Formule 1
14 nov.
-
17 nov.
Événement terminé
28 nov.
-
01 déc.
Événement terminé
Formule E
23 nov.
-
23 nov.
Événement terminé
17 janv.
-
18 janv.
Prochain événement dans
39 jours
WEC
08 nov.
-
10 nov.
Événement terminé
12 déc.
-
14 déc.
EL1 dans
4 jours
MotoGP
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
15 nov.
-
17 nov.
Événement terminé

Marini : "Passer ce cap qu’il nous manque pour la victoire à chaque course"

partages
commentaires
Marini : "Passer ce cap qu’il nous manque pour la victoire à chaque course"
Par :
14 mai 2019 à 12:03

Le pilote italien du team Sky VR46 s’est entretenu avec Motorsport.com au sujet de son début de saison en Moto2, ainsi que de ses attentes pour les prochaines courses, dans une catégorie bouleversée cette année par de nombreux changements s’orientant plus vers le MotoGP.

Luca Marini est considéré comme l’un des prétendants au titre de cette saison 2019 de Moto2, mais le début de saison du représentant du Sky Racing Team VR46 a été un peu en-dessous des attentes. Opéré de l’épaule durant l’hiver et pas encore à 100% de sa forme physique, il doit encore parvenir à s’adapter au nouveau format mis en place dans la catégorie. Septième du championnat à l’heure actuelle, il n'est qu'à 35 points du leader, Lorenzo Baldassarri, mais n’est pas encore parvenu à monter sur le podium.

Néanmoins, l’Italien semble convaincu qu’il ne s’agit que d’une question d’adaptation, notamment à la nouvelle Kalex motorisée par Triumph, et qu’il redeviendra bientôt un protagoniste, tout comme il l’avait été lors de la seconde partie de la saison l’an dernier.

Lire aussi :

Comment va ton épaule, il y a des progrès ? Quand seras-tu à 100% ?

Il y a eu de nets progrès après Austin. Cela a été une course très dure, comme nous nous y attendions, car il s’agit de la piste la plus difficile de l’année. Il m’a ensuite fallu une semaine pour récupérer, mais j’ai pu bien m’entraîner avant d’arriver à Jerez, et je crois être arrivé à 85%. D’ici un mois, je pense que je pourrai être à 100%, donc disons que si tout se passe comme prévu, et en douceur, je devrais être prêt pour le Mugello.

Cette année, beaucoup de choses ont changé en Moto2, dont un nouveau format des week-ends, avec des qualifications inspirées de celles du MotoGP. Comment cela se passe pour toi jusqu’à présent ?

Sincèrement, pas très bien. Cela a été difficile, car ils nous ont retiré beaucoup de minutes de piste. En comparaison au MotoGP, nous ne faisons pas les EL4, donc si nous passons directement en Q2, nous entrons en piste sans avoir roulé durant trois heures. Trouver la concentration pour faire 15 minutes au top n’est pas facile et je dois admettre que je n’ai pas été très brillant en qualifications, (sauf celles du Qatar où j’ai fait quatrième), alors que j’aurais pu faire de super chronos.

En course tu as toujours donné l’impression d’avoir un meilleur rythme que là où tu te trouvais sur la grille, donc de pouvoir faire mieux si tu étais qualifié plus devant…

Durant ce début de saison, tout n’est pas allé dans la bonne direction, mais je crois que nous avons bien travaillé. Nous faisons le maximum et je suis certain que les résultats arriveront lorsque cela sera le moment.

Une autre nouveauté importante cette saison est l’arrivée du moteur Triumph. Il te plaît ou bien tu préférais l’ancien moteur Honda, avec lequel tu étais devenu très compétitif durant la seconde partie de la saison 2018 ?

À la fin de l’année dernière, j’étais très rapide et j’avais trouvé un excellent feeling avec la moto, donc d’un côté cela m’a déplu de devoir changer, mais cela a été un bon changement. Le nouveau moteur fonctionne très bien, et il a encore sans aucun doute une marge de progression. Il représente un cap en termes de qualité dont le Moto2 avait besoin. Les motos se pilotent très bien et la nouvelle Kalex est très facile, de nombreux pilotes sont rapides. À présent que nous arrivons sur les pistes européennes et que nous entrons dans le vif du sujet, il va falloir chercher à passer ce cap qu’il nous manque pour nous battre pour la victoire à chaque course. Je pense qu’à partir de maintenant, nous pouvons faire la différence.

