Rossi et Miller en faveur de sanctions exemplaires pour les jeunes pilotes

Relancer la course Moto3 après un premier drapeau rouge était, selon Valentino Rossi, comparable à une "roulette russe". Le pilote italien en appelle surtout à la sévérité de la direction de course face à de jeunes pilotes dont l'attitude est devenue beaucoup trop agressive.

Rossi et Miller en faveur de sanctions exemplaires pour les jeunes pilotes

Les images glaçantes de la course Moto3, dimanche à Austin, venues s'ajouter à bien trop d'accidents effrayants et surtout trois dont l'issue a été dramatique rien que cette saison dans les petites catégories mondiales, ont provoqué la colère de nombreux pilotes. Parmi les plus virulents, Valentino Rossi s'est avant tout ému de la décision de relancer la course alors qu'elle avait déjà subi une interruption au drapeau rouge après la chute de Filip Salac.

"Pour moi, ils ont fait une erreur car ils ont fait repartir le Moto3 pour cinq tours, et c'est trop dangereux. C'est comme la roulette russe !" a commenté le pilote italien. "Ils auraient dû essayer d'évacuer Salac le plus vite possible et de ne pas agiter le drapeau rouge, car c'est très dangereux d'organiser un nouveau départ. Mais, surtout, faire une course de cinq tours… Ils sont déjà totalement hors de contrôle dans une course normale, alors imaginez sur cinq tours. Donc, à mon avis, c'était le mauvais choix."

"Mais le plus grave, je pense, c'est le comportement de ces pilotes en piste, car ils sont complètement fous et trop dangereux", a poursuivi Valentino Rossi. "Quand ils sont petits, on leur apprend à être plus qu'agressifs et à essayer de tout le temps mettre leur adversaire dans une situation difficile. C'est ce qui s'est passé [dimanche]."

Le responsable de la VR46 Riders Academy a vu l'un de ses pilotes directement impliqué dans l'accrochage, Andrea Migno ayant été le premier à frapper de plein fouet la moto au sol de Jeremy Alcoba, avant que Pedro Acosta subisse le même sort. Miraculeusement, aucun des pilotes impliqués n'a été blessé, mais Migno a témoigné de la terreur qu'il a ressentie en s'exprimant dans les minutes qui ont suivi auprès de la télévision italienne.

Du haut de ses 24 ans, il en a appelé à la responsabilité des instances dirigeantes afin de mettre un coup d'arrêt aux comportements dangereux en piste. "Notre chute était potentiellement mortelle", a déclaré le jeune pilote au micro de Sky Italia, son visage habituellement souriant ayant laissé la place à un regard terrifié. "Ceux qui sont aux responsabilités doivent faire quelque chose maintenant. Que faut-il de plus ? Cette année, trois pilotes sont déjà morts à cause d'accidents de ce type, on ne peut pas continuer comme ça. On ne peut pas courir comme ça. Aujourd'hui encore, on a risqué que quelqu'un meure. Il faut dire la vérité et faire quelque chose maintenant. Il n'est plus possible d'attendre. Pendant la chute, j'ai eu très peur. Il faut prendre une décision maintenant !"

L'appel déchirant de Migno a pour ainsi dire été entendu, puisque Deniz Öncü a été suspendu pour deux Grands Prix, jugé responsable d'avoir changé de trajectoire en pleine ligne droite et d'avoir engendré un choc entre l'arrière de sa moto et l'avant de celle d'Alcoba. Appuyant les propos de son pilote, Rossi a salué la sanction annoncée dans la soirée par la direction de course.

"Öncü a bougé dans la ligne droite tout en sachant qu'il avait un autre pilote à côté de lui et il a causé un accident qui aurait potentiellement pu être mortel. J'ai eu très, très peur pour tout le monde, et aussi parce que j'avais Migno qui était impliqué. Et puis Acosta est tombé de façon terrifiante et on a eu beaucoup, beaucoup de chance qu'il ne se soit rien passé", a souligné Rossi, qui déplorait l'excès d'agressivité des jeunes pilotes il y a quelques jours.

"Ils sont fous, il faut faire quelque chose. Ça fait trop longtemps qu'on dit qu'en ligne droite on ne peut pas changer de trajectoire et couper la route aux autres, alors à mon avis il faut qu'ils restent à la maison, sinon la situation est vraiment hors de contrôle", a poursuivi le pilote au numéro 46.

