WRC
21 janv.
Événement terminé
Formule E
26 févr.
Course dans
01 Heures
:
15 Minutes
:
08 Secondes
C
E-Prix de Diriyah II
27 févr.
EL dans
18 Heures
:
57 Minutes
:
08 Secondes
Formule 1
C
GP d'Émilie-Romagne
18 avr.
Course dans
50 jours
MotoGP
26 mars
EL1 dans
27 jours
C
GP de Doha
02 avr.
Prochain événement dans
34 jours
WEC
C
Algarve
04 avr.
Course dans
36 jours
C
6H de Spa-Francorchamps
01 mai
Course dans
63 jours
WSBK
C
Estoril
07 mai
Prochain événement dans
69 jours
C
Aragón
21 mai
Prochain événement dans
83 jours

Toyota triomphe encore au Mans avec Buemi, Hartley et Nakajima !

Toyota a remporté les 24 Heures du Mans pour la troisième fois d'affilée lors d'une course sans accroc pour la #8. C'est un troisième succès consécutif pour Sébastien Buemi et Kazuki Nakajima également, leur nouveau coéquipier Brendon Hartley s'imposant pour la deuxième fois.

partages
commentaires

Ces 24 Heures du Mans étaient inédites. Reportées au mois de septembre, elles incluaient une période nocturne bien plus longue, représentant près de la moitié de la course. De surcroît, des averses étaient attendues tout au long de l'épreuve, et avec un nombre remarquable de pilotes amateurs, le chaos était craint... mais la pluie n'est jamais arrivée, et les incidents n'ont pas été si nombreux.

Pour la Toyota #8 du trio Buemi-Hartley-Nakajima, ce double tour d'horloge sarthois aurait difficilement pu mieux se passer, même s'il n'avait pas particulièrement bien commencé. La #8 a effectivement subi une crevaison dès 15h20, après 50 minutes de course donc, ce qui ne l'a pas empêchée de continuer à échanger la tête de la course avec la #7 de Conway-Kobayashi-López malgré ce léger déficit. Elle a ensuite passé une quinzaine de minutes au stand vers 21h15, profitant d'une neutralisation par la voiture de sécurité pour résoudre un problème lié au refroidissement des freins.

Grâce au rythme modéré de la Toyota #7 sous Safety Car, la #8 n'a toutefois pas perdu grand-chose. Il n'empêche que la #7 avait l'avantage, mais cette dernière a subi un problème d'échappement à 2h45 et est restée au garage pendant une demi-heure. Elle a laissé filer sept tours et tout espoir de victoire.

La Toyota #8 n'avait ainsi plus qu'à assurer, et Sébastien Buemi, Brendon Hartley et Kazuki Nakajima se sont parfaitement acquittés de cette tâche. Buemi et Nakajima remportent une troisième victoire consécutive en Sarthe après les deux précédentes avec Fernando Alonso, tandis que Hartley s'était déjà imposé avec Porsche en 2017.

Derrière, la Rebellion #1 du trio Menezes-Nato-Senna a longtemps eu un meilleur rythme que la #3 de Berthon-Delétraz-Dumas, mais elle a subi un problème de fixation du museau vers 8h50 et a dû rentrer au stand pour effectuer des réparations, perdant ses deux tours d'avance. Les Rebellion se sont retrouvées roue dans roue, Menezes s'impatientant derrière Dumas. L'écurie lui a demandé à de nombreuses reprises de figer les positions et de créer un écart de deux secondes, sans succès.

Le problème a été "résolu" par un souci d'embrayage sur la #3, qui a vu Delétraz peiner à se relancer et perdre une dizaine de secondes à chaque arrêt au stand. De surcroît, le Suisse est parti à la faute en sortant large d'Indianapolis. Le contact avec le mur a été léger mais suffisant pour motiver un changement de museau et d'aileron arrière. La Toyota #7 est ainsi repassée devant.

LMP2 : la #22 de United Autosport au-dessus de la mêlée

#22 United Autosports Oreca 07 - Gibson: Philip Hanson, Filipe Albuquerque, Paul Di Resta

La catégorie LMP2 a été la plus animée du plateau, comme souvent, avec de nombreux rebondissements – dès le premier tour pour Alpine et Racing Team Nederland, qui sont rentrés au stand à cause d'une fuite d'eau et d'un problème de pression d'eau respectivement et qui ont perdu un temps précieux.

