2019, "la meilleure saison" de Mir en termes d'apprentissage

Débutant en MotoGP l'année dernière, le Majorquin se prépare à aborder une deuxième saison avec Suzuki, alors qu'il a d'ores et déjà prolongé son contrat avec l'écurie de Hamamatsu pour deux ans de plus.

2019, "la meilleure saison" de Mir en termes d'apprentissage

Après une mise en route difficile sur les premières manches du championnat, Joan Mir, rookie en 2019, a commencé à accumuler les bons résultats en Catalogne, avant de subir un coup d'arrêt important à Brno. Lors des essais suivant le Grand Prix, l'Espagnol a lourdement chuté, se blessant au point de ne pouvoir participer aux courses suivantes, dont le GP de Grande-Bretagne, remporté par son équipier Álex Rins.

La deuxième partie de saison du Champion du monde Moto3 2017 allait néanmoins s'avérer solide, et à l'heure de tirer le bilan de cette première saison en catégorie reine, le numéro 36 n'avais pas à rougir. Si les coups du sort ont semblé s'accumuler, il ne renie pas un apprentissage très important, qu'il entend désormais mettre en pratique dès que sa deuxième saison débutera.

"L'année dernière, j'ai été assez malchanceux. Lors des Grands Prix où Álex est monté sur le podium, je ne pouvais pas vraiment être là. Austin était ma deuxième course en MotoGP, Jerez était ma quatrième et je suis tombé, mais la moto fonctionnait très bien. Et à Silverstone, je ne pouvais pas courir parce que j'étais blessé", explique-t-il à Motorsport.com en évoquant les courses lors desquelles son coéquipier a terminé dans le top 3. "Quand je suis revenu, lors de la course suivante à Misano, j'étais aux avant-postes et je me suis battu avec Álex. Pendant la dernière partie du championnat, j'étais avec lui et il n'a lui non plus obtenu [aucun podium]."

Lire aussi :

"Je pense qu'alors que les autres ont évolué, nous sommes restés là où nous étions, il nous a manqué quelque chose. La blessure a stoppé ma progression, mais je suis très satisfait de la manière dont ça s'est passé quand je suis revenu, toujours dans le top 8 et même dans le top 6. En 2019, j'ai été très malchanceux, mais ce fut une très bonne année en termes d'apprentissage."

S'il a pu apprendre énormément de son équipier Álex Rins, Joan Mir s'est aussi inspiré des autres pilotes de pointe du championnat. Il a ainsi appris à changer son approche sur la moto, en optant pour un style moins agressif : "Celui dont on apprend le plus, c'est toujours son coéquipier, car c'est avec lui que l'on compare les données. Mais j'ai beaucoup appris des meilleurs pilotes, ceux qui sont là pour gagner des courses. La position et la façon dont ils emmènent la moto, linéaire, parfaite... Ils semblent être très agressifs, mais en fait ils sont très doux dans leur façon de rouler. C'est en étant doux que l'on va plus vite, et c'est ce que j'ai eu le plus de mal à comprendre."

Le pilote Suzuki a également indiqué avoir adopté une approche très pragmatique concernant ce qu'il devait améliorer au fil des semaines lors de sa première année. Il lui reste encore énormément de choses à apprendre, mais Mir se montre encouragé par toutes les données accumulées pendant sa première saison, en attendant toujours la deuxième, retardée en raison de la pandémie de COVID-19.

Lire aussi :

"Je peux m'améliorer dans de nombreux domaines. J'ai eu beaucoup de réunions avec les techniciens à ce sujet, surtout avec mon chef mécano [Francesco Carchedi], je leur demande toujours ce que je peux améliorer, et il m'en disent de moins en moins. Au début, il m'a fait une feuille avec tous les aspects sur lesquels je pouvais travailler, et peu à peu la feuille s'est vidée, même s'il est clair que j'ai encore beaucoup de choses à apprendre."

"La saison dernière, je n'ai pas obtenu de très bons résultats, mais en termes d'apprentissage, c'était de la bombe, la meilleure. Je pense que je peux m'améliorer en étant plus fin, plus précis, en travaillant sur cette agressivité que j'ai eue toute ma vie, en la peaufinant sur les freins, en sachant compenser l'agressivité nécessaire sur les freins par la douceur qu'exigent les virages."

Propos recueillis par German Garcia Casanova

partages
commentaires
Morbidelli est plus rapide qu'il ne l'a montré, selon son ingénieur

Article précédent

Morbidelli est plus rapide qu'il ne l'a montré, selon son ingénieur

Article suivant

Jorge Lorenzo au départ du prochain GP virtuel

Jorge Lorenzo au départ du prochain GP virtuel
Charger les commentaires
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021
Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi Prime

Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi

En sa qualité de patron d'équipe, Valentino Rossi va entrer de façon imminente dans une nouvelle ère dans sa carrière, et celle-ci aura une influence considérable sur un certain nombre de pilotes et d'équipes du championnat. Mais c'est précisément chez Yamaha que se fera sentir l'un des plus gros impacts car la marque joue un rôle central dans cet épisode et pourrait en conséquence perdre ses liens avec le Docteur.

MotoGP
23 juin 2021
Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité ! Prime

Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité !

Prendre le sillage d'un rival pour gagner en performance... ou être celui qui est accroché et donne, de son plein gré ou non, un avantage à un concurrent. Le sujet n'a pas pas fini de faire parler, mais crée en tout cas des dynamiques intéressantes entre les pilotes du plateau MotoGP.

MotoGP
10 juin 2021
Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ? Prime

Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ?

Aveu d'échec mais coup de pouce possiblement bienvenu : l'éligibilité à des concessions en MotoGP peut être vue de plusieurs manières, comme en témoignent les réactions de Marc Márquez et Pol Espargaró à cette évocation...

MotoGP
6 juin 2021
Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre" Prime

Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre"

Toujours aussi passionné, mais aussi ancré dans la réalité, l'ancien pilote Lucio Cecchinello partage avec nous son regard sur les effets de la crise actuelle en MotoGP et la manière dont le championnat devrait selon lui évoluer.

MotoGP
28 mai 2021
Hervé Poncharal, taille patron Prime

Hervé Poncharal, taille patron

Patron du team Tech3 et président de l'IRTA, Hervé Poncharal est une figure incontournable du MotoGP. Aussi impliqué dans le sauvetage du championnat face à la crise sanitaire que touché par l'évolution de la planète, le Français a partagé avec nous son regard sur le monde.

MotoGP
26 mai 2021
Que doit faire Marc Márquez pour revenir à son meilleur niveau ? Prime

Que doit faire Marc Márquez pour revenir à son meilleur niveau ?

Après avoir signé une septième place au Portugal pour son retour fracassant en MotoGP, Marc Márquez entame désormais un long et dur travail pour retrouver le pilotage lui ayant donné six titres en catégorie reine.

MotoGP
23 avr. 2021