Un bon chrono et des "chirurgiens" au travail chez Audi

Des trois constructeurs du LMP1, c’est Audi qui a terminé la Journée Test en tête de la feuille des temps dimanche. Mais c’est aussi la marque aux anneaux qui a accumulé le moins de kilomètres.

Un bon chrono et des "chirurgiens" au travail chez Audi
#7 Audi Sport Team Joest Audi R18: Marcel Fassler, Andre Lotterer, Benoit Tréluyer
#8 Audi Sport Team Joest Audi R18 e-tron quattro: Lucas di Grassi, Loic Duval, Oliver Jarvis
Des mécaniciens Audi empêchent de voir le travail effectué sur la #7 Audi Sport Team Joest Audi R18
#8 Audi Sport Team Joest Audi R18 e-tron quattro: Lucas di Grassi, Loic Duval, Oliver Jarvis
#7 Audi Sport Team Joest Audi R18: Marcel Fassler, Andre Lotterer, Benoit Tréluyer
#8 Audi Sport Team Joest Audi R18: Loic Duval
#7 Audi Sport Team Joest Audi R18: Marcel Fassler, Andre Lotterer, Benoit Tréluyer
#7 Audi Sport Team Joest Audi R18: Marcel Fassler, Andre Lotterer, Benoit Tréluyer
#7 Audi Sport Team Joest Audi R18: Marcel Fassler, Andre Lotterer, Benoit Tréluyer

B.D., Le Mans - Alors que Porsche et Toyota ont dépassé les 170 tours, le constructeur d’Ingolstadt s’en contentera de 138, puisque la n°7 n’a quasiment pas roulé de l’après-midi. Cette distance constitue tout de même plus de 1800 kilomètres qui ont permis d’acquérir un certain nombre de données. 

"C’est important d’utiliser ce temps de manière productive. Nous avons débuté la Journée Test avec des programmes détaillés", explique le Docteur Ullrich, directeur d’Audi Sport. À le croire, l’absence de roulage de l’une des deux R18 n’a toutefois pas trop affecté le programme d’ensemble de l’équipe : "Nous avons accompli des objectifs importants et nous sommes déjà bien avancés avec le set-up de nos voitures."

"La nouvelle R18 a roulé au Mans pour la première fois. C’était important de collecter des données. Nos six pilotes nous ont donné un retour d’informations positif en vue de la course à laquelle nous assisterons dans deux semaines."

Une R18 très complexe

C’est un problème d’amortisseur qui est venu contrarier le programme de l’Audi n°7. Le temps de la réparation était conséquent et a duré plus de trois heures. S’il n’a pas connu pareille mésaventure sur l’Audi n°8, avec laquelle il a signé le meilleur chrono de la Journée Test, Lucas di Grassi est toutefois revenu sur cette mésaventure rencontrée par ses voisins de garage, et souligne les particularités d’une R18 qui se différencie énormément de ses rivales. 

"La voiture est tellement complexe", rappelle-t-il. "On voit que l’avant de notre voiture est bien plus étroit que l’année dernière, plus petit. Pour mettre tous les composants dans ce petit espace, ils doivent tous être intégrés parfaitement : tout le système hybride avec la crémaillère de direction, la suspension, les amortisseurs, nos pieds et les pédales d’accélérateur et de frein. Tout doit tenir comme dans une petite boîte."

Une complexité qu’il faut également laisser à l’abri des regards selon Audi, compte tenu du niveau de développement de la technologie en LMP1. Ainsi, on a pu voir les mécaniciens former un barrage face aux regards curieux, notamment de la concurrence ! Une de ses scènes à laquelle nous sommes davantage habitués en Formule 1. 

"Nous ne parlons pas seulement de la suspension, mais aussi d’un système hybride qui apporte 500 chevaux supplémentaires à l’avant", continue Di Grassi. "Tout est resserré, et s’il y a une petite défaillance ou la nécessité de changer quelque chose, les mécaniciens ressemblent davantage à des chirurgiens. Ils doivent aller à l’intérieur du système et faire des changements avec des outils spéciaux pour s’assurer que tout est en place. Alors si quelque chose est défaillant, parfois il faut prendre des mesures extrêmes, et c’est ce qui s’est passé sur la voiture n°7. Heureusement, ce n’est pas arrivé en course."

partages
commentaires
Porsche a mené un gros travail d'évaluation pneumatique au Mans
Article précédent

Porsche a mené un gros travail d'évaluation pneumatique au Mans

Article suivant

Alpine au Mans : "Nous savons où nous en sommes"

Alpine au Mans : "Nous savons où nous en sommes"
Charger les commentaires
Gagner et perdre Le Mans le même jour, ce "sentiment étrange" Prime

Gagner et perdre Le Mans le même jour, ce "sentiment étrange"

WRT se bat aux avant-postes du GT depuis des années et a réussi avec brio son passage en prototype, avec à la clé une victoire aux 24 Heures du Mans en LMP2. L'issue aurait même pu être plus heureuse si la course avait été un tour plus courte...

24 Heures du Mans
17 oct. 2021
Panoz et Brabham : l'histoire d'un drôle de choix Prime

Panoz et Brabham : l'histoire d'un drôle de choix

En 1997 le programme Panoz GT n'apparaissait pas comme un choix attrayant pour un ex-pilote de Formule 1, McLaren constituant un bien meilleur pari. Mais contre toute attente, David Brabham fit le choix de la marque américaine pour former un duo gagnant pendant plusieurs années.

GT
25 sept. 2021
Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ? Prime

Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ?

L'ère de l'Hypercar s'est ouverte aux 24 Heures du Mans par la victoire de Toyota. Désormais, la concurrence est attendue et beaucoup de regards sont tournés vers Peugeot, dont l'arrivée est programmée pour 2022. Nous avons rencontré Jean-Marc Finot, directeur de Stellantis Motorsport, pour faire un point complet.

WEC
29 août 2021
Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans Prime

Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans

C'est l'une des plus grandes histoires de la Sarthe. Paul Newman, deuxième des 24 Heures du Mans 1979, aurait pu facilement remporter la célèbre épreuve sans l'ingéniosité du regretté Manfred Kremer.

24 Heures du Mans
20 août 2021
WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités ! Prime

WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités !

La convergence permettant aux machines Le Mans Hypercar de courir en IMSA face aux LMDh à partir de 2023 pourrait offrir des options attrayantes non seulement aux constructeurs, mais aussi pour le calendrier et le format des courses.

WEC
20 juil. 2021
Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre ! Prime

Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre !

Se pencher sur quinze années d'histoire commune, avec autant de réussite que celle rencontrée par Ferrari et AF Corse en GT, n'est pas une mince affaire. Aussi fallait-il s'attarder sur un juge de paix : les 24 Heures du Mans.

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans Prime

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans

L'excitation autour de l'afflux de constructeurs aux 24 Heures du Mans pour 2023 est compréhensible. Mais lorsqu'ils seront confrontés l'un à l'autre, le LMH et le LMDh vivront-ils une cohabitation éphémère ?

24 Heures du Mans
22 avr. 2021
Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960" Prime

Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960"

Son approche passionnée de la course, son projet Hypercar avec le rêve de gagner un jour les 24 Heures du Mans, son modèle visant à vendre des voitures pour pouvoir courir : l'étonnant Jim Glickenhaus a répondu à nos questions.

24 Heures du Mans
22 mars 2021