Toyota : "Vu le rythme, ce sont des concurrents sérieux"

La machine Toyota a déroulé son programme lors de la Journée Test, tout en surveillant de près une concurrence emmenée par Rebellion. "Ce qui est certain, c'est que nous ne pouvons pas nous reposer !" lance Pascal Vasselon.

Toyota : "Vu le rythme, ce sont des concurrents sérieux"
#8 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050: Sebastien Buemi, Kazuki Nakajima, Fernando Alonso, Jose Maria Lopez, Anthony Davidson
#1 Rebellion Racing Rebellion R-13: Andre Lotterer, Neel Jani, Bruno Senna
#8 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050: Sebastien Buemi, Kazuki Nakajima, Fernando Alonso, Jose Maria Lopez, Anthony Davidson
#7 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050: Mike Conway, Kamui Kobayashi, Jose Maria Lopez, Fernando Alonso, Anthony Davidson
#11 SMP Racing BR Engineering BR1: Mikhail Aleshin, Vitaly Petrov, Jenson Button
#8 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050: Sebastien Buemi, Kazuki Nakajima, Fernando Alonso, Jose Maria Lopez, Anthony Davidson
#8 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050: Sebastien Buemi, Kazuki Nakajima, Fernando Alonso, Jose Maria Lopez, Anthony Davidson
#8 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050: Sebastien Buemi, Kazuki Nakajima, Fernando Alonso, Jose Maria Lopez, Anthony Davidson
#8 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050: Sebastien Buemi
#3 Rebellion Racing Rebellion R-13: Mathias Beche, Gustavo Menezes, Thomas Laurent
#7 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050: Jose Maria Lopez
#7 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050: Mike Conway, Kamui Kobayashi, Jose Maria Lopez, Fernando Alonso, Anthony Davidson
#11 SMP Racing BR Engineering BR1: Jenson Button
#7 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050: Mike Conway, Kamui Kobayashi, Jose Maria Lopez, Fernando Alonso, Anthony Davidson

B.D., Le Mans - Toyota était arrivé au Mans avec l'ambition d'y dérouler une Journée Test sans accroc : mission accomplie. Les prototypes TS050 Hybrid ont enchaîné plus de 200 tours à eux deux pour obtenir toutes les informations précieuses en vue de la course. L'autre objectif était de permettre à Fernando Alonso de découvrir sereinement le Circuit de la Sarthe, ce que l'Espagnol a accompli en parcourant à lui seul 40 boucles et en s'offrant le meilleur chrono.

Un meilleur temps en 3'19"066 qui satisfait l'ensemble de l'équipe japonaise, puisqu'il va même légèrement au-delà des attentes initiales. Ainsi, Toyota semble avoir déjà la certitude de disposer aujourd'hui d'un meilleur rythme de course au Mans que l'an dernier.

"En termes de travail, tout a bien fonctionné : pas d'interruptions, pas de problèmes", résume le directeur technique Pascal Vasselon. "Nous avons fait beaucoup de tours, accumulé beaucoup de kilomètres avec les pneus. C'était une très bonne préparation pour la course. Les chronos étaient meilleurs que prévu. Comme l'année dernière, nous n'avons pas fait de runs de qualifications, nous avons fait de la préparation de course. En matière de rythme de course, nous sommes significativement plus rapides que l'année dernière." 

Les bons temps signés aujourd'hui proviennent sans doute également des excellentes conditions de piste que les pilotes ont fait remonter aux ingénieurs. L'incertitude réside en partie dans la manière dont évoluera la piste au cours des quinze jours à venir. Quant aux chronos, les prototypes nippons avaient la capacité évidente de les faire chuter davantage, mais il n'est pas question de travailler des runs de qualifications.

"En runs de qualifications, nous aurions fait 3'17 car nous sommes plus rapides que l'an dernier en rythme de course. Nous aurions fait 3'17 sur une Journée Test, car après le circuit évolue toujours jusqu'à la course", estime Pascal Vasselon.

Une EoT "assez juste" selon Buemi

Le rythme de Toyota étant ce qu'il est et sans surprise majeure, les réponses attendues se situaient surtout du côté de la concurrence difficile à cerner dans les rangs du LMP1 non hybride. Rebellion a surgi comme l'adversaire a priori le plus redoutable, avec un temps à seulement six dixièmes de celui d'Alonso.

