Morbidelli, d'un parcours atypique à une euphorie très courte

Après un passage par le Superstock et trois saisons de mise en route, le nouveau Champion du monde Moto2 a acquis ses lettres de noblesse.

Morbidelli, d'un parcours atypique à une euphorie très courte
Le poleman Franco Morbidelli, Marc VDS
Franco Morbidelli, Marc VDS
Franco Morbidelli, Marc VDS, troisième de la course et Champion du monde
Franco Morbidelli, Marc VDS, troisième de la course et Champion du monde
Le poleman Franco Morbidelli, Marc VDS
Franco Morbidelli, Marc VDS, troisième de la course et Champion du monde
Podium : Franco Morbidelli, Marc VDS, troisième de la course et Champion du monde
Franco Morbidelli, Marc VDS, troisième de la course et Champion du monde
Franco Morbidelli, Marc VDS, troisième de la course et Champion du monde
Franco Morbidelli, Marc VDS, troisième de la course et Champion du monde
Franco Morbidelli, Marc VDS, troisième de la course et Champion du monde
Franco Morbidelli, Marc VDS, troisième de la course et Champion du monde
Franco Morbidelli, Marc VDS, troisième de la course et Champion du monde
Franco Morbidelli, Marc VDS, troisième de la course et Champion du monde

Franco Morbidelli a atteint son objectif : coiffer la couronne Moto2 à quelques jours seulement de ses débuts officiels en MotoGP. Neuf ans après le titre de Marco Simoncelli dans la catégorie intermédiaire lorsqu'il s'agissait encore de 250cc, il est devenu le premier Italien à remporter le Championnat Moto2 au terme d'une saison qu'il avait entamée par le premier succès de sa carrière en Grand Prix et qu'il a bien vite marquée de son sceau.

Six pole positions, 11 podiums et huit victoires plus tard, Morbidelli a été mathématiquement assuré du titre après le forfait de Thomas Lüthi sur l'avant-dernière course de la saison. La délivrance est arrivée dimanche matin, lorsqu'il a été confirmé que le Suisse devait renoncer après s'être blessé la veille en qualifications.

"Le moment d'euphorie a été très court, trois ou quatre secondes", raconte le Champion, rapidement rattrapé par la course qu'il lui restait à disputer. Ce n'est qu'à l'arrivée, alors qu'il passait la ligne en troisième position derrière les pilotes KTM, que Franco Morbidelli a véritablement pu fêter sa consécration.

Ce titre semble aujourd'hui acter un pari réussi, celui d'une carrière atypique qui a mené l'Italo-Brésilien à faire un crochet vers les dérivées de la série avant de lui ouvrir les portes des Grands Prix. "Je voulais être pilote moto, alors j'ai commencé par la minimoto comme tout le monde, ensuite je suis passé aux 125cc mais quand est arrivée l'année où je devais faire le Championnat d'Espagne en 125cc, on manquait d'argent. On a alors dû prendre un autre chemin, on est passé au Stock 600cc qui était beaucoup moins cher. À partir de là, Championnat d'Italie, puis Championnat d'Europe, je l'ai gagné, et j'ai ensuite eu l'opportunité d'aller en Championnat du monde Moto2."

Arrivé en Grand Prix fin 2013, Franco Morbidelli a disputé trois saisons complètes sans parvenir à s'imposer, mais avec une courbe de résultats en croissance constante. Un podium en 2015, puis huit l'an dernier mais une victoire qu'il ne parvenait qu'à frôler alors que Johann Zarco dominait la discipline. Finalement, et alors qu'il est déjà assuré depuis plusieurs mois de faire en 2018 ses débuts en MotoGP, le pilote Marc VDS a enclenché la spirale positive cette année.

"Je n'ai pas suivi le parcours habituel de tout le monde, je viens d'un autre monde. Au début ça a été dur et on ne savait pas si c'était le bon choix ou si le step était trop grand, mais avec ce titre on a finalement montré qu'on avait fait le bon choix", se félicite-t-il, conscient que ce titre arrive au bon moment : "Il n'y a pas de meilleure façon d'arriver en MotoGP."

Bientôt les retrouvailles avec Lüthi et Rossi

Ironie du sort, Morbidelli retrouvera l'an prochain Lüthi, son adversaire sur ce championnat, avec qui il devra établir une relation différente. Tous deux deviendront en effet coéquipiers en MotoGP à l'heure de faire leurs débuts en catégorie reine. "Ce sera intéressant de voir comment ça se passera", anticipe-t-il. "Je vais essayer d'apprendre ses compétences maintenant que je peux regarder ses datas et voir ce qu'il fait. Je peux apprendre de lui. Il a une grande expérience, il a passé beaucoup d'années dans ce championnat."

Autre nouveauté, il partagera la piste avec un certain Valentino Rossi, qu'il côtoie très régulièrement à l'entraînement. Il est ainsi le premier pilote de la VR46 Riders Academy à accéder au MotoGP, et ce n'est pas une mince fierté pour le patron de ce groupe de jeunes loups, dont les succès se multiplient dans les petites cylindrées, en Championnat du monde comme en Italie ou en Espagne.

"Je suis très content, on est très fiers de Franco", le félicite Rossi. "Il le mérite parce que cette année il a piloté à un niveau supérieur de celui des autres, il a gagné huit courses et cela veut dire que c'est une saison qu'il a dominée. C'est un gars vraiment bien, qui mérite tout, et c'est un grand plaisir de travailler avec lui et de s'entraîner avec lui. Je pense qu'il sera compétitif aussi en MotoGP." Et le Docteur l'assure : "On parlera moins de choses techniques car il sera aussi un adversaire, mais on aura toujours une bonne relation."

partages
commentaires
Oliveira et KTM enchaînent, Morbidelli savoure son titre !
Article précédent

Oliveira et KTM enchaînent, Morbidelli savoure son titre !

Article suivant

Danilo en Moto2 chez SAG Racing Team en 2018 !

Danilo en Moto2 chez SAG Racing Team en 2018 !
Charger les commentaires