Ton frère, Valentino Rossi, et Marc Márquez, ont tous les deux déclaré qu’ils pensaient que cette nouvelle Moto2 était plus adaptée pour préparer au MotoGP. Tu partages leur avis ?

Absolument, je le pense aussi. C’est une moto qui vous amène à prendre des trajectoires légèrement différentes, contrairement à l’an dernier, car en ayant plus de puissance vous devez essayer de la tirer le plus vite possible afin de profiter de tous les chevaux. Elle vous prépare mieux au MotoGP en cela, mais aussi parce qu’il y a plus de travail à faire dans le box avec un composant électronique qui prend un peu de temps, mais qui est très important. C’est fondamental de s’habituer à ce genre de travail en vue d’un passage en MotoGP, où l’électronique est désormais quelque chose de primordial. Nous essayons de le perfectionner au maximum, car nous avons encore beaucoup de choses à essayer et à comprendre afin de définir une méthode de travail plus rapide.

Le travail sur l’électronique joue-t-il beaucoup en Moto2 ?

De ma propre expérience, cela peut avoir une certaine valeur en course, mais durant le week-end il faut parvenir à ne pas se tromper de voie. Cela n’apporte rien en plus, mais si on s’engage dans la mauvaise voie cela peut par contre faire perdre beaucoup. C’est donc une partie fondamentale si l’on souhaite arriver compétitif à une course et décrocher un bon résultat, mais cela ne joue pas autant qu’en MotoGP. Disons qu’en Moto2 nous sommes encore aux bases de l’électronique.

Dans quel sens cela joue-t-il en course ? Afin d’aider à avoir une meilleure gestion des pneus ?

Exactement. Nous essayons de travailler dans cette optique et je me sens très à l’aise, car lorsque le pneu s’use, vous avez la possibilité de modifier quelque chose sur la moto qui peut vous aider, sans transformer totalement votre style de pilotage.

Te serais-tu attendu à une KTM autant en difficulté en ce début de saison ?

Non, pas du tout. Je pensais qu’en repartant de zéro, ils auraient mis des moyens bien plus importants que Kalex, également du point de vue économique. J’étais également certain que Kalex aurait fait de l’excellent travail, car ils sont très forts et ont la bonne mentalité, mais je m’attendais à plus de la part de KTM. Peut-être que cela vient du fait qu’ils se sont retrouvés à développer la moto sans [Miguel] Oliveira, qui était très doué pour le faire l’an dernier, et que le style de pilotage de [Brad] Binder est très particulier. Il est extrêmement rapide, mais pour moi les autres pilotes ont du mal à piloter comme lui. Peut-être qu’il a cherché à développer une moto qui lui correspond bien, et que les autres rencontrent plus de difficultés, mais à présent que nous arrivons en Europe, ils seront surement plus rapides. Je pense que lors des premières courses, cela a surtout été une question d’incidents de parcours. Je suis convaincu que KTM est là et va revenir aux avant-postes. C’est une maison tellement grande et tellement forte que je suis certain qu’ils seront bientôt de retour dans la lutte pour la victoire.

Lire aussi :

Face à une KTM plus en difficulté, d’autres pilotes moins attendus sont arrivés aux avant-postes durant les premières courses, comme Remy Gardner ou Jorge Navarro

Il me semble que cette année, le niveau du Moto2 est très élevé, avec beaucoup de pilotes qui sont rapides car ils ont atteint la maturité pour l’être. J’ai toujours considéré Navarro comme un pilote extrêmement rapide, mais il faut néanmoins dire qu’Austin est l’une des meilleures pistes pour la Speed Up, nous nous y attendions donc. Nous devons voir un peu comment cela se déroulera lors des prochaines courses, car ce n’est pas une moto facile. Concernant les autres, personne ne me surprend, car ce sont tous des pilotes du Championnat du monde, ils sont donc très forts. Mais nous verrons dans quelques temps quels seront ceux qui se battront pour le titre.

Article suivant
KTM, un défi aussi excitant que complexe pour Tech3

Article précédent

KTM, un défi aussi excitant que complexe pour Tech3

Article suivant

Météo - Des averses attendues au Mans

Météo - Des averses attendues au Mans
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Moto2
Pilotes Luca Marini
Équipes Team VR46
Auteur Matteo Nugnes