Zarco à son zénith, Rins et Lowes perdent gros

Le Français a consolidé son rang de leader au Championnat après une victoire pleine d'intelligence, alors que ses rivaux ont abandonné.

Zarco à son zénith, Rins et Lowes perdent gros
Podium : le vainqueur Johann Zarco, Ajo Motorsport, le deuxième, Jonas Folger, Dynavolt IntactGP, le troisième, Julian Simon, QMMF Racing Team
Johann Zarco, Ajo Motorsport
Alex Marquez, Marc VDS
Johann Zarco, Ajo Motorsport
Franco Morbidelli, Marc VDS
Alex Marquez, Marc VDS
Jesko Raffin, SAG Team
Chute de Sam Lowes, Federal Oil Gresini Moto2
Franco Morbidelli, Marc VDS
Franco Morbidelli, Marc VDS
Johann Zarco, Ajo Motorsport et Jonas Folger, Dynavolt IntactGP
Johann Zarco, Ajo Motorsport
Sam Lowes, Federal Oil Gresini Moto2
Marcel Schrotter, AGR Team
Thomas Lüthi, Interwetten
Robin Mulhauser, CarXpert Interwetten
Alex Rins, Paginas Amarillas HP 40
Xavi Vierge, Tech 3 Racing
Charger le lecteur audio

Sur le Sachsenring, les observateurs ont pu se rendre compte de l'efficacité de Johann Zarco. Calme, concentration, précision dans ses attaques, et surtout la rage de vaincre face à Jonas Folger ont permis au Français de frapper fort.

Lorsque l'Allemand a tenté une attaque au cordeau dans l'ultime virage, le Champion Moto2 en titre n'a pas paniqué et a utilisé une trajectoire privilégiant l'accélération pour venir le sauter sur la ligne.

''Je ne voulais pas prendre trop de risques, car je me suis fait quelques frayeurs auparavant. Quand l'équipe m'a annoncé qu'Alex Rins avait abandonné, je me suis quelque peu relâché - mais pas trop, car je voulais gagner. Folger m'a doublé mais il allait trop vite et j'ai pu le repasser'', explique le leader du Championnat.

Son patron Aki Ajo ne tarit pas d'éloges sur le futur pilote Tech 3 : ''Aujourd'hui, Zarco a prouvé pourquoi il avait été Champion du monde. Beaucoup de pilotes sont capables de rouler à une allure élevée, mais ceux qui peuvent gérer ces conditions de piste sont plus rares.''

Son adversaire du jour avait pourtant planifié son offensive. ''À la mi-course, les gars à l'avant prenaient beaucoup de risques ; alors j'ai préféré me montrer raisonnable et attendre la fin. Je me suis dit ''c'est à mon tour'' d'aller vite dans les trois derniers tours. Zarco était quasiment imbattable sur les freins. Après l'avoir passé, j'ai pensé qu'il ne m'aurait pas doublé si je freinais dans le virage. Mais il est quand même parvenu à le faire !''

Attendue par certains, redoutée par d'autres, la pluie était présente pour la course. La hiérarchie allait certainement évoluer, puisque les qualifications ont eu lieu sur piste sèche. Le poleman Takaaki Nakagami, sur sa lancée d'un succès à Assen, ne visait rien moins que la victoire en Allemagne. Mais il perdit l'avant de sa Kalex après sept tours et, même s'il pouvait repartir le cuir râpé, les points de la 11e place ne sont qu'une maigre consolation.

On assistait ensuite à une course à élimination. Marcel Schrötter avait à cœur de se mettre en valeur devant son public. Rapidement remonté au pied du podium, il glissait et et n'avait plus qu'à renoncer ses rêves de belle performance à la maison.

Des favoris au tapis

Ensuite ce fut au tour de l'équipe Marc VDS de voir ses pilotes partir au tapis, alors qu'ils étaient particulièrement entreprenants. Si le contact avec le sol est devenu une habitude pour le petit frère de Marc, Alex Márquez (cinquième abandon en 2016), son équipier Franco Morbidelli pouvait légitiment s'en vouloir après une perte de contrôle, alors qu'il était en tête à six tours du but ! ''J'étais perturbé ensuite, et j'ai chuté une nouvelle fois'', explique l'Italien.

Dans les dernières minutes d'effort, il n'y avait plus qu'Alex Rins et Johan Zarco à viser la gagne. Mais la surprise s'empara des spectateurs lorsqu'ils virent une moto jaune dans le bac à gravier ; c'était Rins ! Le plus dangereux rival du Français venait de sortir de la piste en bout de ligne droite, à haute vitesse. Il se relevait avec un pied droit égratigné. C'est en tout cas une catastrophe pour lui au Championnat, et il le sait. ''J'avais des problèmes de visibilité avec de la buée sur ma bulle. Tout s'est compliqué à partir de cet instant. Je pense déjà à récupérer ces 25 points de retard sur Zarco'', conclut-il.

L'autre grand adversaire de Zarco, Sam Lowes, a doublement tâté le bitume allemand. ''La moto était assez endommagée après mon premier crash. Mais je n'ai pas pu prendre les freins comme il le fallait et j'ai glissé. C'est dommage, même si je n'étais que 12e. Les trois prochaines manches seront cruciales pour le Championnat ; Zarco est fort quelles que soient les conditions.''

Moto2 - Sachsenring - Course

PosPiloteMotoÉcart
1  Johann Zarco  Kalex  
2  Jonas Folger  Kalex 0.059
3  Julian Simon  Speed Up 20.433
4  Mattia Pasini  Kalex 30.455
5  Lorenzo Baldassarri  Kalex 31.771
6  Luca Marini  Kalex 34.201
7  Hafizh Syahrin  Kalex 41.942
8  Jesko Raffin  Kalex 47.955
9  Isaac Viñales  Tech 3 49.759
10  Dominique Aegerter Kalex 51.047
11  Takaaki Nakagami  Kalex 1'05.386
12  Remy Gardner  Kalex 1'13.865
13  Robin Mulhauser  Kalex 1'19.545
14  Edgar Pons  Kalex 1'30.502
15  Sandro Cortese  Kalex 2 Tours
AB  Alex Rins  Kalex 3 Tours
AB   Franco Morbidelli Kalex 3 Tours
AB   Sam Lowes  Kalex 4 Tours
AB   Alex Marquez  Kalex 5 Tours
AB   Xavier Simeon  Speed Up 8 Tours
AB   Thomas Luthi  Kalex 12 Tours
AB   Axel Pons  Kalex 19 Tours
AB   Ratthapark Wilairot  Kalex 21 Tours
AB   Simone Corsi  Speed Up 24 Tours
AB   Xavi Vierge  Tech 3 24 Tours
AB   Marcel Schrötter  Kalex 25 Tours
AB   Miguel Oliveira  Kalex 26 Tours

 

partages
commentaires
Nakagami vainqueur, Zarco nouveau leader
Article précédent

Nakagami vainqueur, Zarco nouveau leader

Article suivant

Johann Zarco leader à la mi-saison : "Rien n'est encore fait"

Johann Zarco leader à la mi-saison : "Rien n'est encore fait"