A Jerez Jorge Lorenzo doit se révéler

Jorge Lorenzo a-t-il vraiment vaincu ses démons ? On est en droit de se le demander au vu de son entame de saison 2015, certes moins catastrophique que celle de 2014, mais bien en dessous des attentes placées sous le signe du Phénix. Or, pour le moment, celui qui est surnommé « Por Fuera » est encore loin de renaître de ses cendres. Ses trente sept points récoltés en trois Grands accomplis sont bien tièdes car synonymes d'aucun podium. Deux places de quatrième et une cinquième position, le tout à l'écart de la lutte finale pour la victoire. Un rythme qui l'éloigne des prétendants pour le sacre suprême. Si bien qu'à Jerez, ce week-end, pour son Grand Prix national, il va devoir passer la vitesse supérieure.

Certes, le Majorquin a aussi des circonstances atténuantes. Un problème de casque au Qatar alors qu'il jouait aux avant-postes et une bronchite à Austin ne l'ont certes pas aidé. Mais, en Argentine, c'est une question de confiance en un pneu extra-dur qui lui a joué des tours, jusqu'à l'orienter vers un autre choix qui, au vu de la chevauchée fantastique de son équipier, s'est avéré être le mauvais.

Car c'est aussi le problème du champion du monde 2010 et 2012. Il pourrait certes dire que, l'an dernier, il comptait quinze points de moins à son compteur à ce stade des hostilités. Et qu'il ne regrette que vingt neuf longueurs de retard sur le leader du championnat, au lieu de cinquante trois un an plus tôt. Mais l'argument tient à peine car c'est bel et bien son binôme Valentino Rossi qui est en tête de ce classement général. Avec la même Yamaha.

Ce week-end, devant son public, Jorge Lorenzo va devoir se révéler. Ou se réveiller ?

De fait, ce week-end, devant son public, il va devoir se révéler. Ou se réveiller ? Jerez lui a apporté autant de satisfactions que de frustrations dans sa carrière. Depuis son entrée en MotoGP en 2008 il s'est toujours élancé de la première ligne et il n'a manqué le podium que deux fois. Et si, ivre de bonheur, il a sauté dans l'eau en 2010, c'est vert de rage qu'il a franchi la ligne d'arrivée en 2013, après s'être fait écarter sans ménagement du dernier virage de l'ultime boucle par un Marc Marquez alors débutant, mais déjà en route vers son premier sacre.

Le temps n'est plus à la tergiversation. Il faut montrer de quel bois on se chauffe face à une concurrence qui s'est exacerbée : « après trois courses disputées, je dois dire que même si les résultats acquis n'ont pas été ceux espérés, la saison est encore longue » analyse l'Espagnol qui a terminé quatrième de l'épreuve l'an dernier. « Nous sommes concentrés sur notre travail pour en obtenir de meilleures positions dès à présent. Je me suis encore entraîné la semaine passée et je ferai tout mon possible pour grimper sur mon premier podium de l'année. » Un podium qui le fuit depuis le Grand Prix de Malaisie 2014. Ce serait un beau cadeau pour un vingt huitième anniversaire qui sera fêté le lundi suivant la course ibérique.

A propos de cet article
Séries MotoGP
Événement GP d'Espagne
Circuit Circuito de Jerez
Pilotes Jorge Lorenzo
Équipes Yamaha Factory Racing
Type d'article Preview
Tags jerez, marc marquez, valentino rossi, yamaha