En Autriche, le chef d'orchestre s'appelait Johann Zarco

La pause estivale n'a pas interrompu Johann Zarco sur sa lancée : pour la quatrième fois en cinq courses, il est sorti vainqueur du Grand Prix d'Autriche.

En Autriche, le chef d'orchestre s'appelait Johann Zarco
Le vainqueur Johann Zarco, Ajo Motorsport
Johann Zarco, Ajo Motorsport
Le vainqueur Johann Zarco, Ajo Motorsport
Johann Zarco, Ajo Motorsport
Johann Zarco, Ajo Motorsport
Franco Morbidelli, Marc VDS
Marcel Schrötter, AGR Team
Thomas Lüthi, Interwetten
Franco Morbidelli, Marc VDS
Franco Morbidelli, Marc VDS
Thomas Lüthi, Interwetten
Marcel Schrötter, AGR Team
Charger le lecteur audio

Du Zarco pur jus. Il a beau avoir connu un début de course un petit peu compliqué, après s'être fait déborder par plusieurs pilotes au premier virage et avoir ainsi perdu plusieurs places, le Français a su une nouvelle fois faire parler son calme et une gestion parfaite de la course.

Les meilleurs temps qu'il a enchaînés à plusieurs reprises dans les premiers tours lui ont permis de ne pas perdre le contact avec le groupe de tête et de réussir quelques dépassements de toute beauté, même lorsqu'il n'avait qu'un trou de souris pour placer sa Kalex. Pendant ce temps, Morbidelli et Schrötter étaient à la fête. Mais les deux hommes de tête savaient qu'en étant suivis comme leur ombre par Lüthi et Zarco, la fin de course n'allait leur réserver aucun cadeau.

Peu avant la mi-course, le Champion du monde en titre est passé à la vitesse supérieure, se défaisant d'abord de Lüthi, puis de Schrötter. Plus à l'aise que ses rivaux en pneus usés, il a pu déposséder Morbidelli de la place de leader à neuf tours de l'arrivée, puis filer sans demander son reste.

Johann Zarco, qui partait de la pole position pour la deuxième fois de la saison, signe donc sa cinquième victoire, la quatrième en cinq manches. "Je suis très content, parce que je me suis senti bien tout le week-end. La pole a confirmé que je me sentais fort et que je pouvais être très performant ici", pointe le pilote Ajo, que se félicite de voir que le travail abattu pendant le week-end a payé au moment où cela comptait.

Il conforte sa place de leader et compte à présent 34 points de marge, toutefois il sait pertinemment que le plus dur reste à faire : tenir bon et ne pas se blesser alors que quatre courses s'enchaînent en cinq semaines. "Physiquement, ça n'est pas facile de disputer deux courses de suite, mais j'ai travaillé pendant la pause estivale afin d'être en forme", assure-t-il.

Morbidelli récompensé, Lüthi déçu

Tom Lüthi semblait en mesure de vivre une fin de course similaire à celle du Français, lui qui s'était porté en deuxième position et l'a conservée jusque dans le dernier tour… où il a perdu non seulement ce résultat, mais aussi tout bonnement sa place sur le podium.

"Dans l'avant-dernier virage, j'ai appuyé mon épaule sur le carénage de la moto de Franco [Morbidelli]", raconte le Suisse. "J'étais à l'extérieur, bien placé pour emmener un maximum de vitesse à la sortie du virage, pour pouvoir le battre sur la ligne. Las, quand j'ai voulu me rabattre, Rins était là. Je ne savais pas qu'il était si proche. On s'est touchés, le podium était perdu."

Álex Rins a effectivement réussi à revenir du diable vauvert pour aller arracher in extremis le podium, après une erreur en début de course. Le futur pilote Suzuki, qui avait enregistré au Sachsenring son premier abandon depuis le GP de Malaisie l'an dernier, limite ainsi sa perte sur Zarco au championnat.

Quant à Franco Morbidelli, il a une nouvelle fois touché du doigt la concrétisation mais a dû s'incliner face au rouleau-compresseur Zarco. Il décroche néanmoins son meilleur résultat en Championnat du monde avec cette 2e place, après une montée en puissance tout au long du week-end qui lui a également valu sa meilleure qualif (2e).

Grand animateur de la tête de course, l'Allemand Schrötter termine finalement à une belle 5e place à moins de cinq secondes du vainqueur, devant un Alex Márquez qui marque enfin de gros points.

On notera en revanche les chutes de Jonas Folger, qui a pu repartir mais perd la 6e place du championnat au profit de Morbidelli, et de Sam Lowes. L'Anglais qui, au Sachsenring, avait manqué les points pour la première fois depuis le GP de Saint-Marin de l'an dernier, voit sa série noire se poursuivre : toujours troisième, son retard (55 points) commence à peser. Il a pourtant tout tenté pour aller au bout, reprenant la piste après un premier accident. Son guidon était cependant endommagé et cela lui a valu une seconde chute, définitive cette fois.

Moto2 - Red Bull Ring - Course

 PiloteMotoTempsÉcart
1  Johann Zarco  Kalex 37'34.180  
2  Franco Morbidelli  Kalex 37'37.238 3.058
3  Álex Rins  Kalex 37'37.556 3.376
4  Thomas Luthi  Kalex 37'37.647 3.467
5  Marcel Schrötter  Kalex 37'38.920 4.740
6  Alex Marquez  Kalex 37'43.596 9.416
7  Takaaki Nakagami  Kalex 37'44.358 10.178
8  Lorenzo Baldassarri  Kalex 37'46.131 11.951
9  Axel Pons  Kalex 37'46.981 12.801
10  Dominique Aegerter  Kalex 37'48.157 13.977
11  Sandro Cortese  Kalex 37'52.226 18.046
12  Danny Kent  Kalex 37'52.464 18.284
13  Mattia Pasini  Kalex 37'52.604 18.424
14  Miguel Oliveira  Kalex 37'53.010 18.830
15  Julian Simon  Speed Up 37'54.202 20.022
16  Xavi Vierge  Tech 3 38'03.065 28.885
17  Luca Marini  Kalex 38'03.150 28.970
18  Isaac Viñales  Tech 3 38'03.212 29.032
19  Remy Gardner  Kalex 38'03.295 29.115
20  Edgar Pons  Kalex 38'03.604 29.424
21  Hafizh Syahrin  Kalex 38'04.157 29.977
22  Ratthapark Wilairot  Kalex 38'12.115 37.935
23  Xavier Simeon  Speed Up 38'17.456 43.276
24  Jesko Raffin  Kalex 38'18.386 44.206
25  Robin Mulhauser  Kalex 38'23.015 48.835
26  Jonas Folger  Kalex 38'46.328 1'12.148
Ab.  Simone Corsi  Speed Up 18'58.578 13 tours
Ab.  Sam Lowes  Kalex 14'17.403 16 tours
partages
commentaires
Johann Zarco leader à la mi-saison : "Rien n'est encore fait"
Article précédent

Johann Zarco leader à la mi-saison : "Rien n'est encore fait"

Article suivant

Thomas Lüthi accidenté, emmené à l'hôpital

Thomas Lüthi accidenté, emmené à l'hôpital
Charger les commentaires