Zarco s'offre un bouquet final avant de quitter le Moto2

Le double Champion du monde a régalé les fans en sortant vainqueur d'un âpre duel avec Franco Morbidelli. Le podium final du championnat n'a pas évolué malgré l'intensité de la course.

Les commentaires dithyrambiques ne manquent pas pour qualifier cette dernière course de l'année : palpitante, endiablée, folle ! Un bouquet final somptueux que l'on doit à Johann Zarco et Franco Morbidelli.

Les enjeux du week-end étaient pourtant bien différents pour les deux hommes. Le Français souhaitait montrer à la planète moto qu'il est le maître du Moto2, avant de partir vers la catégorie reine. L'Italien, qui restait sur une remarquable série de quatre podiums d'affilée, n'avait qu'une ambition : enfin signer la première victoire de sa carrière dans la discipline ! Le pilote du team Marc VDS pouvait même terminer la saison sur le podium du championnat en cas de résultat probant.

En effet, si le titre mondial était déjà assuré pour Zarco, le nom de son dauphin restait à déterminer à Valence. Tom Lüthi ne disposait que de 17 unités d'avance sur Álex Rins et Franco Morbidelli. Le Suisse, malgré un forfait pour blessure à Brno, a réalisé sa meilleure saison dans la catégorie intermédiaire. Ses deux succès consécutifs à Motegi et Phillip Island avaient fait de lui le favori pour ce titre honorifique, néanmoins cette place était aussi dans le viseur de Rins. L'Espagnol, en partance vers l'écurie Suzuki en MotoGP, a traversé une période difficile cet automne, marquée par le réveil d'une douleur à sa clavicule cassée.

Lors des essais qualificatifs, ce trio de combattants n'a rien pu faire contre la réussite de Zarco. Le double Champion du monde signait sa 15e pole en Moto2, mais avec seulement six millièmes d'avance sur Lüthi... autant dire que la course s'annonçait indécise !

Duel passionnant

Cette fois, Johann Zarco a été l'auteur d'un excellent envol. Paré pour l'occasion d'un casque inédit, le Français emmenait Morbidelli, Lüthi et Rins. Tandis que Mattia Pasini, qualifié en deuxième ligne, rétrogradait, les quelques 100'000 spectateurs massés dans les tribunes du circuit Ricardo Tormo allaient assister à la plus belle bagarre de la saison.

Les meilleurs, rien que les meilleurs ! Telle était l'obligation pour se présenter dans cette lutte mettant aux prises les quatre premiers du classement général. Tout commença à l'entame du troisième tour, lorsque Morbidelli tentait une manœuvre sur Zarco. Ce dernier réagit dans l'instant ou presque, tandis que Rins en profitait pour s'infiltrer à l'intérieur. Lüthi quant à lui se contentait d'observer.

 

Il devint très vite ardu de comptabiliser le nombre de dépassements entre Zarco et Morbidelli. À toi, à moi, on ne sut plus où donner de la tête ! Les deux belligérants n'avaient plus rien à perdre ou presque. Chaque tour accompli semblait être le dernier, tant la tension était à son comble !

L'incroyable ballet était certes plus qu'enflammé, mais toujours empreint d'un certain respect, comme l'explique Morbidelli : "C'était une super bataille ! C'était très plaisant de se bagarrer ainsi, chaque dépassement était à la limite, mais c'était propre. J'ai pris beaucoup de plaisir !"

 

Pendant que les commentateurs et les fans s'égosillaient, Zarco enfila le costume de patron du Moto2 après la mi-course. Le futur pilote Tech3 en MotoGP prenait les choses en main pour signer plusieurs meilleurs tours, et ainsi s'échapper. Et comme il l'avait anticipé avant le départ, il créa la différence à mesure que le drapeau à damier approchait.

La science de la course par Zarco

"Je suis très heureux car la stratégie a parfaitement fonctionné. [Samedi], j'étais content de partir depuis la pole, mais quand j'ai analysé la séance, j'ai compris qu'il me manquait quelques dixièmes, et qu'il serait difficile de suivre Tom et Franco. Alors [dimanche], j'ai pensé que je devais saisir chaque opportunité, ne pas les laisser partir devant et bagarrer dès le début pour me sentir mieux", expliquait le vainqueur.