La neutralisation par la voiture de sécurité en début de soirée, suite à la sortie de piste d'Alexander West (Ferrari #52) et au violent accident de Tristan Gommendy (Duqueine #30), a changé la donne, puisque la #37 du Jackie Chan DC Racing, la #26 du G-Drive Racing et la #32 de United Autosports se sont retrouvées derrière un Safety Car différent des voitures rivales, prenant une avance équivalente à un tiers de tour.

Or, tout peut arriver au Mans, en témoigne le fait qu'aucun de ces trois prototypes n'est finalement sur le podium ! La #37 a subi un problème électrique peu après, perdant l'allumage de ses feux. Un mécanicien a fourni au pilote Gabriel Aubry une pièce pour effectuer la réparation, ce qui est interdit, et cette voiture a été disqualifiée. La #32 menait la course à dix heures de l'arrivée mais a subi une fuite d'huile, tandis que la #26 a subi des problèmes électriques dans la nuit avant de connaître une casse de suspension dans la dernière heure.

C'est l'Oreca #22 de United Autosports qui en profite avec brio, s'imposant avec Phil Hanson, Filipe Albuquerque et Paul Di Resta malgré un arrêt au stand à moins de dix minutes de l'arrivée pour rajouter un peu de carburant. C'est non seulement un premier podium mais aussi une première victoire au Mans pour les trois pilotes de ce trio. L'Oreca #38 de JOTA finit deuxième, pas si loin derrière, mais a perdu trop de temps lorsque son pilote amateur, Roberto González, était au volant. Anthony Davidson et António Félix da Costa n'ont pourtant pas démérité.

La #31 du Panis Racing (Canal-Jamin-Vaxiviere), impliquée dans l'accident de Gommendy, s'en sort bien avec la troisième place, devant une revenante : l'Alpine #36 (Negrão-Ragues-Laurent) rentrée au stand à la fin du premier tour ! Saluons également la prestation de la #28 d'IDEC Sport, dont les deux prototypes s'élançaient de la pitlane avec un tour de retard : Bradley, Chatin et Lafargue l'ont menée au sixième rang.

GTE Pro - L'Aston Martin #97 triomphe

#97 Aston Martin Racing Aston Martin Vantage AMR: Maxime Martin, Alex Lynn, Harry Tincknell

Si la Porsche #91 avait signé la pole position GTE Pro pour ces 24 Heures du Mans, la marque de Weissach a connu un véritable calvaire, entre incidents et manque de rythme. Alexander Lynn a pris la tête après seulement 18 minutes de course au volant de l'Aston Martin #97 (Lynn-Martin-Tincknell), qui partait cinq places plus loin, et l'a rarement lâchée malgré la concurrence féroce des Ferrari #51 (Calado-Pier Guidi-Serra) et #71 (Bird-Molina-Rigon), ces trois voitures étant les seules à s'être retrouvées dans le bon groupe sous Safety Car en début de soirée.

Cette bataille s'est rapidement transformée en duel, la Ferrari #71 ayant été victime d'une crevaison dans la nuit. Elle a bu le calice jusqu'à la lie, trahie par sa boîte de vitesses dans le dernier tour et ne parvenant pas à franchir la ligne d'arrivée. L'Aston Martin #97, quant à elle, a maintenu une avance d'environ une minute sur la Ferrari #51 malgré des stratégies décalées, avant que l'accident de James Allen (SO24-Has by Graff #39), qui occupait le cinquième rang en LMP2, ne provoque une neutralisation par la voiture de sécurité qui a définitivement séparé les deux GTE Pro de tête.

Alex Lynn et Maxime Martin signent leur premier podium et leur première victoire au Mans, tandis que Harry Tincknell s'impose pour la première fois depuis son succès avec Jota Sport dans la catégorie LMP2 en 2014, pour sa venue inaugurale en Sarthe. L'Aston Martin #95 (Sørensen-Thiim-Westbrook) prend la troisième place derrière la Ferrari #51.

GTE Am - TF Sport s'impose

#90 TF Sport Aston Martin Vantage AMR: Salih Yoluc, Charles Eastwood, Jonathan Adam

Présente au Mans depuis 2017, l'écurie TF Sport n'avait jamais joué la victoire jusqu'à présent. Cette fois, elle l'a remportée avec Salih Yoluç, Charles Eastwood et le pilote platinum Jonathan Adam, au volant de l'Aston Martin #90. L'Aston Martin #98 au redoutable trio Dalla Lana-Gunn-Farfus lui a donné du fil à retordre pendant une bonne partie de la course mais a finalement perdu du temps à cause d'un problème technique. Ce sont la Porsche #77 du Dempsey-Proton Racing (Campbell-Pera-Ried) et la Ferrari #83 d'AF Corse (Collard-Nielsen-Perrodo) qui complètent le podium.