Ils sont fous, il faut faire quelque chose. Ça fait trop longtemps qu'on dit qu'en ligne droite on ne peut pas changer de trajectoire et couper la route aux autres. Il faut qu'ils restent à la maison, sinon la situation est vraiment hors de contrôle.

Valentino Rossi

"Il faut qu'ils fassent quelque chose de sérieux pour ces jeunes pilotes, dès le début. Il faut qu'ils restent chez eux et qu'ils ne courent pas, je pense que c'est juste. La situation doit changer avant que quelque chose arrive. Les courses moto sont trop dangereuses pour qu'on ait ce genre d'attitude en piste. Il faut respecter sa propre sécurité et celle de ses adversaires. C'est le plus important, plus que toute position. Sinon, on peut jouer avec la vie de jeunes garçons et c'est potentiellement un désastre."

Il y a encore quelques jours, dans une interview pour l'édition italienne de Motorsport.com, Jorge Lorenzo militait pour que les sanctions soient alourdies en cas de pilotage inapproprié. Le Majorquin n'oublie pas qu'en 2007 il a lui-même écopé d'une suspension d'une course alors qu'il évoluait en 250cc, une pénalité dont il a a souvent dit depuis qu'elle lui avait mis du plomb dans la tête.

Pour Valentino Rossi, ce type de réaction de la direction de course est nécessaire pour ramener de l'ordre dans les petites catégories. "À mon avis, deux Grands Prix à la maison, c'est une pénalité juste. Quand un pilote reste chez lui pour deux Grands Prix, je pense que la fois suivante il ne le refait plus, ou en tout cas ça le fait réfléchir. Si on le sanctionne de trois positions ou de dix minutes [au stand] en essais, il le refait. Par contre, s'il passe deux Grands Prix à la maison et qu'il doit se contenter de regarder la TV depuis son canapé, la fois suivante il y pensera. Et puis, à mon avis, les pilotes les plus dangereux sont toujours les mêmes. Quand on regarde les courses Moto3, on sait bien de qui il s'agit. Les commissaires devraient aussi s'appuyer là-dessus : aujourd'hui lui donner deux courses et s'il le refait cinq. Parce qu'il faut essayer d'éduquer ceux qui dépassent toujours les limites."

Lire aussi :

Lui aussi très direct sur le sujet, Jack Miller s'est félicité qu'un accident aussi violent soit survenu sur une piste large, mais avec le sentiment qu'il s'agit d'un nouveau rappel à l'ordre qui doit engendrer une réaction à la hauteur.

"Ce n'était pas de la malchance, c'est quelqu'un qui a bougé en ligne droite de façon flagrante", a pointé l'Australien. "Des conneries comme ça, il y en a eu toute l'année. À Barcelone, par exemple, j'ai retenu mon souffle pendant la course [Moto3] à cause de ce genre de manœuvre dans la ligne droite. Et aujourd'hui, franchement, ça n'était pas bien. C'était vraiment, vraiment, vraiment moche. Je suis vraiment content que tous ceux qui ont été impliqués aient pu s'en sortir, surtout Acosta et Migno qui ont été des spectateurs innocents dans toute cette histoire. Ils essayaient juste d'utiliser l'aspiration comme des êtres humains normaux et des idiots devant se sont rentré dedans et ont mis une moto au milieu de la ligne droite."

"Je pense que le plus important, c'est qu'on a de la chance que ça se soit passé ici, au Texas, où on peut faire atterrir un Boeing 747 dans la ligne droite, parce qu'elle est large et il y a donc de la place pour que les autres passent, mais si c'était arrivé à Jerez ou une piste comme ça, je ne pense pas que l'issue [aurait été bonne]. On a vu jusqu'où ils se sont envolés, et que Pedro ait atterri à cet endroit et qu'il ait ensuite glissé comme ça contre l'armco, c'est fantastique. Mais ça aurait pu être vraiment bien pire."

"Il vaut mieux ne pas y penser, mais je pense clairement que le fait qu'ils aient envisagé de relancer la course était stupide. Ces gars ont besoin d'être punis, il faut qu'ils comprennent qu'on ne peut pas faire ça chaque semaine, parce que, putain, si ça continue comme ça, ça ne terminera pas bien", a conclu Jack Miller.

Lire aussi :

partages
commentaires
Márquez a "ralenti la course" avant de porter le coup de grâce
Article précédent

Márquez a "ralenti la course" avant de porter le coup de grâce

Article suivant

Jorge Martín juge sa pénalité injuste

Jorge Martín juge sa pénalité injuste
Charger les commentaires