Quartararo prêt à jouer le titre de Rookie de l'année en Moto2

partages
commentaires
Quartararo prêt à jouer le titre de Rookie de l'année en Moto2
Par : Léna Buffa
12 janv. 2017 à 09:45

À l'heure de faire le grand saut vers le Moto2 avec l'une des équipes les plus en vue du plateau, le Français joue la carte de la prudence, non sans une pointe d'ambition.

Fabio Quartararo, Paginas Amarillas HP 40
Fabio Quartararo, Paginas Amarillas HP 40
Fabio Quartararo, Paginas Amarillas HP 40
Fabio Quartararo, Leopard Racing
Fabio Quartararo, Paginas Amarillas HP 40
Fabio Quartararo, Paginas Amarillas HP 40
Fabio Quartararo, Paginas Amarillas HP 40
Deuxième temps des qualifications pour Fabio Quartararo, Leopard Racing
Fabio Quartararo, Paginas Amarillas HP 40
Fabio Quartararo, Paginas Amarillas HP 40
Fabio Quartararo, Leopard Racing
Fabio Quartararo, Leopard Racing
Fabio Quartararo, Leopard Racing
Fabio Quartararo, Leopard Racing, KTM
Fabio Quartararo, Leopard Racing
Fabio Quartararo, Leopard Racing
Joan Mir, Leopard Racing, Fabio Quartararo, Leopard Racing
Fabio Quartararo, Leopard Racing

Après deux saisons dans la plus petite catégorie du Championnat du monde, Fabio Quartararo s'en va cette année grossir les rangs du Moto2. S'il se refuse à avancer des objectifs trop ambitieux, il a néanmoins placé dans sa ligne de mire le statut de meilleur débutant de cette saison 2017, qu'il devra disputer à de gros clients tels Brad Binder, Jorge Navarro et Pecco Bagnaia, trois des quatre hommes de tête de la cuvée 2016 du Moto3.

"Je ne veux pas encore m'avancer sur mes objectifs après quatre jours de tests seulement. Après les trois premières courses en arrivant à Jerez, je pourrai commencer à me fixer des objectifs", suggère le Français sur le site officiel du MotoGP. "Évidemment, les objectifs d'un pilote sont toujours d'être devant, mais cela sera sans doute très difficile dans une nouvelle catégorie aussi disputée. Être le meilleur rookie de l'année serait déjà une très bonne chose pour cette première saison."

Le Moto3, plus compliqué qu'attendu

Si Quartararo fait preuve de prudence, il faut dire que ce passage à l'échelon supérieur peut surprendre, alors que son parcours en Moto3 ne lui a pas permis de concrétiser un potentiel qui alimentait bien des spéculations à son arrivée. Petit prodige de la moto, formé à l'école espagnole et champion de l'autre côté des Pyrénées, il est arrivé en Championnat du monde précédé par une réputation de "nouveau Márquez". Il était alors si jeune qu'il a bénéficié d'un changement exceptionnel de règlement autorisant les moins de 16 ans à faire leur entrée à condition d'avoir remporté le CEV.

Deux ans plus tard, et désormais âgé de 17 ans, Fabio Quartararo n'a pas encore connu la victoire et n'est monté qu'à deux reprises sur le podium l'an passé. Ses débuts s'étaient avérés prometteurs, avec des tours en tête dès son premier Grand Prix, puis un podium et deux pole positions dans les semaines qui ont suivi. Las, dans une catégorie des plus disputées, son bilan a stagné et ses difficultés ont eu raison des ambitions qu'on lui prêtait, si bien que cette seconde saison lui a rapporté moins de points que la première, pourtant marquée par une blessure.

S'il assure que la découverte des pistes qui lui étaient encore étrangères (suite à sa convalescence de 2016) ne lui a pas posé de difficultés particulières, c'est en revanche du côté de sa moto qu'il trouve l'explication d'un bilan qui n'a pas été à la hauteur de ses attentes l'année dernière : "L'adaptation n'était pas mon problème, mais m'adapter rapidement à une moto qui n'était pas bien réglée m'a manqué pour être devant."