"Je savais qu'après 15 tours je pouvais aller plus vite, et c'est exactement ce qu'il s'est passé", précisait-il. Des déclarations qui soulignent la maturité du Champion du monde, et sa capacité à se remettre en question, lui qui, à Valence, a su se plonger dans la bagarre dans la victoire dès le départ.

Preuve de l'âpreté de la lutte, Morbidelli allait ensuite se faire déposer par Tom Lüthi, son pneu arrière n'ayant pas résisté à l'allure du Français. Un dépassement dans les derniers instants d'épreuve qui permettait au Suisse de signer son sixième podium de la saison, juste devant l'Italien. "Je suis très fier de cette place", commentait Lüthi, assuré du deuxième rang du championnat. "La course a été très difficile ; j'ai connu des soucis de grip et j'ai vraiment roulé à la limite. Dans la seconde partie d'épreuve, j'ai néanmoins pu hausser encore le rythme."

Bilan mitigé pour Rins et Marini

Au pied du podium, on ne retrouvait pas Álex Rins, mais Sam Lowes ! L'Anglais, qui n'avait accompli que quatre tours lors des trois dernières manches, a retrouvé le mode d'emploi de sa Kalex pour rester sur ses roues. De quoi redonner confiance au pilote avant de chevaucher l'Aprilia demain, mais aussi à son patron Fausto Gresini.

Quant à Rins, il quitte la catégorie - pour rejoinrre Suzuki en MotoGP - sur une modeste cinquième place. Son classement final au championnat (troisième avec 214 points) est moins élevé que l'an dernier, où il avait terminé vice-Champion avec 20 points de plus.

Du côté du titre de Meilleur débutant de l'année, un retournement de situation complet est intervenu. Arrivé à Valence comme relatif favori avec un petit point d'avance, Luca Marini est passé au travers de sa prestation finale. L'Italien s'est fait souffler le titre, non pas par son principal rival Miguel Oliveira, mais par Xavi Vierge !

Sans doute galvanisé par son public, l'Espagnol a converti sa dix-neuvième place sur la grille en douzième place finale. "Oliveira me prenait un dixième au tour. Dans le final, j'ai piloté aussi vite que possible ; c'est super d'être Rookie de l'année", explique celui qui pilotait la Mistral 610 de l'équipe Tech3.

Après une telle course, les pilotes de la catégorie intermédiaire pouvaient se relâcher. La saison n'a pas manqué de rebondissements ; quoique battu, et finalement jamais vainqueur, Franco Morbidelli s'annonce comme un challenger de premier ordre pour l'exercice à venir...

Moto2 - Valence - Course

PosPiloteMotoÉcart
1  Johann Zarco  Kalex 43'17.626
2  Thomas Luthi  Kalex 3.281
3  Franco Morbidelli  Kalex 4.981
4  Sam Lowes  Kalex 5.636
5  Alex Rins  Kalex 5.850
6  Takaaki Nakagami  Kalex 11.605
7  Mattia Pasini  Kalex 16.391
8  Jonas Folger  Kalex 16.964
9  Danny Kent  Kalex 17.451
10  Marcel Schrötter  Kalex 17.668
11  Simone Corsi  Speed Up 20.455
12  Xavi Vierge  Tech 3 20.911
13  Miguel Oliveira  Kalex 21.650
14  Lorenzo Baldassarri Kalex 22.581
15  Hafizh Syahrin  Kalex 23.734
16  Xavier Simeon  Speed Up 26.328
17  Jesko Raffin  Kalex 29.421
18  Remy Gardner  Kalex 29.667
19  Edgar Pons  Kalex 29.749
20  Ratthapark Wilairot  Kalex 39.289
21  Robin Mulhauser  Kalex 43.105
22  Luca Marini  Kalex 43.532
23  Julian Simon  Speed Up 51.271
24  Iker Lecuona  Kalex 56.617
Ab.   Alex Marquez  Kalex 10 tours
Ab.   Isaac Viñales  Tech 3 17 tours
Ab.   Federico Fuligni  Kalex 22 tours
Ab.   Sandro Cortese  Kalex 23 tours
Ab.   Axel Pons  Kalex 23 tours
Ab.   Hugo Clere  TransFIORmers 23 tours
Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Moto2
Événement Valence
Sous-évènement Course
Circuit Valencia
Pilotes Thomas Lüthi , Johann Zarco , Miguel Oliveira , Álex Rins , Sam Lowes , Franco Morbidelli , Luca Marini , Xavi Vierge
Type d'article Résumé de course