Toyota en pole : "On a clairement battu nos simulations"

Si la pole constituait un objectif évident pour Toyota aux 24 Heures du Mans, le chrono réalisé par Kamui Kobayashi a "épaté" dans les rangs du constructeur japonais.

Toyota en pole : "On a clairement battu nos simulations"

B.D., Le Mans - S'il y a bien eu quelques petits accrocs ce jeudi, avec notamment la sortie de piste de Kazuki Nakajima lors de la troisième séance d'essais libres, Toyota a tout de même rempli sa première part du contrat. Le constructeur japonais tenait absolument à placer sa nouvelle Hypercar en pole position pour sa première apparition aux 24 Heures du Mans, mission qui a été confiée à Kamui Kobayashi et Brendon Hartley à l'instant décisif de l'Hyperpole. 

Spécialiste en la matière, le pilote japonais a fait parler la poudre comme il l'avait déjà fait à trois reprises par le passé, à chaque fois sous les couleurs de Toyota. Comme en 2017, 2019 et 2020, il a donc offert cette belle performance à son équipe qui, bien que consciente de l'importance toute relative d'une pole position en Endurance, en avait fait un objectif et un véritable point d'honneur. 

"C’est un gros effort de toute l’équipe, d’être les plus rapides sur la piste et d’avoir une voiture forte en course", a souligné Kamui Kobayashi. "Jusqu’ici, j’estime que nous avons fait du très bon travail. Maintenant, il reste une course de 24 heures ! Franchement, être le plus rapide sur un tour, c’est toujours un sentiment très fort. On a fait des essais depuis cet hiver, bien sûr, on a vu la voiture évoluer, progresser. Nous sommes arrivés ici bien préparés. On pensait être plus lents et je suis très content de ce chrono très rapide."

Les deux GR010 Hybrid s'élanceront donc en première ligne samedi à 16 heures. En revanche, ce qui a surpris, c'est le chrono établi sur la piste mancelle, certes décrite par tous les pilotes comme offrant un excellent grip depuis le début de la semaine. Si le temps cible du LMH était de 3'30 en course lors de l'écriture de la nouvelle réglementation, on s'en est énormément éloigné en qualifications avec l'incroyable 3'23"900 signé par Kobayashi. Même Pascal Vasselon n'en est pas revenu. "On a clairement battu nos simulations", a confié le directeur technique de Toyota. "On n'aurait jamais pensé être en 3'23"9. On a été épatés."

Simplement heureux, Kamui Kobayashi à tenu à remercier "l'équipe en premier lieu", rappelant qu'il était "facile de commettre une erreur" à tout moment pour les pilotes dans ces tours d'attaque maximale. "Les nombreuses séances d'essais libres m'ont permis d'avoir confiance en la voiture", a-t-il ajouté. "La voiture se comportait super bien. Maintenant, place à la course." Le poleman a même plaisanté pour conclure : "Je crois que nous devons encore changer de catégorie, ou changer le règlement, car nous n’étions pas censés aller aussi vite !".

Une manière, peut-être, de mettre de côté les vieux démons. Car le plus dur commence avec la préparation de la course. Cette dernière, tout au long des dernières années, n'a jamais vraiment épargné le trio de la Toyota #7, plusieurs fois frappée par un manque de réussite, pour ne pas dire par une certaine malchance. Kobayashi est désormais quatre fois poleman au Mans, mais avec ses coéquipiers José María López et Mike Conway, il court après un premier succès dans la Sarthe. Est-ce pour 2021 ? 

Lire aussi :

partages
commentaires
Kobayashi dans son jardin, Toyota en pole position au Mans !

Article précédent

Kobayashi dans son jardin, Toyota en pole position au Mans !

Article suivant

EL4 - Toyota boucle les ultimes réglages en tête

EL4 - Toyota boucle les ultimes réglages en tête
Charger les commentaires
Gagner et perdre Le Mans le même jour, ce "sentiment étrange" Prime

Gagner et perdre Le Mans le même jour, ce "sentiment étrange"

WRT se bat aux avant-postes du GT depuis des années et a réussi avec brio son passage en prototype, avec à la clé une victoire aux 24 Heures du Mans en LMP2. L'issue aurait même pu être plus heureuse si la course avait été un tour plus courte...

24 Heures du Mans
17 oct. 2021
Panoz et Brabham : l'histoire d'un drôle de choix Prime

Panoz et Brabham : l'histoire d'un drôle de choix

En 1997 le programme Panoz GT n'apparaissait pas comme un choix attrayant pour un ex-pilote de Formule 1, McLaren constituant un bien meilleur pari. Mais contre toute attente, David Brabham fit le choix de la marque américaine pour former un duo gagnant pendant plusieurs années.

GT
25 sept. 2021
Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ? Prime

Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ?

L'ère de l'Hypercar s'est ouverte aux 24 Heures du Mans par la victoire de Toyota. Désormais, la concurrence est attendue et beaucoup de regards sont tournés vers Peugeot, dont l'arrivée est programmée pour 2022. Nous avons rencontré Jean-Marc Finot, directeur de Stellantis Motorsport, pour faire un point complet.

WEC
29 août 2021
Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans Prime

Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans

C'est l'une des plus grandes histoires de la Sarthe. Paul Newman, deuxième des 24 Heures du Mans 1979, aurait pu facilement remporter la célèbre épreuve sans l'ingéniosité du regretté Manfred Kremer.

24 Heures du Mans
20 août 2021
WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités ! Prime

WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités !

La convergence permettant aux machines Le Mans Hypercar de courir en IMSA face aux LMDh à partir de 2023 pourrait offrir des options attrayantes non seulement aux constructeurs, mais aussi pour le calendrier et le format des courses.

WEC
20 juil. 2021
Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre ! Prime

Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre !

Se pencher sur quinze années d'histoire commune, avec autant de réussite que celle rencontrée par Ferrari et AF Corse en GT, n'est pas une mince affaire. Aussi fallait-il s'attarder sur un juge de paix : les 24 Heures du Mans.

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans Prime

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans

L'excitation autour de l'afflux de constructeurs aux 24 Heures du Mans pour 2023 est compréhensible. Mais lorsqu'ils seront confrontés l'un à l'autre, le LMH et le LMDh vivront-ils une cohabitation éphémère ?

24 Heures du Mans
22 avr. 2021
Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960" Prime

Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960"

Son approche passionnée de la course, son projet Hypercar avec le rêve de gagner un jour les 24 Heures du Mans, son modèle visant à vendre des voitures pour pouvoir courir : l'étonnant Jim Glickenhaus a répondu à nos questions.

24 Heures du Mans
22 mars 2021