Trafic, pluie, réglages, fiabilité : Toyota doit gérer les risques

Toyota peut aborder les 24 Heures du Mans avec une certaine sérénité mais pas sans humilité. Car Pascal Vasselon le rappelle, "beaucoup de choses peuvent mal se passer pendant une course de 24 heures".

Trafic, pluie, réglages, fiabilité : Toyota doit gérer les risques

Même si les pilotes s'attendent à un cru des 24 Heures du Mans "plus dur que l'an dernier", Toyota débarque évidemment dans la Sarthe avec l'étiquette de grandissime favori. Le constructeur japonais le sait : s'il fait tout à la perfection ce week-end, une troisième victoire consécutive lui tend les bras. Néanmoins, l'Histoire mancelle tout comme celle de la marque sur cette épreuve oblige à l'humilité. Au Mans, rien ne se passe jamais vraiment comme prévu, et si la TS050 Hybrid est une voiture éprouvée autant que performante, il conviendra de gérer les risques. Et Pascal Vasselon ne le cache pas, "il y en a un grand nombre".

Lire aussi :

"On sait que beaucoup de situations peuvent devenir hors de contrôle", prévient le directeur technique de l'équipe nippone, qui ne manque pas de les énumérer. "On ne peut jamais exclure que l'on ne trouve pas le bon set-up, mais ce risque-là n'est quand même pas très fort. Le risque concernant le trafic est énorme. S'il pleut – et il est prévu qu'il pleuve pendant la nuit – Le Mans sous la pluie… Chapeau aux pilotes, c'est un exercice extrêmement difficile et périlleux, donc là, le risque va d'un coup augmenter très fortement. Et puis il y a toujours le risque d'une combinaison de circonstances qui nous fait utiliser la voiture dans une configuration dans laquelle elle n'est pas prévue."

"On peut avoir des problèmes, non pas de fiabilité parce que l'on n'en a plus sur cette voiture, mais des problèmes de qualité, c'est-à-dire un des éléments d'une voiture qui n'est pas au niveau attendu. Il peut se passer énormément de choses. On sait malheureusement, par expérience, que beaucoup de choses peuvent mal se passer pendant une course de 24 heures."

Avec le sérieux évident d'une équipe d'usine, Toyota va donc tenter de dérouler son programme sans heurt à partir de ce jeudi, sachant que les heures de piste seront nombreuses et vont s'enchaîner rapidement compte tenu du format condensé de cette édition particulière. Le premier verdict sera celui du chronomètre, avec beaucoup d'incertitude tant que le niveau de performance de la piste n'a pas été découvert, qui plus est en l'absence de Journée Test.

"Au Mans, l'état de la piste est totalement déterminant sur les niveaux de chronos que l'on peut faire", insiste Pascal Vasselon. "On a vu sur des journées d'essais au Mans que l'on était trois secondes plus lent que ce que l'on attendait parce qu'il y avait eu un événement dans les jours précédents. Donc je ne m'engagerai certainement pas sur un niveau de chronomètre. Théoriquement, il n'y a pas de raisons que l'on ne fasse pas les chronos des années précédentes, au poids près, mais on devrait être dans la même zone que les années précédentes, sauf si le niveau d'adhérence de la piste a été dégradé pour une raison ou une autre. En principe, on devrait reproduire les chronos des années précédentes."

Un dernier chrono avant les adieux ?

L'équipe Toyota Gazoo Racing avec la TS050 Hybrid et ses trophées

Bien que ce ne soit pas un objectif affiché, faire les adieux au LMP1 en améliorant le record de la piste signé par Kazuki Nakajima en 3'14"791 constituerait un joli symbole.

"Nous ne savons pas à quel point la piste sera rapide", confirme Sébastien Buemi. "Par exemple, en 2019, elle était finalement pas mal plus lente qu'en 2018. Pourquoi ? Je ne sais pas. Et le vent peut jouer un grand rôle, car comme on le voit, il y a de longues lignes droites. De plus, nous sommes sept kilos plus lourds que l'an dernier. En toute honnêteté, c'est très difficile à juger. Je devrais dire que sur le papier, nous devrions être capables de reproduire 3'14 ou 3'15, mais si la piste est meilleure, nous pouvons potentiellement améliorer un peu le record de la piste. Si la piste est pire, nous serons potentiellement un peu plus lents. La piste est très longue, donc si elle est un peu meilleure, on peut faire une grande différence, et si elle est un peu plus lente, on peut aussi perdre beaucoup."

