niveau. Ils ont manqué de régularité dans certaines conditions."  

"Pour nous, la course n'est jamais ennuyeuse, on est toujours inquiets, on a toujours l'impression de ne pas avoir de marge, mais oui, c'est vrai qu'on n'a pas fait beaucoup d'erreurs. On a été assez constants. Notre force, par rapport à Glickenhaus, est de s'adapter assez vite à chaque condition, mais ils ont le potentiel. Compte tenu de la jeunesse de leur voiture, de leur organisation, c'est remarquable. La voiture 709 a eu je crois deux arrêts qui lui ont fait perdre un tour donc l'écart n'est pas de quatre ou cinq tours, il est de deux tours. Dans les cinq tours que la voiture 8 a pris à la 709, il y en a un sur la fin où Glickenhaus a vraiment arrêté de rouler, sans doute pour assurer le podium, et il y a eu deux tours perdus par des incidents. Donc en fait notre écart de rythme n'était que de deux tours, ce qui sur une course n'est pas énorme."

La différence entre le trio Buemi-Hartley-Hirakawa et celui formé par Conway-Kobayashi-Lopez s'est donc faite sur un petit coup du sort, sans quoi la tension aurait pu perdurer un certain temps, tant les deux GR010 Hybrid étaient très proches jusqu'à la fin de la nuit. "Il n'y avait pas de stratégie", assure Pascal Vasselon. "Nos deux voitures sont libres de montrer leurs performances. Après, on analyse complètement cette performance et on fait passer devant celle qui va le plus vite à un moment donné, mais ils sont absolument libres de montrer leur performance, et c'était assez impressionnant."

En dépit des 380 tours couverts dans cette course sans incident réellement majeur, Toyota n'a jamais envisagé de viser le record de la distance, fixé à 397 tours en 2010 par Audi. "Impossible", tranche Pascal Vasselon. "On ne le regarde même pas parce que maintenant avec les Slow Zones c'est impossible. Maintenant qu'il y a ce système, qui est extrêmement vertueux, la direction de course l'utilise beaucoup et il n'est plus possible de battre ce record."

Place désormais à une belle fête chez Toyota, avant d'accueillir dès le mois prochain Peugeot en WEC pour préparer l'arrivée d'une concurrence qui ne cessera de s'accroitre en 2023 et 2024. "C'est clair qu'on souhaite avoir de la compétition, bien sûr", conclut Pascal Vasselon. "Tous les compromis que nous avons acceptés ont pour but d'avoir des concurrents."

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Toyota survole les 24H du Mans et marque un peu plus l'Histoire
Article suivant Buemi : "Les risques étaient bien trop élevés" face à la Toyota #7

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France