Vaxiviere entre sérénité et vigilance chez Alpine

"Fier" de courir pour la victoire aux 24 Heures du Mans sous les couleurs d'Alpine, Matthieu Vaxiviere a fait le point avec Motorsport.com à la veille de l'épreuve.

Vaxiviere entre sérénité et vigilance chez Alpine

B.D., Le Mans - Rompu aux joutes de l'Endurance depuis quelques années maintenant, Matthieu Vaxiviere vit avec beaucoup de fierté l'aventure Alpine. Aux 24 Heures du Mans cette année, aux côtés de Nicolas Lapierre et André Negrão, le pilote tricolore affiche une certaine sérénité. Les essais qualificatifs ont placé l'Alpine en troisième position sur la grille de départ, mais tout reste encore à faire. 

Lire aussi :

Matthieu, nous sommes aujourd'hui entre les essais et la course, quel est l'état d'esprit après tout le travail qui a été fait ?

C'est un état d'esprit serein mais toujours vigilant quand même. Pour le moment ce n'est que du positif. Après nos essais, on a réussi à faire tout le plan que l'on voulait mettre en place donc tout va bien

Comment est la voiture par rapport aux premières courses de la saison en WEC et avec l'ajustement de la BoP ?

La voiture est plutôt la même. On a plutôt un bon équilibre, c'est une bonne voiture pour la course et on est serein à son volant. C'est plus ou moins la même donc c'est plutôt bien.

Quelle sera la clé pour tenter de faire la course parfaite ?

Il y en a plusieurs ! Forcément, ce sera déjà en premier lieu de finir la course. Si on fait une course clean, sans problème mécanique, sans pépin et avec une bonne stratégie, c'est sûr que ça nous emmènera à un bon résultat, même si ça, on le verra dimanche soir. Mais forcément, on est là, et si on peut aller chercher la victoire, on va aller la chercher.

À quel point avez-vous consacré du temps à la durée des relais et à la consommation pendant les essais ?

C'était un sujet majeur, et c'est un sujet clé depuis le début de la saison. Après, il n'y a pas que ça, mais on a fait du bon travail là-dessus. On va voir ce que ça donne aussi mais on est assez confiant.

Comment a évolué ce niveau de confiance tout au long de la semaine ?

On est tout aussi confiant que lorsque l'on est arrivé. C'est plutôt bien, on est dans une bonne dynamique. Après, il faut rester toujours bien concentré et focus pour la course, parce que c'est vraiment une sacrée course et un sacré mur à franchir. Mais on en est capable et on va essayer de tour faire pour le franchir.

À titre plus personnel, qu'est-ce que ça fait d'être pilote Alpine cette année ?

C'est génial ! Surtout au Mans, représenter une marque comme Alpine, en tant que Français c'est vraiment top. C'est une super dynamique et je suis vraiment fier. C'est un super moment.

Comment se présente ton avenir en Endurance ?

La nouvelle ère va être vraiment magnifique. C'est ça qu'on veut et qu'on voulait voir en Endurance. Ils ont vraiment fait du très bon travail et ça va juste être grandiose. J'espère que j'y prendrai part, bien sûr.

partages
commentaires
Alpine décidera de son avenir en Endurance d'ici la fin d'année

Article précédent

Alpine décidera de son avenir en Endurance d'ici la fin d'année

Article suivant

Le LMP2, un plateau ultra concurrentiel "devenu professionnel"

Le LMP2, un plateau ultra concurrentiel "devenu professionnel"
Charger les commentaires
Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ? Prime

Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ?

L'ère de l'Hypercar s'est ouverte aux 24 Heures du Mans par la victoire de Toyota. Désormais, la concurrence est attendue et beaucoup de regards sont tournés vers Peugeot, dont l'arrivée est programmée pour 2022. Nous avons rencontré Jean-Marc Finot, directeur de Stellantis Motorsport, pour faire un point complet.

WEC
29 août 2021
Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans Prime

Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans

C'est l'une des plus grandes histoires de la Sarthe. Paul Newman, deuxième des 24 Heures du Mans 1979, aurait pu facilement remporter la célèbre épreuve sans l'ingéniosité du regretté Manfred Kremer.

24 Heures du Mans
20 août 2021
WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités ! Prime

WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités !

La convergence permettant aux machines Le Mans Hypercar de courir en IMSA face aux LMDh à partir de 2023 pourrait offrir des options attrayantes non seulement aux constructeurs, mais aussi pour le calendrier et le format des courses.

WEC
20 juil. 2021
Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre ! Prime

Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre !

Se pencher sur quinze années d'histoire commune, avec autant de réussite que celle rencontrée par Ferrari et AF Corse en GT, n'est pas une mince affaire. Aussi fallait-il s'attarder sur un juge de paix : les 24 Heures du Mans.

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans Prime

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans

L'excitation autour de l'afflux de constructeurs aux 24 Heures du Mans pour 2023 est compréhensible. Mais lorsqu'ils seront confrontés l'un à l'autre, le LMH et le LMDh vivront-ils une cohabitation éphémère ?

24 Heures du Mans
22 avr. 2021
Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960" Prime

Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960"

Son approche passionnée de la course, son projet Hypercar avec le rêve de gagner un jour les 24 Heures du Mans, son modèle visant à vendre des voitures pour pouvoir courir : l'étonnant Jim Glickenhaus a répondu à nos questions.

24 Heures du Mans
22 mars 2021
Pourquoi Ferrari met fin à 50 ans d'absence au sommet de l'Endurance Prime

Pourquoi Ferrari met fin à 50 ans d'absence au sommet de l'Endurance

Revenant dans la catégorie reine de l'Endurance après 50 années d'absence, Ferrari va s'engager en catégorie "Le Mans Hypercar" en 2023. La marque italienne dément tout lien avec le plafond de dépenses de la F1, mais il ne s'agit assurément pas d'une coïncidence...

WEC
28 févr. 2021
Vergne : "Toujours se remettre en question, travailler sans relâche" Prime

Vergne : "Toujours se remettre en question, travailler sans relâche"

À 30 ans, Jean-Éric Vergne est à l'apogée de sa carrière. Le double champion de Formule E va partir en quête d'un troisième titre dans le championnat tout électrique et a été recruté par Peugeot Sport pour l'ère Hypercar à venir. Il s'est confié à Motorsport.com.

Formule E
11 févr. 2021