"Je pense que 2016 a été l'année la plus difficile pour moi. Nous avons rencontré beaucoup de problèmes et l'équipe et moi avons eu du mal à nous adapter à la KTM sur toutes les épreuves", relate le Niçois. "Pourtant, en regardant les performances de [Brad] Binder, nous savions que la KTM n'avait pas de soucis particuliers. Cependant, j'avais toujours une moto différente sur chacune des courses. Je ne ressentais jamais la même chose."

Écrire une nouvelle histoire avec Pons

Voyant que ces deux ans de labeur n'avaient pas été récompensés, Fabio Quartararo n'a pas souhaité s'entêter. Il a opté pour une évolution rapide, certain que l'ensemble de son parcours, et notamment les succès acquis dans la série espagnole, constitue un bagage riche.

"Après cette saison compliquée, il était temps pour moi de passer en Moto2", résume-t-il, d'autant plus convaincu qu'il fait le grand saut avec l'une des structures phare du championnat, qui a vu passer les Pol Espargaró (sacré en 2013), Maverick Viñales ou encore Álex Rins, aujourd'hui tous pilotes officiels en MotoGP. Nouvelle recrue du team Pons - autrement dit Páginas Amarillas HP 40 -, le Français mesure la chance qui est la sienne de pouvoir poursuivre son apprentissage avec ce team : "Je ne pouvais pas manquer une opportunité comme celle-ci."

C'est donc un nouveau chapitre de sa carrière que Fabio Quartararo s'apprête à ouvrir, un chapitre pour lequel sa préparation s'est jusqu'à présent limitée à deux séances d'essais à Jerez, puis Valence. Court, mais déjà enthousiasmant : "Les premiers tests se sont très bien passés et je pense que ce furent les meilleurs jours de ma vie, surtout à Jerez. Il y a un très grand pas entre le Moto3 et le Moto2, et les sensations sont géniales : la vitesse et le poids m'ont impressionné. La progression que j'ai entretenue entre mes premiers tours de roue et les derniers a été impressionnante."

"Il faudra principalement que je roule le plus possible pour m'adapter à une moto assez lourde et puissante. Il faudra aussi que je m'adapte aux pneus", anticipe El Diablo. "Je vais me programmer un planning d'entraînement avec une 600cc en plus de m'entraîner en Supermoto ou en dirt-track. Je pense que ce sont les points les plus importants pour moi."

"Je pense que mon style de pilotage et ma morphologie sont plus adaptés à ceux d'une Moto2 en comparaison à une Moto3 où j'avais parfois du mal à me cacher derrière la bulle," souligne le jeune Français, épaulé par Randy de Puniet depuis plusieurs mois. "J'ai toutes mes cartes à jouer et je pense que je serai là pour me battre pour le titre de rookie."

"C'est une nouvelle catégorie. Ce n'est peut-être pas le plus grand pas à franchir, mais cela reste l'un des plus grands. Il faut se fixer des objectifs clairs et garder les pieds sur terre. Je suis assez serein et je reste simple. Il faut que j'essaie de progresser course après course, entraînement après entraînement. Pour le moment, je reste concentré sur mon entraînement et je ne veux pas me fixer des objectifs au-delà de mes valeurs", conclut le jeune pilote.

Article suivant
Triumph va remplacer Honda en tant que motoriste du Moto2

Article précédent

Triumph va remplacer Honda en tant que motoriste du Moto2

Article suivant

Magneti Marelli fournira les systèmes ECU au Moto2 à partir de 2019

Magneti Marelli fournira les systèmes ECU au Moto2 à partir de 2019
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Moto2
Pilotes Fabio Quartararo
Équipes Pons Racing
Auteur Léna Buffa