La V-max de SMP préoccupe Rebellion pour la course

Plus de 350 km/h de vitesse de pointe : c'est un record au Mans dans l'ère WEC. Record à mettre à l'actif de SMP Racing, ce qui ne manque pas d'inquiéter l'écurie rivale Rebellion.

La V-max de SMP préoccupe Rebellion pour la course

B.V., Le Mans - C'est une vitesse de 350,1 km/h qui a été atteinte à la Journée Test par Stoffel Vandoorne au volant de la BR1 #11 engagée par SMP Racing, suivi de près par Stéphane Sarrazin au volant de l'autre prototype aux couleurs russes, à 349 km/h. Les deux Rebellion se contentent de 339,1 km/h, tout comme la BR1 engagée par DragonSpeed, alors que les Toyota sont en dessous de 330 km/h.

Lire aussi :

Ce facteur pourrait jouer un rôle crucial dans la lutte entre les deux écuries, qui est plutôt équilibrée depuis le début de la saison. En performance pure, l'avantage va généralement à Rebellion – de peu – mais SMP était plus rapide à Spa-Francorchamps en qualifications. Lors de la Journée Test, les quatre prototypes engagés par ces deux teams se tenaient en moins d'une seconde.

"Je pense que le gros point d'interrogation pour nous, et aussi pour Toyota, ce sont les SMP", déclare à Motorsport.com Neel Jani, qui partage la #1 avec André Lotterer et Bruno Senna. "Elles étaient incroyablement rapides en essais et je suis sûr qu'elles peuvent aller encore plus vite en qualifications. Je pense que c'est l'outsider. Ils ont beaucoup progressé en un an. Ils peuvent être proches de nous, voire de Toyota, qui sait. Pour nous, en vitesse pure... il est clair qu'il y a une différence. Nous ne pouvons pas être naïfs, il faut voir la réalité. Mais niveau fiabilité, ils ont quand même des soucis, alors on verra."

"C'est Le Mans, tout peut arriver"

"Ils vont à 350 km/h dans la ligne droite, alors ça veut dire qu'en course, ils iront à 360 km/h, quelque chose comme ça ! Nous avons amélioré notre voiture, nous avons plus de vitesse de pointe. Nous avons progressé partout, c'est bien. Mais dans la course au développement, nous avons un peu reculé. Cependant, c'est Le Mans. Tout peut arriver et nous n'abandonnerons pas avant la fin. Nous avons un package qui a de petits problèmes mais pas des gros. C'est là que nous espérons être meilleurs qu'eux."

Neel Jani, Rebellion Racing
Nathanael Berthon, Rebellion Racing

Nathanaël Berthon, qui a rejoint Rebellion à Sebring en remplacement de Mathias Beche et est monté sur la deuxième marche du podium à Spa-Francorchamps avec ses coéquipiers Thomas Laurent et Gustavo Menezes, confirme à notre micro qu'il sera crucial de devancer les SMP d'emblée compte tenu de la vitesse de pointe. "Ça va être quasiment impossible de les doubler, je pense, donc il faut absolument qu'ils soient derrière", insiste l'Auvergnat. "Maintenant, je ne sais pas si en fiabilité, SMP sera aussi bon que nous. C'est une course qui dure 24 heures, il ne faut pas trop se fier à quelques heures de course ; il faut vraiment regarder sur la globalité."

Lire aussi :

Rebellion subit également le paradoxe de l'augmentation du débit de carburant autorisé pour les LMP1 non hybrides, passant de 108 kg/h en juin dernier à 115 kg/h pour la course à venir, selon la dernière version de l'Équivalence de Technologie (EoT). Cela permettra forcément de réduire légèrement l'écart face à Toyota, mais le moteur turbo AER des SMP tirera son épingle du jeu par rapport au groupe propulseur Gibson des R13.

"Sur un temps au tour, même sur un relais, je pense que SMP est très fort", analyse Berthon. "Maintenant, ils ont un meilleur moteur, entre guillemets. Ils ont opté pour le moteur turbo, nous avons un moteur atmosphérique. Le fait d'avoir de l'essence libre, ça ne nous avantage pas forcément."

Neel Jani conclut : "Le débit de carburant supplémentaire ne nous aide pas beaucoup, il aide bien davantage les turbos. Nous n'en avons donc pas autant bénéficié. L'EoT est une histoire sans fin, c'est pratiquement impossible à résoudre."

Avec Jamie Klein

#1 Rebellion Racing Rebellion R-13: Andre Lotterer, Neel Jani, Bruno Senna

partages
commentaires
López juge la Toyota #7 plus rapide que la #8 cette saison
Article précédent

López juge la Toyota #7 plus rapide que la #8 cette saison

Article suivant

Orages, pluie, soleil : quelle météo pour les 24H du Mans ?

Orages, pluie, soleil : quelle météo pour les 24H du Mans ?
Charger les commentaires
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Gagner et perdre Le Mans le même jour, ce "sentiment étrange" Prime

Gagner et perdre Le Mans le même jour, ce "sentiment étrange"

WRT se bat aux avant-postes du GT depuis des années et a réussi avec brio son passage en prototype, avec à la clé une victoire aux 24 Heures du Mans en LMP2. L'issue aurait même pu être plus heureuse si la course avait été un tour plus courte...

24 Heures du Mans
17 oct. 2021
Panoz et Brabham : l'histoire d'un drôle de choix Prime

Panoz et Brabham : l'histoire d'un drôle de choix

En 1997 le programme Panoz GT n'apparaissait pas comme un choix attrayant pour un ex-pilote de Formule 1, McLaren constituant un bien meilleur pari. Mais contre toute attente, David Brabham fit le choix de la marque américaine pour former un duo gagnant pendant plusieurs années.

GT
25 sept. 2021
Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ? Prime

Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ?

L'ère de l'Hypercar s'est ouverte aux 24 Heures du Mans par la victoire de Toyota. Désormais, la concurrence est attendue et beaucoup de regards sont tournés vers Peugeot, dont l'arrivée est programmée pour 2022. Nous avons rencontré Jean-Marc Finot, directeur de Stellantis Motorsport, pour faire un point complet.

WEC
29 août 2021
Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans Prime

Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans

C'est l'une des plus grandes histoires de la Sarthe. Paul Newman, deuxième des 24 Heures du Mans 1979, aurait pu facilement remporter la célèbre épreuve sans l'ingéniosité du regretté Manfred Kremer.

24 Heures du Mans
20 août 2021
WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités ! Prime

WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités !

La convergence permettant aux machines Le Mans Hypercar de courir en IMSA face aux LMDh à partir de 2023 pourrait offrir des options attrayantes non seulement aux constructeurs, mais aussi pour le calendrier et le format des courses.

WEC
20 juil. 2021
Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre ! Prime

Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre !

Se pencher sur quinze années d'histoire commune, avec autant de réussite que celle rencontrée par Ferrari et AF Corse en GT, n'est pas une mince affaire. Aussi fallait-il s'attarder sur un juge de paix : les 24 Heures du Mans.

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans Prime

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans

L'excitation autour de l'afflux de constructeurs aux 24 Heures du Mans pour 2023 est compréhensible. Mais lorsqu'ils seront confrontés l'un à l'autre, le LMH et le LMDh vivront-ils une cohabitation éphémère ?

24 Heures du Mans
22 avr. 2021