"Vu le rythme d'aujourd'hui, ce sont des concurrents sérieux", admet Pascal Vasselon. "Ce que nous avons vu et qui nous intéresse, ce sont les progrès. Bien sûr, nos concurrents ne sont pas stabilisés, ils ont beaucoup de marge de développement et nous avons vu d'énormes progrès aujourd'hui. C'est le cas pour Rebellion mais aussi pour SMP. Ce qui est certain, c'est que nous ne pouvons pas nous reposer ! Nous attaquons tout le temps, et nous devrons trouver quelques dixièmes supplémentaires."

Un rythme pris au sérieux mais qui ne semble pas constituer de source d'inquiétude. Aux yeux de Sébastien Buemi, le chrono signé par Mathias Beche avec la R13 #3 n'est même "pas du tout" surprenant : "Par rapport à ce qu'ils faisaient à Spa, on savait qu'ils allaient être beaucoup plus proches ici, puisqu'on a beaucoup moins d'électrique par kilomètre."

Et le Suisse salue d'ailleurs le travail des organisateurs avec la gestion de l'EoT (équivalence de technologie), qui pourrait cependant être corrigée d'ici la semaine prochaine. "La FIA et l'ACO ont un bon règlement, il est assez juste", estime Buemi auprès de Motorsport.com. "Tout va dépendre de ce que l'ACO va décider, en mettant plus ou moins de puissance [pour les privés]. Disons qu'on s'attendait à des résultats comme ça."

partages
commentaires
Alonso : "Toujours différent quand on prend la piste"
Article précédent

Alonso : "Toujours différent quand on prend la piste"

Article suivant

Button a d'abord trouvé le circuit du Mans "déconcertant"

Button a d'abord trouvé le circuit du Mans "déconcertant"
Charger les commentaires
Gagner et perdre Le Mans le même jour, ce "sentiment étrange" Prime

Gagner et perdre Le Mans le même jour, ce "sentiment étrange"

WRT se bat aux avant-postes du GT depuis des années et a réussi avec brio son passage en prototype, avec à la clé une victoire aux 24 Heures du Mans en LMP2. L'issue aurait même pu être plus heureuse si la course avait été un tour plus courte...

24 Heures du Mans
17 oct. 2021
Panoz et Brabham : l'histoire d'un drôle de choix Prime

Panoz et Brabham : l'histoire d'un drôle de choix

En 1997 le programme Panoz GT n'apparaissait pas comme un choix attrayant pour un ex-pilote de Formule 1, McLaren constituant un bien meilleur pari. Mais contre toute attente, David Brabham fit le choix de la marque américaine pour former un duo gagnant pendant plusieurs années.

GT
25 sept. 2021
Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ? Prime

Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ?

L'ère de l'Hypercar s'est ouverte aux 24 Heures du Mans par la victoire de Toyota. Désormais, la concurrence est attendue et beaucoup de regards sont tournés vers Peugeot, dont l'arrivée est programmée pour 2022. Nous avons rencontré Jean-Marc Finot, directeur de Stellantis Motorsport, pour faire un point complet.

WEC
29 août 2021
Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans Prime

Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans

C'est l'une des plus grandes histoires de la Sarthe. Paul Newman, deuxième des 24 Heures du Mans 1979, aurait pu facilement remporter la célèbre épreuve sans l'ingéniosité du regretté Manfred Kremer.

24 Heures du Mans
20 août 2021
WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités ! Prime

WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités !

La convergence permettant aux machines Le Mans Hypercar de courir en IMSA face aux LMDh à partir de 2023 pourrait offrir des options attrayantes non seulement aux constructeurs, mais aussi pour le calendrier et le format des courses.

WEC
20 juil. 2021
Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre ! Prime

Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre !

Se pencher sur quinze années d'histoire commune, avec autant de réussite que celle rencontrée par Ferrari et AF Corse en GT, n'est pas une mince affaire. Aussi fallait-il s'attarder sur un juge de paix : les 24 Heures du Mans.

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans Prime

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans

L'excitation autour de l'afflux de constructeurs aux 24 Heures du Mans pour 2023 est compréhensible. Mais lorsqu'ils seront confrontés l'un à l'autre, le LMH et le LMDh vivront-ils une cohabitation éphémère ?

24 Heures du Mans
22 avr. 2021
Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960" Prime

Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960"

Son approche passionnée de la course, son projet Hypercar avec le rêve de gagner un jour les 24 Heures du Mans, son modèle visant à vendre des voitures pour pouvoir courir : l'étonnant Jim Glickenhaus a répondu à nos questions.

24 Heures du Mans
22 mars 2021