Quartararo : "Il faut que je m'améliore à chaque course" en Moto2

Le représentant français du Moto2 a fait à Losail ses débuts dans la catégorie intermédiaire et en tire les premières leçons pour progresser.

Fabio Quartararo n'a pas encore 18 ans et il a fait au Qatar ses premiers pas de compétition en Moto2. Après une carrière riche en Championnat d'Espagne et deux saisons mondiales en Moto3, le Niçois est passé à l'échelon supérieur grâce à la structure très expérimentée dirigée par le double Champion du monde 250cc, Sito Pons.

Son premier Grand Prix dans la catégorie intermédiaire a récompensé Quartararo avec une première moisson de points, battu de peu par Luca Marini au terme d'une course atypique et dont il avait pris un départ compliqué. Conscient de son besoin de prendre ses marques sans brûler les étapes, il entend désormais poursuivre son adaptation au poids de sa moto, à sa vitesse et au style de pilotage requis par cette nouvelle machine, avec pour seul prérequis de prendre du plaisir.

Motorsport.com a rencontré Fabio Quartararo après son retour du Qatar, afin de dresser un premier bilan de ce nouveau chapitre dans sa jeune carrière.

Comment s'est passé ton premier Grand Prix en Moto2 ?
Ça a été assez positif. Je pense que j'aurais pu faire beaucoup mieux, mais ça a quand même été un Grand Prix assez bizarre parce qu'il y a eu de la pluie, ensuite pour la course on n'avait plus le même grip. Il faut quand même s'améliorer de plus en plus. J'ai réussi à faire une belle course, j'ai fait une septième place, et il faut que je prenne de l'expérience.

Est-ce que ce résultat correspond à l'objectif que tu t'étais fixé ?
Je ne m'étais pas fixé d'objectif. Je me suis dit : 'Il faut que je m'amuse et que je fasse de mon mieux'. J'ai réussi à faire septième, c'est extraordinaire, mais il faut que je m'améliore à chaque course, à chaque essai, il faut que je me sente mieux sur la moto. C'est normal, j'ai fait quatre ans sur la Moto3 et ça ne fait que trois mois que je suis sur une Moto2, alors il faut que je prenne de l'expérience.

As-tu désormais la sensation d'être sur la moto qui te convient, en termes de physique et de corpulence ?
Oui, au niveau taille et poids, c'est important pour moi. Sur une Moto3, j'avais cinq-six kilos en trop, c'est énorme. En Moto2, je suis au poids parfait, j'ai la taille parfaite, c'est-à-dire que la moto est vraiment au top pour moi. C'est très important.

Comment se passe le travail avec Sito Pons ?
Ça fait bizarre, parce qu'avec Sito on parle depuis très longtemps, depuis que j'étais en CEV. En rigolant, il m'avait dit : 'Si tu veux, on signe un contrat dès maintenant pour le futur' et à la fin je suis dans son équipe. C'est extraordinaire d'être avec un ancien pilote comme Sito Pons, on voit qu'il connait vraiment son métier, et avoir une équipe technique comme la sienne c'est énorme.

Est-ce qu'il s'implique au quotidien auprès de toi ou bien reste-t-il un peu en retrait ?
Il reste plutôt en retrait, ce sont plutôt mes deux chefs mécanos qui me conseillent. C'est important pour moi, mon team me met vraiment en confiance. À chaque essai, ils me font essayer beaucoup de pièces, mais ce ne sont que des pièces positives et c'est ce qui me met vraiment en confiance. Ils me mettent vraiment sur la bonne voie, sur le plan technique ils sont extraordinaires, ils travaillent super bien. Il faut que je les écoute attentivement pour engranger de l'expérience et être au plus haut du classement.

Contre qui penses-tu te battre au championnat cette année ?
C'est difficile à dire. Pour moi, [Franco] Morbidelli est le favori, mais on va essayer de se battre avec lui, même si ça va être assez compliqué. Morbidelli, je pense qu'il est un cran au-dessus des autres. Je ne vise rien du tout pour l'instant, il faut juste que je m'amuse et les résultats vont s'en ressentir.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Moto2
Pilotes Fabio Quartararo
Équipes Pons Racing
Type d'article Interview