Johann Zarco - "Penser que le plus dur a été fait serait une erreur"

partages
commentaires
Johann Zarco -
Par : André Christian Cahuzac
23 juil. 2015 à 08:32

Xavier Siméon, Federal Oil Gresini Moto2 et Johann Zarco, Ajo Motorsport
Podium : le deuxième, Johann Zarco, Ajo Motorsport
Johann Zarco, Ajo Motorsport
Johann Zarco, Ajo Motorsport

Comme l’ensemble de ses collègues des Grands Prix, Johann Zarco jouit de sa trêve estivale pour recharger ses batteries en vue d’une seconde partie de saison qui comportera neuf rendez-vous. Une deuxième mi-temps que ses adversaires espéreront moins en sa faveur. Car il faut dire que le pilote Ajo s’est particulièrement employé pour imposer sa loi cette année en Moto2. Jugez-en plutôt : neuf courses, huit podiums dont trois victoires. Résultat : 65 points d’avance au classement général provisoire. Pas mal, mais le tricolore prévient : le titre mondial est encore loin d’être gagné.

Dans sa quatrième saison à ce niveau et âgé de 25 ans, le Cannois conjugue à présent la vélocité avec l’expérience. Une synergie d’autant plus efficace cette année qu’il a retrouvé un Ajo Motorsport qui avait écrit de belles pages dans une carrière alors passée en 125cc. Johann Zarco, seul dans son team, est comme à la maison dans son box et il n’oublie jamais d’associer son patron et ses hommes à sa présente réussite : "J’ai mon expérience et eux me donnent une moto avec laquelle je pilote en prenant du plaisir", décrit celui qui est passé de la Suter à la Kalex.  

La partie la plus importante de mon travail est de rester calme. Ne jamais m’énerver, rester calme, c’est quelque chose sur lequel je travaille tous les jours

Johann Zarco

"Aki Ajo connait bien la compétition et j’écoute attentivement ses conseils. J’ai de très bonnes relations avec l‘ensemble de l’équipe et ça m’aide énormément." Car les relations humaines sont importantes pour ce pilote que l’on qualifiera de sensible. D’ailleurs, il insiste beaucoup aussi sur son nouveau mental : "J’essaie toujours d’aller le plus vite possible et de ne pas me bloquer sur ce qui pourrait être encore amélioré. La partie la plus importante de mon travail est de rester calme. Ne jamais m’énerver, rester calme, c’est quelque chose sur quoi je travaille tous les jours."

Maintenant, quel est son sentiment en constatant qu’il a 65 points d’avance à ce stade du championnat? "Je ne peux pas dire que je sois surpris à proprement parler. Je suis plutôt content. C’est un avantage certain et il est incroyable. Mais la faute serait de penser que le plus dur a été fait. Le chemin est encore long et tout peut encore arriver."

Alors quelle feuille de route pour les neuf épreuves qui restent? Elle est assez simple : "Poursuivre au même niveau et engranger encore des victoires et des bons résultats. Le but sera toujours de gagner, c’est un objectif qu’il faut sans cesse avoir à l’esprit, à chaque week-end de course. Bien sûr, il faudra aussi être intelligent en évitant erreurs et chutes. Mais on pensera véritablement au championnat dans la toute dernière partie de la saison. On va reprendre à Indianapolis, un tracé où je n’ai jamais vraiment réussi. Puis il y aura Brno et Silverstone. Et ensuite Misano que j’apprécie vraiment.  Je vais essayer de garder ou d’accentuer mon avance."     

Voilà la concurrence prévenue. Et ce d’autant plus que le Français ne s’arrête jamais : "Pendant les vacances, je suis allé voir la famille puis je suis allé en Catalogne pour soutenir le fils de mon manager Laurent Fellon qui court là-bas. Puis je vais remonter sur la moto pour m’entraîner." Un vrai forçat!      

Article suivant
Une saison déjà exceptionnelle pour Johann Zarco

Article précédent

Une saison déjà exceptionnelle pour Johann Zarco

Article suivant

Le frère de Valentino Rossi demande une wild-card pour Misano

Le frère de Valentino Rossi demande une wild-card pour Misano
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Moto2
Pilotes Johann Zarco
Équipes Ajo Motorsport
Auteur André Christian Cahuzac