KTM continue de rattraper son retard sur les leaders

La marque autrichienne a encore une fois réduit son retard d'une demi-seconde sur la concurrence, et poursuit sa remontée vers le haut de la hiérarchie en vue de la première manche au Qatar.

Les essais de Phillip Island ont de nouveau été l'occasion pour l'équipe KTM de faire montre de ses récents progrès. Sur un tracé qui convenait mieux à la RC16 que celui de Sepang, dont les longues lignes droites desservaient une moto ne disposant pas du moteur le plus puissant du plateau, l'équipe autrichienne a réduit un peu plus l'écart qui la séparait du sommet de la hiérarchie.

Relégué à plus de deux secondes lors de sa première sortie avec les autres prototypes, à l'occasion du Grand Prix de Valence 2016 puis des tests qui se sont déroulés sur le circuit Ricardo Tormo dans la foulée, KTM avait déjà réalisé un bon en avant à Sepang, ses deux pilotes terminant la séance avec le même chrono, à moins de deux secondes des leaders.

Cette fois, ce rebours a été réduit à moins d'une seconde et demie, Pol Espargaró et Bradley Smith parvenant même à rouler sous la barre des 1'30, pour terminer respectivement 17e et 19e aux temps combinés. 

Comme à Sepang, où Espargaró avait estimé que chaque journée passée ressemblait à Noël, au vue de la profusion de nouveaux éléments à tester sur sa moto, le constructeur de Mattighofen est arrivé avec des cartons remplis de solutions à étrenner en piste. Avec plus ou moins de réussite puisque l'Ibère s'est fait surprendre à deux reprises en chutant lors de chacune des deux premières journées.

Il n'était donc pas question de jouer la montre dans un premier temps, mais plutôt d'emmagasiner un maximum d'expérience avant, pourquoi pas, de sortir du bois lors de l'ultime journée pour claquer un temps. "Nous avons revérifié avec un autre châssis, un nouveau bras oscillant, une électronique plus poussée, plus de puissance, de nouveaux pneus", énumère Pol Espargaró. "Beaucoup de choses dans un laps de temps si court, mais nous sommes satisfaits des résultats."

Travail de stakhanoviste

Pol Espargaró s'est donc attaché à tester un nouveau châssis le premier jour, alors que Smith se concentrait quant à lui sur les effets d'un nouveau carénage sur l'avant de sa machine. Un travail de stakhanoviste qui fait la fierté de Mike Leitner, le patron de l'équipe. "Je suis vraiment content car à la fin de ces trois jours nos pilotes ont réalisé de bons temps. Nous avons fait beaucoup d’essais et de réglages, et l’équipe a fait un travail formidable. Ils ont tout donné et ont passé de courtes nuits. Nous devons continuer de pousser car le chemin va être long pour parvenir à un bon niveau."

Bien sûr, si la réduction de l'écart avec le haut de la feuille des temps est un motif de satisfaction chez KTM, celui-ci reste considérable, à plus forte raison que les autres équipes ont elles aussi avancer dans leur développement.

Les deux RC16 restent pour l'heure en queue de peloton en termes de performances pures, mais pour Espargaró l'important n'est pas là. "Nous avons beaucoup améliorer notre rythme, et c’est ça qui compte", explique l'Espagnol. "Je suis si content car nous avons amélioré la moto durant ces trois jours. Nous sommes près, nous sommes très près du haut [de la hiérarchie] – pas sur un tour, mais dans le rythme, avec des pneus usés. Les premiers jours avec les pneus usés nous étions vraiment faibles, et à la fin nous soutenions la comparaison." 

Le moteur reste le point faible

Cependant, il reste encore du progrès à faire dans plusieurs domaines, à commencer par celui qui avait déjà handicapé KTM à Sepang : le moteur et plus précisément la gestion de la puissance de celui-ci. "La transmission de la puissance n’est pas adaptée je pense", reprend Espargaró. "Les ingénieurs et les gars en charge de l’électronique savent que pour être plus efficace avec plus de puissance, il faut adoucir tout cela un petit peu."

Mais le profil plus fluide du tracé australien a quelque peu gommé cette carence, en soulignant les qualités du prototype de KTM, tout en permettant à l'équipe de mieux appréhender le fonctionnement global de la RC16. "Cela [la particularité de la piste de Phillip Island] nous a aidé à comprendre notre package complet", analyse pour sa part Bradley Smith. "C’est important d’avoir un bon équilibre ici en raison des longs virages et des parties techniques. Dans l’ensemble je suis ravi des améliorations."

Distancé lors des deux premières journées d'essais et ne réussissant pas à décoller de la dernière place, le Britannique continue de penser que la priorité est d'accumuler les kilomètres et l'expérience, plus que de viser un temps. "Lors des deux premiers jours, les temps au tour ne correspondaient pas à ce que j'attendait, mais à la fin je me suis senti beaucoup plus à l’aise. Nous travaillons encore sur l’électronique, et sur les parties techniques car la phase d’accélération est très importante en MotoGP, et nous sommes toujours à la recherche d’un surplus [de puissance]. J’ai enchaîné quelque chose comme 200 tours, [mais] vous n’avez pas 200 tours lors d’un week-end de course, c’est pourquoi c’est si important d’être sur un projet sur deux ans."

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries MotoGP
Événement Essais de février à Phillip Island
Circuit Phillip Island Grand Prix Circuit
Pilotes Bradley Smith , Pol Espargaró
Équipes Red Bull KTM Factory Racing
Type d'article Réactions