L'édition 2020 va se lancer, et marquer la dernière apparition dans la Sarthe du prototype LMP1 hybride de Toyota. Une page d'Histoire s'apprête à se refermer avant de se tourner définitivement vers l'Hypercar, avec des performances qui seront plus modestes.

"On a tous adoré cette génération de LMP1 qui restera, maintenant c'est quasiment sûr, dans les annales pour longtemps comme étant la formule la plus rapide au Mans", conclut Pascal Vasselon. "Clairement, on aura un petit regret. Mais la vie n'est pas faite de regrets et il nous faut voir ce que la nouvelle série va nous amener en termes de nouveaux compétiteurs, de nouvelle formule de course. Il faut regarder vers l'avenir et pas seulement regretter le passé."

partages
commentaires
Voir l'arrivée serait une "première victoire" pour ByKolles

Article précédent

Voir l'arrivée serait une "première victoire" pour ByKolles

Article suivant

Guide des 24H du Mans 2020 : le programme et les engagés

Guide des 24H du Mans 2020 : le programme et les engagés
Charger les commentaires
Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ? Prime

Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ?

L'ère de l'Hypercar s'est ouverte aux 24 Heures du Mans par la victoire de Toyota. Désormais, la concurrence est attendue et beaucoup de regards sont tournés vers Peugeot, dont l'arrivée est programmée pour 2022. Nous avons rencontré Jean-Marc Finot, directeur de Stellantis Motorsport, pour faire un point complet.

WEC
29 août 2021
Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans Prime

Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans

C'est l'une des plus grandes histoires de la Sarthe. Paul Newman, deuxième des 24 Heures du Mans 1979, aurait pu facilement remporter la célèbre épreuve sans l'ingéniosité du regretté Manfred Kremer.

24 Heures du Mans
20 août 2021
WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités ! Prime

WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités !

La convergence permettant aux machines Le Mans Hypercar de courir en IMSA face aux LMDh à partir de 2023 pourrait offrir des options attrayantes non seulement aux constructeurs, mais aussi pour le calendrier et le format des courses.

WEC
20 juil. 2021
Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre ! Prime

Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre !

Se pencher sur quinze années d'histoire commune, avec autant de réussite que celle rencontrée par Ferrari et AF Corse en GT, n'est pas une mince affaire. Aussi fallait-il s'attarder sur un juge de paix : les 24 Heures du Mans.

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans Prime

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans

L'excitation autour de l'afflux de constructeurs aux 24 Heures du Mans pour 2023 est compréhensible. Mais lorsqu'ils seront confrontés l'un à l'autre, le LMH et le LMDh vivront-ils une cohabitation éphémère ?

24 Heures du Mans
22 avr. 2021
Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960" Prime

Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960"

Son approche passionnée de la course, son projet Hypercar avec le rêve de gagner un jour les 24 Heures du Mans, son modèle visant à vendre des voitures pour pouvoir courir : l'étonnant Jim Glickenhaus a répondu à nos questions.

24 Heures du Mans
22 mars 2021
Pourquoi Ferrari met fin à 50 ans d'absence au sommet de l'Endurance Prime

Pourquoi Ferrari met fin à 50 ans d'absence au sommet de l'Endurance

Revenant dans la catégorie reine de l'Endurance après 50 années d'absence, Ferrari va s'engager en catégorie "Le Mans Hypercar" en 2023. La marque italienne dément tout lien avec le plafond de dépenses de la F1, mais il ne s'agit assurément pas d'une coïncidence...

WEC
28 févr. 2021
Vergne : "Toujours se remettre en question, travailler sans relâche" Prime

Vergne : "Toujours se remettre en question, travailler sans relâche"

À 30 ans, Jean-Éric Vergne est à l'apogée de sa carrière. Le double champion de Formule E va partir en quête d'un troisième titre dans le championnat tout électrique et a été recruté par Peugeot Sport pour l'ère Hypercar à venir. Il s'est confié à Motorsport.com.

Formule E
11 févr. 2021