9 millièmes valent à Márquez sa "pire qualif en MotoGP"

C'est bien simple : Marc Marquez ne s'était jamais qualifié en dehors des deux premières lignes de la grille depuis son arrivée en MotoGP, or il doit se contenter aujourd'hui d'une treizième place pour le moins frustrante. Sa journée aurait difficilement pu être pire, mais le stand Repsol Honda semble avoir alterné les erreurs et le trop-plein de confiance.

Le problème initial vient des EL3. En travaillant longuement en vue de la course et en ne montant pas de gommes neuves, le pilote espagnol a manqué le coche, écarté du top 10 dans les dernières minutes, pour 9 petits millièmes. Verdict : l'obligation de passer par la Q1 avant, pense-t-on, de jouer la pole position en Q2.

Je pense néanmoins avoir un bon rythme, même s'il est clair que je vais souffrir en partant d'aussi loin

Marc Márquez

La dernière séance précédant les qualifications lui a ensuite valu une chute. Rien de très grave, si ce n'est que cela l'a privé de sa machine principale pour la suite de l'après-midi. Márquez a disputé dans la foulée la Q1, au terme de laquelle seuls les deux pilotes les plus rapides se qualifiaient pour la phase suivante.

Décidant d'épargner ses pneus en vue de la Q2, Márquez a pris la piste avec une gomme avant dure, un choix plutôt inhabituel pour lui. En le couplant à un pneu arrière qui allait lui poser un problème de grip, il s'est heurté au mur formé par Aleix Espargaró, leader de la hiérarchie. Détenteur du deuxième temps, l'Espagnol est rentré prématurément aux stands. C'était vite oublier qu'il était très observé... notamment par Yonny Hernandez qui, avec un pneu tendre et une aspiration, s'est propulsé en tête. C'était l'élimination pour Márquez, cette fois pour 18 millièmes.

"Je ne peux pas être satisfait, c'est ma pire qualif en MotoGP," résume le Champion du Monde en titre, dont le chrono équivaut pourtant à la pole 2014. "Ce matin, on n'a pas utilisé de pneu neuf et cela m'a mené à la Q1. Là, j'ai eu un souci qui m'a empêché d'accéder à la Q2."

Les leaders du jour n'excluent pas de devoir en découdre demain avec l'Espagnol, qui a prouvé qu'il pouvait tenir le rythme en pneus usés. Et, sur ce point, Márquez est plutôt d'accord : "Je pense néanmoins avoir un bon rythme pour demain, même s'il est clair que je vais beaucoup souffrir en partant d'aussi loin. Je vais essayer de prendre un bon départ et de réussir les premiers tours pour rejoindre le groupe de tête."

 

A propos de cet article
Séries MotoGP
Événement GP d'Italie
Sous-évènement Qualifications
Circuit Mugello
Pilotes Marc Márquez
Équipes Repsol Honda Team
Type d'article Résumé de qualifications
Tags grand prix italie, marc marquez, motogp, mugello, qualifications, repsol honda