Johann Zarco est Champion du Monde !

Le Français Johann Zarco est devenu officiellement Champion du Monde Moto2 en marge de la première journée d'essais à Motegi.

Johann Zarco est Champion du Monde !
Johann Zarco, Ajo Motorsport
Johann Zarco, Ajo Motorsport
Johann Zarco, Ajo Motorsport
Johann Zarco, Ajo Motorsport
Johann Zarco, Ajo Motorsport
Podium : le deuxième, Johann Zarco, Ajo Motorsport
Johann Zarco, Ajo Motorsport
Johann Zarco, Ajo Motorsport
Tito Rabat, Estrella Galicia 0,0 Marc VDS et Johann Zarco, Ajo Motorsport
Johann Zarco, Ajo Motorsport
Charger le lecteur audio

Sur les lieux de sa première victoire en Championnat du Monde (on était alors en 2011 et il roulait en 125cc), Johann Zarco devient le quatrième Français sacré en catégorie intermédiaire après Jean-Louis Tournadre, Christian Sarron et Olivier Jacque. Il est aussi le premier pilote tricolore titré en Grands Prix, toutes catégories confondues, depuis Mike di Meglio en 2008 (125cc).

C'est le résultat d'une saison exceptionnelle pour Zarco, devenu le premier Français à enchaîner trois victoires. Des victoires, il en a déjà décroché six cette année, auxquelles s'ajoutent six autres podiums et six pole positions. Cette courbe de résultats l'a placé en position d'être sacré dès la manche précédente, à Aragón, néanmoins le stress de l'enjeu avait quelque peu retardé l'échéance.

Cette fois, au Japon, le suspense a été de courte durée. En effet, après avoir tenté de rouler en Essais Libres 1, le Champion du Monde en titre Tito Rabat a déclaré forfait pour le week-end, trop en souffrance avec sa récente fracture du bras. Voilà qui permet à Johann Zarco de coiffer la couronne de Champion du Monde avant même de disputer la course !

Un parcours exemplaire

Johann Zarco a fait ses débuts en pocket-bike, d'abord sur la scène italienne puis à un niveau européen. Vice champion d'Europe de la discipline, il s'est rapproché des Grands Prix mondiaux en intégrant la Red Bull Rookies Cup, qu'il a dominée en 2007. La saison suivante, c'est en championnats d'Espagne et d'Italie qu'il s'est illustré avant de faire le grand saut vers le Championnat du Monde en 2009.

Son premier Grand Prix sera marqué par des conditions météo exceptionnelles, si bien que sa 15e place ne lui vaudra qu'un demi-point. Par la suite, Johann Zarco ne fera pas les choses à moitié. Il est pourtant l'illustration parfaite du pilote qui ne veut pas se précipiter, une philosophie appliquée immanquablement tout au long de sa carrière.

Après deux saisons d'apprentissage en 125cc, il a joué le titre pour la première fois en 2011, année de ses premières pole positions, de ses premiers podiums et de sa première victoire, décrochée - déjà - au Japon. Il est pour cela passé d'Aprilia à Derbi et venait d'intégrer le team Ajo, celui-là même qu'il a retrouvé cette année. Il s'est vaillamment battu contre un certain Maverick Viñales - aujourd'hui pilote MotoGP - et contre Nico Terol. C'est ce dernier qui a fini par s'imposer, mais le Cannois a marqué les esprits et franchi un cap décisif ayant fait de lui un vainqueur.

Passé en Moto2 en 2012, le Français a connu durant quatre ans une progression régulière qui l'a d'abord mené sur le podium en 2013, puis l'a vu multiplier ses entrées dans le top 3 l'an dernier avant, enfin, de retrouver le chemin de la victoire cette année. Et de quelle manière ! Après un problème technique au Qatar, puis une deuxième place au Texas, c'est en Argentine que son compteur de l'année s'est ouvert. La spirale positive était alors lancée et personne ne sera plus en mesure de l'arrêter.

Capitaliser sur ce nouveau statut

A 25 ans, Johann Zarco n'est pas un homme pressé. Posé, il veut construire sa carrière intelligemment et ne pas brûler les étapes. Encadré depuis plus de dix ans par Laurent Fellon, il suit les conseils de son coach et entend ne pas précipiter son passage en MotoGP au risque de gâcher ses chances en saisissant une opportunité au rabais.

C'est la raison pour laquelle il défendra son titre la saison prochaine en Moto2 et reportera à 2017 sa tentative de rejoindre la catégorie reine, alors que de nombreux contrats arriveront à échéance. "Beaucoup de pilotes, après avoir longtemps travaillé, font une bonne saison et puis redescendent pendant peut-être sept ans. Je ne veux pas être l'un des gars. Je veux comprendre comment rester un bon pilote," détaillait-il il y a peu.

Une maturité qui peut s'avérer tout aussi précieuse que son talent en piste pour faire de Johann Zarco un champion d'avenir.

partages
commentaires
Fracture du bras pour Tito Rabat, qui veut tenter de courir à Motegi
Article précédent

Fracture du bras pour Tito Rabat, qui veut tenter de courir à Motegi

Article suivant

Johann Zarco : "Je ne m'attendais pas à gagner comme ça"

Johann Zarco : "Je ne m'attendais pas à gagner comme ça"