Toyota guette la solidité de Rebellion et la rapidité de SMP

Favori incontestable de l'édition à venir des 24 Heures du Mans, Toyota espère en apprendre un peu plus sur ses adversaires en LMP1 à l'occasion de la Journée Test.

Toyota guette la solidité de Rebellion et la rapidité de SMP
Alexander Wurz, Fernando Alonso, Toyota Gazoo Racing, à vélo sur le circuit
#1 Rebellion Racing Rebellion R-13: Andre Lotterer, Neel Jani, Bruno Senna
Les vainqueurs #8 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050: Sébastien Buemi, Kazuki Nakajima, Fernando Alonso
Les vainqueurs #8 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050: Sébastien Buemi, Kazuki Nakajima, Fernando Alonso
#17 SMP Racing BR Engineering BR1: Stéphane Sarrazin, Egor Orudzhev, Matevos Isaakyan
#1 Rebellion Racing Rebellion R-13: Andre Lotterer, Neel Jani, Bruno Senna
Pascal Vasselon, directeur technique de Toyota Racing
#8 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050
#8 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050: Sébastien Buemi, Kazuki Nakajima, Fernando Alonso, #7 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050: Mike Conway, Jose Maria Lopez, Kamui Kobayashi
Un mécanicien Rebellion Racing
#8 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050: Sébastien Buemi, Kazuki Nakajima, Fernando Alonso
#17 SMP Racing BR Engineering BR1: Stéphane Sarrazin, Egor Orudzhev, Matevos Isaakyan
#1 Rebellion Racing Rebellion R-13: Andre Lotterer, Neel Jani, Bruno Senna
#3 Rebellion Racing Rebellion R-13: Gustavo Menezes
Alexander Wurz, Fernando Alonso, Sébastien Buemi, Kazuki Nakajima, Jose Maria Lopez, Toyota Gazoo Racing, à vélo sur le circuit
Charger le lecteur audio

B.D., Le Mans - Après une préparation intense qui n'a rien laissé au hasard, Toyota a débarqué au Mans avec dans le dos une pancarte de favori plus imposante que jamais. Le constructeur japonais a conscience de devoir l'assumer et le fait avec professionnalisme et sérénité, mais surtout avec humilité.

À la veille de la Journée Test, l'ambiance est au beau fixe en dépit de l'historique douloureux qu'affiche la marque dans la Sarthe, avec une victoire qui ne cesse de se refuser à elle. L'heure est donc à l'optimisme et au plaisir de renouer avec la grand-messe de l'Endurance.

Ce statut de favori, Toyota en a hérité inévitablement en raison du retrait de Porsche du LMP1, mais les TS050 Hybrid ne seront pas seules en piste pour autant dans la catégorie reine. Et c'est bien ce que doit surveiller l'équipe nippone, avec une adversité encore difficile à cerner. Ainsi, à l'heure de désigner le concurrent dont il faut se méfier, Pascal Vasselon reste légitimement prudent.

"C'est une bonne question, car ce n'est pas facile d'y répondre", prévient le directeur technique de Toyota. "Je crois qu'on a surtout vu la problématique à Spa. Le concurrent le plus robuste, c'est sans doute Rebellion. Ils sont à un niveau de performance qui est stable. Le team SMP est beaucoup plus difficile à cerner, car ils ont un potentiel de performance très fort. Mais ils sont apparemment un petit peu plus irréguliers."

"Entre ces deux compétiteurs, on ne sait pas vraiment lequel va être le plus sérieux. Ils se présentent avec des profils de performance très différents. Le potentiel de performance est peut-être plus du côté SMP, mais ils ont été inconstants jusqu'à présent."

Une hiérarchie "mouvante"

Le mois dernier, les 6 Heures de Spa n'ont apporté qu'un début de réponse, et la hiérarchie est loin d'être en place. L'EoT (équivalence de technologie) a aussi son rôle à jouer, tout comme le rythme de progression des équipes alignant des prototypes non hybrides. Dimanche, la Journée Test pourrait apporter des éléments supplémentaires pour mieux définir le paysage de ce LMP1 aux allures parfois floues, mais il n'y aura pas de conclusions hâtives.

"On sait que les choses vont être très mouvantes, qu'elles vont vraiment évoluer", insiste Pascal Vasselon. "Ces équipes-là sont en pleine démarche de progrès, c'est quelque chose qu'il faut bien avoir en tête : ce sont tous des teams jeunes, avec des voitures jeunes, et ils sont dans une courbe de progression très, très forte. Nous, on est stabilisés. Demain on va rouler comme à Spa : la voiture va sur la piste et on est tout de suite au niveau où on doit être. Eux ne le sont pas."

