Un "sentiment étrange" pour l'Audi #8, classée sur le podium

Le rebondissement de la fin des 24 Heures du Mans a propulsé l'Audi R18 de Loïc Duval, Oliver Jarvis et Lucas di Grassi sur le podium du classement général. Une maigre consolation pour l'équipage #8 qui a vécu une course compliquée.

Un "sentiment étrange" pour l'Audi #8, classée sur le podium
#8 Audi Sport Team Joest Audi R18 e-tron quattro: Lucas di Grassi, Loic Duval, Oliver Jarvis
#8 Audi Sport Team Joest Audi R18 e-tron quattro: Lucas di Grassi, Loic Duval, Oliver Jarvis
#8 Audi Sport Team Joest Audi R18 e-tron quattro: Lucas di Grassi, Loic Duval, Oliver Jarvis
#8 Audi Sport Team Joest Audi R18 e-tron quattro: Lucas di Grassi, Loic Duval, Oliver Jarvis
Les vainqueurs #2 Porsche Team Porsche 919 Hybrid: Romain Dumas, Neel Jani, Marc Lieb
#8 Audi Sport Team Joest Audi R18: Lucas di Grassi
#8 Audi Sport Team Joest Audi R18: Lucas di Grassi, Loic Duval, Oliver Jarvis
#8 Audi Sport Team Joest Audi R18: Lucas di Grassi, Loic Duval, Oliver Jarvis
#8 Audi Sport Team Joest Audi R18 e-tron quattro: Lucas di Grassi, Loic Duval, Oliver Jarvis
Charger le lecteur audio

W.L., Le Mans - Au terme de cette course à la fois très linéaire dans son ensemble et très agitée à son arrivée, la #8 est de loin le prototype de la marque aux anneaux le mieux loti au classement final.

Pendant la course, les R18 se sont progressivement effacées de la bataille pour la tête de la course. Au bout de huit heures, l'équipage franco-anglo-brésilien concédait un tour à la Toyota de tête alors que la voiture sœur #7 tentait de revenir sur les leaders après avoir changé de turbo. 

Surprise en fin de course

La #8 a réussi à s'emparer de la quatrième place quelques temps plus tard, en profitant des erreurs de la Porsche. Grâce au travail de l'équipage pour se maintenir et malgré les problèmes techniques, l'Audi a maintenu sa position jusqu'au rebondissement de la toute fin de course, lorsque la Toyota #5, alors en tête, était en perdition à un tour du but. 

Ce rebondissement a surpris les pilotes de l'équipage, et en particulier Lucas di Grassi alors au volant au moment de l'incident : "Mais je ne savais pas que j'étais sur le podium avant que quelqu'un ne m'appelle. J'ai fait tout un tour en pensant que j'étais quatrième, puis mon ingénieur me l'a dit."

Vidéo : L'ultime boucle tragique de Toyota au Mans

"Quand je me suis arrêté, on m'a dit que j'étais sur le podium et j'ai dit 'non, je rentre au garage' ! Puis je me suis rendu compte que j'étais sur le podium. Bien sûr, pour nous, c'est génial avec la course horrible que nous avons connue avec toutes les réparations qu'il a fallu faire."

"C'est une belle récompense de finir sur le podium. Mais il y a beaucoup de progrès à faire pour revenir et être aussi forts que Toyota, après leurs progrès par rapport à l'an dernier, et que Porsche."

Pas au niveau de l'événement

L'équipage #8 n'a cependant pas été épargné par les problèmes de fiabilité : "Je pense que la liste est un peu trop longue pour parler des choses qui n'ont pas marché", explique Loïc Duval. 

"Il y a plein de choses qui n'ont pas fonctionné correctement. D'abord, notre performance : on manquait de rythme et on ne pensait pas que ce serait le cas."

Pas là juste pour monter sur le podium

Loïc Duval, Audi

"On a eu trop de problèmes techniques, on n'a pas été au niveau de l'événement et de la concurrence. Il faut vite rectifier le tir car on n'est pas là juste pour monter sur le podium. La course a été très difficile, dure à vivre parce que c'était dur de se battre comme ça devant au tout début, et après on s'est retrouvés loin."

Sans blâmer les problèmes techniques, Oliver Jarvis reconnaît un concours de circonstances favorables: "Félicitations à l'équipe Porsche et à Toyota; c'est très étrange. C'est agréable de récolter les fruits de notre travail. Mes pensées sont avec Toyota, pas avec notre propre performance. C'est un sentiment étrange."

partages
commentaires
Retour triomphal pour Ford au Mans !
Article précédent

Retour triomphal pour Ford au Mans !

Article suivant

38 ans après, Alpine renoue avec la victoire au Mans

38 ans après, Alpine renoue avec la victoire au Mans
Charger les commentaires
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Gagner et perdre Le Mans le même jour, ce "sentiment étrange" Prime

Gagner et perdre Le Mans le même jour, ce "sentiment étrange"

WRT se bat aux avant-postes du GT depuis des années et a réussi avec brio son passage en prototype, avec à la clé une victoire aux 24 Heures du Mans en LMP2. L'issue aurait même pu être plus heureuse si la course avait été un tour plus courte...

24 Heures du Mans
17 oct. 2021
Panoz et Brabham : l'histoire d'un drôle de choix Prime

Panoz et Brabham : l'histoire d'un drôle de choix

En 1997 le programme Panoz GT n'apparaissait pas comme un choix attrayant pour un ex-pilote de Formule 1, McLaren constituant un bien meilleur pari. Mais contre toute attente, David Brabham fit le choix de la marque américaine pour former un duo gagnant pendant plusieurs années.

GT
25 sept. 2021
Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ? Prime

Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ?

L'ère de l'Hypercar s'est ouverte aux 24 Heures du Mans par la victoire de Toyota. Désormais, la concurrence est attendue et beaucoup de regards sont tournés vers Peugeot, dont l'arrivée est programmée pour 2022. Nous avons rencontré Jean-Marc Finot, directeur de Stellantis Motorsport, pour faire un point complet.

WEC
29 août 2021
Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans Prime

Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans

C'est l'une des plus grandes histoires de la Sarthe. Paul Newman, deuxième des 24 Heures du Mans 1979, aurait pu facilement remporter la célèbre épreuve sans l'ingéniosité du regretté Manfred Kremer.

24 Heures du Mans
20 août 2021
WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités ! Prime

WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités !

La convergence permettant aux machines Le Mans Hypercar de courir en IMSA face aux LMDh à partir de 2023 pourrait offrir des options attrayantes non seulement aux constructeurs, mais aussi pour le calendrier et le format des courses.

WEC
20 juil. 2021
Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre ! Prime

Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre !

Se pencher sur quinze années d'histoire commune, avec autant de réussite que celle rencontrée par Ferrari et AF Corse en GT, n'est pas une mince affaire. Aussi fallait-il s'attarder sur un juge de paix : les 24 Heures du Mans.

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans Prime

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans

L'excitation autour de l'afflux de constructeurs aux 24 Heures du Mans pour 2023 est compréhensible. Mais lorsqu'ils seront confrontés l'un à l'autre, le LMH et le LMDh vivront-ils une cohabitation éphémère ?

24 Heures du Mans
22 avr. 2021