France 24 Heures du Mans 2020

H+21 - Les Rebellion bataillent contre le gré de l'écurie

Article précédent

H+21 - Les Rebellion bataillent contre le gré de l'écurie

Article suivant

Buemi a cru la victoire perdue, et pourtant !

Buemi a cru la victoire perdue, et pourtant !
Charger les commentaires
Vergne : "Toujours se remettre en question, travailler sans relâche" Prime

Vergne : "Toujours se remettre en question, travailler sans relâche"

À 30 ans, Jean-Éric Vergne est à l'apogée de sa carrière. Le double champion de Formule E va partir en quête d'un troisième titre dans le championnat tout électrique et a été recruté par Peugeot Sport pour l'ère Hypercar à venir. Il s'est confié à Motorsport.com.

Formule E
11 févr. 2021
L'avenir de la F1 va-t-il passer par l'hydrogène ? Prime

L'avenir de la F1 va-t-il passer par l'hydrogène ?

Alors que les discussions sont en cours pour la prochaine formule moteur de la F1 au-delà de l'horizon 2025, la question de l'orientation à long terme se pose, avec deux options principales évoquées jusqu'ici.

Formule 1
1 févr. 2021
Le GTE agonise : les trois scénarios qui pourraient tout changer Prime

Le GTE agonise : les trois scénarios qui pourraient tout changer

La catégorie GTE donne le sentiment de s'effondrer comme un château de cartes, et le WEC va devoir réagir. Trois scénarios peuvent être imaginés pour l'avenir du GT en Championnat du monde d'Endurance et aux 24 Heures du Mans. Les voici.

24 Heures du Mans
30 janv. 2021
Le nouveau départ qui pourrait couronner de succès Kevin Magnussen Prime

Le nouveau départ qui pourrait couronner de succès Kevin Magnussen

Après avoir passé plus de sept ans sans victoire chez McLaren, Renault et Haas en Formule 1, Kevin Magnussen pourrait renouer en IMSA avec ce qu'il désire le plus : une chance de gagner.

IMSA
29 janv. 2021
Hypercar Toyota : la révolution masquée de l'Endurance Prime

Hypercar Toyota : la révolution masquée de l'Endurance

La Toyota GR010 conçue pour la nouvelle ère Hypercar du WEC a peu de choses en commun avec la TS050 LMP1 qui l'a précédée. Mais en dépit des restrictions qui accompagnent la nouvelle réglementation, elle ne sera pas moins redoutable.

WEC
27 janv. 2021
Les moteurs de l'Hypercar Peugeot expliqués en détail Prime

Les moteurs de l'Hypercar Peugeot expliqués en détail

Quelques heures après avoir dévoilé leurs choix techniques pour leur Hypercar en Championnat du monde d'Endurance, avec un moteur V6 biturbo de 2,6 litres associé à un moteur électrique développant 200 kW sur l'essieu avant, les dirigeants de Peugeot se sont exprimés en profondeur sur leur concept auprès de la presse française.

WEC
15 déc. 2020
Le retour inattendu d'Audi, promesse d'un nouvel âge d'or Prime

Le retour inattendu d'Audi, promesse d'un nouvel âge d'or

Audi a annoncé travailler sur un retour aux 24 Heures du Mans : on pourrait donc enfin assister à la lutte que l'on avait espérée en 2012, entre le constructeur allemand, Peugeot et Toyota. Ce choix vient aussi crédibiliser la formule LMDh, dans laquelle d'autres marques pourraient s'engouffrer ultérieurement.

WEC
2 déc. 2020
L'éternel débat ravivé par l'issue du championnat 2019-2020 Prime

L'éternel débat ravivé par l'issue du championnat 2019-2020

C'est sans doute passé inaperçu dans un week-end qui a vu Lewis Hamilton décrocher sa septième couronne, mais un autre titre mondial a été décerné à Bahreïn il y a une semaine. Un titre capable d'effacer les mésaventures mancelles de trois hommes ? Éternelle question.

WEC
21 nov. 2020