"Ils sont en progrès constant et on sait qu'on ne va pas avoir ici les écarts que l'on a eus à Spa. À Spa, l'écart était fort mais la moitié de cet écart, c'était des bêtises aux arrêts au stand. Ça, ils ne vont pas le reproduire. Les teams privés à Spa ont perdu énormément de temps dans les stands. Ils vont bien sûr être meilleurs ici."

Un rythme sans surprise pour Toyota

Dimanche au Mans, s'il y a un domaine dans lequel il ne faut s'attendre à aucune surprise, c'est celui du rythme de Toyota. Le prototype japonais est une évolution de celui de l'année passée, et il faut en attendre un niveau de performance pure équivalent à celui vu l'an dernier. "Nous, notre performance ici est connue", confirme Pascal Vasselon. "On va avoir un niveau de performance qui peut fluctuer en fonction du grip de la piste, mais qui sera similaire à l'année dernière. On ne peut pas mentir là-dessus."

En revanche, le chrono ne devrait pas s'affoler sur un tour, ni dimanche, ni dans quinze jours en qualifications. "On va certainement éliminer tous les runs qualifs, et on ne verra certainement pas un tour en 3'18", lance Pascal Vasselon dans un sourire. "Mais le rythme moyen sera le même que l'année dernière. L'inconnue, c'est de savoir où vont se positionner les autres. Les autres sont vraiment, je pense, en progrès constant."

C'est donc sur une journée de travail studieuse que Toyota compte s'appuyer pour lancer au mieux sa quinzaine mancelle. "Il faut valider le fait que tout fonctionne bien, que tous les pilotes réussissent à prendre leurs marques, régler tout ce qui doit l'être, l'énergie, l'essence, toutes ces choses-là", confirme Sébastien Buemi. "Il faut valider le kilométrage sur les pneus, car on sera quasiment obligés de faire tout le temps quatre relais. Donc on doit vérifier l'usure, le carrossage. On connaît ce qu'on a, c'est la voiture de l'année passée."

partages
commentaires
Porsche dévoile deux livrées mythiques pour Le Mans
Article précédent

Porsche dévoile deux livrées mythiques pour Le Mans

Article suivant

Au Mans, Alonso impressionne par sa "maîtrise du sujet"

Au Mans, Alonso impressionne par sa "maîtrise du sujet"
Charger les commentaires
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Gagner et perdre Le Mans le même jour, ce "sentiment étrange" Prime

Gagner et perdre Le Mans le même jour, ce "sentiment étrange"

WRT se bat aux avant-postes du GT depuis des années et a réussi avec brio son passage en prototype, avec à la clé une victoire aux 24 Heures du Mans en LMP2. L'issue aurait même pu être plus heureuse si la course avait été un tour plus courte...

24 Heures du Mans
17 oct. 2021
Panoz et Brabham : l'histoire d'un drôle de choix Prime

Panoz et Brabham : l'histoire d'un drôle de choix

En 1997 le programme Panoz GT n'apparaissait pas comme un choix attrayant pour un ex-pilote de Formule 1, McLaren constituant un bien meilleur pari. Mais contre toute attente, David Brabham fit le choix de la marque américaine pour former un duo gagnant pendant plusieurs années.

GT
25 sept. 2021
Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ? Prime

Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ?

L'ère de l'Hypercar s'est ouverte aux 24 Heures du Mans par la victoire de Toyota. Désormais, la concurrence est attendue et beaucoup de regards sont tournés vers Peugeot, dont l'arrivée est programmée pour 2022. Nous avons rencontré Jean-Marc Finot, directeur de Stellantis Motorsport, pour faire un point complet.

WEC
29 août 2021
Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans Prime

Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans

C'est l'une des plus grandes histoires de la Sarthe. Paul Newman, deuxième des 24 Heures du Mans 1979, aurait pu facilement remporter la célèbre épreuve sans l'ingéniosité du regretté Manfred Kremer.

24 Heures du Mans
20 août 2021
WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités ! Prime

WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités !

La convergence permettant aux machines Le Mans Hypercar de courir en IMSA face aux LMDh à partir de 2023 pourrait offrir des options attrayantes non seulement aux constructeurs, mais aussi pour le calendrier et le format des courses.

WEC
20 juil. 2021
Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre ! Prime

Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre !

Se pencher sur quinze années d'histoire commune, avec autant de réussite que celle rencontrée par Ferrari et AF Corse en GT, n'est pas une mince affaire. Aussi fallait-il s'attarder sur un juge de paix : les 24 Heures du Mans.

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans Prime

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans

L'excitation autour de l'afflux de constructeurs aux 24 Heures du Mans pour 2023 est compréhensible. Mais lorsqu'ils seront confrontés l'un à l'autre, le LMH et le LMDh vivront-ils une cohabitation éphémère ?

24 Heures du Mans
22 avr. 2021